Festival des Couleurs du Fjord

Jacques Hébert; maître de l’aquarelle

Depuis le tout début du symposium, il y a de cela 29 ans, Jacques Hébert répond présent à l’invitation. Originaire du Saguenay–Lac-Sainte-Jean, il habite aujourd’hui Québec. Toutefois, son art traverse les océans et s’étend de Charlevoix au littoral de la Nouvelle-Angleterre.

Ce peintre illustre, totalisant plus de 60 ans d’expérience, puise son inspiration dans la passion et l’émotion qui se traduisent à travers un coup de pinceau rapide et fugace. Sa grande rapidité d’exécution lui permet d’ailleurs de peindre de deux à trois tableaux par jour. 

Une émotion tangible

Jacques Hébert est habité par son art qu’il pratique avec enthousiasme. Dès le petit matin, assis à la table d’un restaurant, il observe la matière et les gens qui l’entourent et dessine sur son napperon. Il est l’un des rares artistes à peindre encore sur le motif, c’est-à-dire directement sur les lieux. « La nature nous fournit tout, la couleur, l’atmosphère, les textures, il suffit de s’imprégner des lieux pour rendre une toile vivante. Je peins 80 % du temps à l’extérieur », mentionne M. Hébert. 

Même si l’aquarelle est son médium de prédilection, M. Hébert peint la matière sous toutes ses formes. « Pour qu’un peintre soit complet, il doit être capable de peindre tous les éléments, des montages aux maisons, en passant par les personnages », ajoute l’artiste. 

Formé à l’école des maîtres américains tels que Frank Webb, Tony Couch, Don Stone, Betty Lou Schlemm, Carlton Plummer et George Carpenter, Jacques Hébert transmet aujourd’hui sa pratique dans des ateliers qu’il donne au Québec, en Suisse, en France, à Toronto et au Vermont.

 C’est avec joie qu’il revient en terre natale pour cette 29e édition du Symposium Provincial des
Villages en Couleurs afin de partager son art et de profiter des paysages automnaux qui sont une source d’inspiration incontestée selon l’artiste. 

Voitures d'eau
Passage des baleines – Tadoussac