FINANCES PERSONNELLES [REER]

Rente viagère: une anecdote éloquente

L’anecdote qui concerne Jeanne Calment, décédée le 4 août 1997 à l’âge vénérable de 122 ans, démontre bien qu’il est primordial de tenir compte de l’espérance de vie au moment de bâtir son plan de décaissement. Dans cette stratégie, la rente viagère peut constituer un atout de taille. Pour rappel, son principal intérêt réside dans la protection qu’elle offre à l’épargnant contre le risque de survivre à son patrimoine.

Au milieu des années 60, à l’âge déjà respectable de 90 ans et sans héritier, la célèbre Française et ancienne doyenne de l’humanité a vendu son appartement à son notaire de 47 ans, Me André-François Raffray, en échange d’une rente viagère mensuelle de 2500 francs (environ 550$). Conformément à l’entente intervenue entre les parties, celui-ci a assuré les paiements requis jusqu’au moment de sa propre mort, 30 ans plus tard. À partir de 1995, et pendant presque deux ans, l’épouse du notaire a ensuite dû prendre le relais jusqu’au décès de Mme Calment. Le couple a finalement versé une somme équivalant à plus de deux fois le prix du logement (920 000 francs) en raison des règles consignées au contrat viager établi à l’origine.