Contenu commandité

La Maison de Soins palliatifs du Saguenay

M. Richard Létourneau président d'honneur de la campagne de financement

La Maison de Soins palliatifs du Saguenay ouvrira ses portes dans quelques jours. Ce cahier vous donne un aperçu du cheminement parcouru par les bénévoles en vue de mener à terme cette construction.

Aujourd’hui, c’est au tour des entreprises, des professionnels, des travailleurs autonomes ou syndiqués de contribuer, et ce, pour compléter le financement de ce nouvel établissement.

Notre objectif est de recueillir un grand total de quelque 5,2 millions $ dont la très grande partie servira à rembourser notre emprunt auprès de notre institution  financière.

Plus nous réduirons les frais engendrés par notre emprunt pour la construction, plus il sera facile de nous consacrer à la gestion des opérations courantes par des activités ponctuelles, comme le barrage routier, la marche en souvenir de..., le souper partage, etc.

Je suis convaincu que la générosité des entreprises, telle que démontrée par nos généreux entrepreneurs lors de la première phase, nous permettra de doter notre région de la plus belle des maisons en soins palliatifs qui soit : La Maison de Soins palliatifs du Saguenay.

La région du Saguenay a besoin, plus que jamais, d’une maison de soins palliatifs de fin de vie, mais également de chacun d’entre vous, car cette maison, elle est pour nous tous.

À l’avance nous vous disons : merci! Le président de la campagne

Richard Létourneau

La Maison des soins palliatifs du Saguenay

Où vont vos dons

Le budget d’opération projeté pour La Maison de soins palliatifs du Saguenay est de 1,5 M$ par année.

Une subvention du ministère de 900 000 $ permet de combler une part des dépenses pour les activités courantes, mais la portion restante doit être assurée par différentes activités de levées de fonds organisées durant l’année.

Les principales activités de financement servant à financer les activités courantes sont la Marche en souvenir de (septembre), le Souper partage (1er vendredi du mois de novembre), le Souper spectacle (novembre), le Barrage routier (printemps) et le Dîner au homard (mai).

Des dons sont également amassés dans les complexes funéraires.

La Maison de soins palliatifs du Saguenay, qui repose sur une équipe interdisciplinaire emploie 16 personnes, dont 7 à temps plein.

La Maison de soins palliatifs du Saguenay

Mourir dans la dignité

Le contexte familial et social actuel ne permet pas toujours à la personne en n de vie de mourir chez elle parmi les siens. La Maison de soins palliatifs du Saguenay a été créée dans le but d’offrir aux personnes malades en fin de vie, ainsi qu’à leurs proches, une avenue qui leur permettra de vivre cette étape de vie dans un climat de douceur, de soutien, de compassion, de dignité et de respect. Car, c’est en n de vie que l’on mesure l’importance des liens humains.

 Au cours des 20 dernières années, la Maison Notre-Dame a accueilli plus de 2000 personnes malades, en phase terminale.

La Maison de soins palliatifs du Saguenay prévoit accueillir plus de 200 usagers par année.

La Maison de soins palliatifs du Saguenay

Les services de La Maison de soins palliatifs du Saguenay

La Maison de soins palliatifs du Saguenay a une capacité de 12 lits. Elle offre gratuitement des services de soins palliatifs spécialisés et d’accompagnement à toutes les personnes atteintes de cancers ou autres maladies ayant un pronostic réservé.

La personne malade qui vient vivre ses derniers jours à La Maison de soins palliatifs du Saguenay est accueillie pour y recevoir tous les soins et services nécessaires, tout au long de son séjour. Ces soins de fin de vie comprennent tous les soins palliatifs incluant la sédation palliative continue.                   

Les soins sont personnalisés et dispensés dans une atmosphère enveloppante de chaleur, de respect et d’amour.

LA Maison de soins palliatifs du Saguenay

Une philosophie d'intervention axée sur le bien-être de la personne

La personne malade en fin de vie accueillie à La Maison de soins palliatifs du Saguenay est au centre de toutes les interventions et guide les actions du personnel et des bénévoles.

«Les soins offerts à La Maison visent le soulagement de la douleur, de la souffrance et assure le plus grand confort possible à l’usager en accompagnant sa vie jusqu’à la  n. Aucun traitement n’est administré pour prolonger ou abréger la vie. Ce que nous offrons, ce sont des soins personnalisés qui apaisent la souffrance globale par le soulagement des symptômes et par des soins de base dispensés avec respect et bienveillance», explique Mme Esther Girard, coordonnatrice des soins infirmiers à La Maison de soins palliatifs du Saguenay.

