Festival des couleurs du Fjord

Une Dolmissoise de carrière

Caroline Dion est une habituée des symposiums de la région. Déjà à sa troisième participation à celui de Saint-Félix-d’Otis, la vétérane a aussi été présente deux fois à celui de L’Anse-Saint-Jean. «L’accueil ici est toujours agréable, et les gens sont sympathiques. Le fait qu’on soit dans un petit groupe crée une ambiance plus intime», a confié l’artiste dans son entretien avec Le Progrès. La région du Saguenay-Lac-Saint-Jean n’a plus de secret pour la peintre, alors qu’elle a vécu à Dolbeau-Mistassini toute son enfance.

La peintre vit maintenant de son art, alors elle se déplace à la grandeur de la planète pour exposer ses toiles. Du Nouveau-Brunswick à l’Europe, en passant par la Gaspésie, l’artiste de Dolbeau a gagné beaucoup d’expérience avec les années. Elle a aussi participé à plusieurs expositions dans des musées et des centres culturels.

La présidente d’honneur du Symposium de Saint-Félix-d’Otis décrit ses peintures comme aussi colorées que sa personnalité. Ne voulant pas être attachée à un domaine, la peintre suit son inspiration pour faire ses œuvres. «Je fais majoritairement du personnage et du gros-plan, mais je n’aime pas qu’on m’établisse à un genre. Mon sujet peut toujours varier, mais je garde ma touche personnelle, mon style, et mes couleurs», a-t-elle renchéri. Son inspiration vient de partout, mais surtout de sa tête, où la Dolmissoise a décrété que ça n’arrêtait jamais. 

Caroline Dion créé souvent créé la surprise est avec ses toiles, surtout par les couleurs qu’elle utilise. Ce n’est pas parce que quelque chose a une couleur précise que l’audacieuse artiste va l’utiliser dans son art. Venez à sa rencontre, au symposium de Saint-Félix-d’Otis, elle saura vous surprendre. «Quand je peins une toile, je la mets par terre, donc c’est sûr que ça attire l’œil. Mais j’aime que les gens viennent me parler pendant que je peins, ça me stimule !» souligne-t-elle.