«Notre objectif est de conserver ou d’améliorer la qualité de vie. Ainsi, nous permettons à la personne d’être accompagnée de façon significative dans cette dernière étape, tout en l’ai- dant à trouver un sens à sa souffrance et à sa vie. Dans cette optique, nous avons créé un environnement physique favorisant le confort et portons une attention particulière aux attentes et besoins de l’usager et de ses proches.»

LA Maison de soins palliatifs du Saguenay

Une équipe interdisciplinaire dédiée aux soins des usagers

Médecin de famille depuis 1977, la Dre Chantale Tremblay oeuvre en soins palliatifs depuis 1990. Mme Tremblay a fait ses débuts dans ce domaine dans la première unité francophone au monde de soins palliatifs, soit l’hôpital Notre-Dame de Montréal. Elle figure également parmi les dix premiers médecins du Québec à avoir fait ce travail à temps plein.

Cette pionnière du corps médical francophone en soins palliatifs souhaitait depuis longtemps créer un environnement adéquat et spécifique au soins palliatifs au CIUSSS de Chicoutimi. D’ailleurs, depuis son retour en région, elle oeuvre en soins palliatifs au CIUSSS.

La Dre Chantale Tremblay fait aussi partie de l’équipe de soins de la Mai- son Notre-Dame depuis 2005 et siège au conseil d’administration de l’organisme depuis 2007. C’est donc tout naturellement que cette pionnière ait choisi de poursuivre son implication auprès de La Maison de soins palliatifs du Saguenay. Elle a d’ailleurs fait partie du comité architectural et du comité clinique pour ce projet.

La Dre Tremblay perçoit les soins palliatifs comme de la médecine de famille en trois dimensions.

«Les soins palliatifs se divisent en trois dimensions. Il y a le clinique, le psychologique et le social. Ces notions sont indissociables de la personne qui vit une maladie», explique la Dre Chantale Tremblay. «La pire maladie pour une personne, c’est celle qui va la faire mourir. C’est pourquoi la dimension humaine de la médecine palliative est encore plus globale qu’en médecine curative, car il y a l’élément de fin de vie qui entre en ligne de compte, ce qui amène une dimension psychosociale très forte. D’où l’importance de travailler en équipe interdisciplinaire. En fait, le travail d’équipe et la collaboration interdisciplinaire sont essentiels afin de répondre collectivement aux besoins des personnes en fin de vie.»

Afin que les services offerts aux usagers et à leurs proches correspondent à leurs besoins physiques, psychologiques et spirituels, La Maison de soins palliatifs du Saguenay prend les moyens nécessaires pour que l’équipe de soins soit en mesure de répondre à ces nécessités.

L’équipe interdisciplinaire formée de 12 médecins, d’infirmières, d’infirmières auxiliaires, de préposées aux bénéficiaires, de bénévoles aux soins et à l’accompagnement, de pharmaciens et de gestionnaire de la Maison, se rencontrent une fois par semaine pour établir un plan d’intervention personnalisé pour chaque usager. Lorsque c’est nécessaire, elle travaille aussi avec des travailleurs sociaux du CLSC et d’autres professionnels de la santé, tels que des ergothérapeutes, des inhalothérapeutes et physiothérapeutes.                                             

«Les membres de l’équipe interdisciplinaire réalisent un travail extra- ordinaire, dans le respect des uns et des autres. Le respect des responsabilités de chacun, la complémentarité, le soutien mutuel dans les difficultés, l’absence de jugement sont autant d’éléments qui se dégagent de l’équipe», affirme la Dre Chantale Tremblay.

«Le travail de l’équipe médicale et de l’équipe soignante est remarquable. Mais je tiens aussi à souligner l’apport inestimable de pharmacies communautaires spécialisées qui assurent l’approvisionnement de la médication nécessaire à tous les usagers admis à La Maison de soins palliatifs du Saguenay. Les pharmaciens en service font preuve d’une très grande disponibilité pour répondre aux questions de l’équipe de soins et de l’équipe médicale, mais aussi celles des familles. De plus, ils ne font pas que participer aux rencontres interdisciplinaires, ils rencontrent les usagers afin d’élaborer un plan de soins pharmaceutiques. Ils révisent les politiques d’administration des médicaments, assurent une gestion des médicaments qui respecte les lois et règlements en vigueur, bref, ils sont indispensables.»

La Maison de soins palliatifs du Saguenay

Une première phase réalisée grâce à une corvée d'entreprises et de professionnels

Le projet de La Maison de soins palliatifs du Saguenay représente un investissement de 5,5 M$. C’est au printemps 2017 que les premières pelletées de terre ont été données.

Pour permettre de bien répartir le budget de construction et surtout d’arrimer des campagnes de levées de fonds et la recherche de  financement, le chantier s’est réalisé en deux phases.

La première phase, qui nécessitait un investissement de 1,7 M$, reposait sur une corvée d’entreprises.

«Lorsque nous avons constaté l’ampleur et le coût de notre projet, nous avons décidé d’inviter les 15 plus grosses entreprises de construction et de services professionnels de la région à participer à une corvée. Ces entreprises ont accepté l’invita- tion, ce qui nous a permis de réduire de la moitié le coût de cette phase. L’excavation, le coffrage, l’arma- ture, le béton, le stationnement, le remblai et les services ont été réalisés dans le cadre de cette corvée», explique Guy Harvey, président de la Maison Notre-Dame.

«Le travail réalisé par les entre- prises durant la corvée a été impressionnant. Lors de l’excavation, pas moins de 2000 camions de type 10 roues ont sorti du matériel et quelque 600 camions de sable ont été fournis par les contracteurs. Il faut dire que la bâtisse est très grande. Elle fait plus de 16 000 pi2, c’est l’équivalent de 16 maisons de 1000 pi2

Pour la deuxième phase, soit celle de l’érection de la bâtisse, le comité de La Maison de soins palliatifs du Saguenay est allé en appel d’offres public provincial. Les cinq réponses reçues provenaient d’entreprises de la région. La construction de La Mai- son de soins palliatifs du Saguenay met donc en valeur le savoir-faire d’entreprises d’ici.

En fait, 95 % du travail pour la construction de La Maison a été effectué par des entreprises du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

La Maison de soins palliatifs du Saguenay

Une nouvelle ressource communautaire en soins palliatifs

Lorsqu’on arrive à la fin de sa vie, quoi de plus naturel que de vouloir demeurer dans son milieu et de bénéficier d’un environnement paisible respectant son intimité et son intégrité. Les maisons de soins palliatifs, de petites unités de soins réservées et affectées aux patients en fin de vie, permettent aux personnes malades en phase terminale et à leurs familles, de profiter le plus intensément possible du précieux temps qui leur reste.

Or, la population étant vieillissante, ce type de ressources communautaires pour les soins de fin de vie sont de plus en plus sollicités, mais elles sont encore peu nombreuses. En avril 2015, on recensait au Québec 31 maisons, pour un total de 268 lits. Dans la région, on comptait jusqu’à tout récemment 26 lits, soit 18 lits en maisons et 8 lits de soins palliatifs de fin de vie au CSSS de Chicoutimi. Ce nombre vient tout juste d’augmenter avec la création de La Maison de soins palliatifs du Saguenay.                       

Issue de la fusion de deux entités, soit: le projet La Maison Le Chêne - un projet de 6 lits de soins palliatifs de fin de vie sur le territoire de Jonquière et la Maison Notre-Dame - ressource communautaire en soins palliatifs, de 6 lits, fondée en 1997, La Maison de soins palliatifs du Saguenay comporte 12 lits.

Cette dernière a été conçue dans l’esprit de recréer le vécu à domicile, grâce, notamment à un cadre architectural de type résidentiel, à l’atmosphère familiale et chaleureuse qui se dégage des lieux, aux soins personnalisés prodigués aux personnes malades en fin de vie, ainsi que par la présence d’un personnel dévoué, de bénévoles formés à l’accompagnement, et une organisation du travail souple et polyvalente.

Protocole d'entente

La décision de fusionner les deux organismes à but non lucratif (OBNL) a été prise, en 2015, dans le but commun de créer une maison de soins palliatifs de 12 lits.

«En créant une deuxième ressource communautaire en soins palliatifs sur le territoire de Saguenay, à quelque 10 km de distance l’une de l’autre, il devenait plus difficile de part et d’autre d’organiser des levées de fonds sans se nuire. D’autant plus que le bassin de donateurs est le même. Or, les dons que nous amassons sont essentiels, car ils nous permettent d'assurer une part importante du budget d'opération», explique M. André Tremblay, président du projet La Maison Le Chêne.

« Le CIUSSS, étude à l’appui, nous a démontré qu’il serait plus avantageux d’unir nos forces, pour créer une seule ressource, comportant 12 lits. En créant un protocole d’entente, non seulement nous ne nous nuirions pas dans la collecte de fonds, mais en plus nous réaliserions une économie d’échelle considérable sur les dépenses. Nous avons donc décidé, d’un commun accord, d’unir nos deux organismes. De là est né le merveilleux projet de La Maison de soins palliatifs du Saguenay», poursuit M. Guy Harvey, président-fondateur de la Maison Notre-Dame.