Famille

Plus de souplesse pour 2019

Depuis le 1er janvier 2019, les parents québécois bénéficient de plus de souplesses en ce qui a trait à la conciliation travail-famille. Plusieurs changements sont en effet entrés en vigueur en début d’année grâce à la Loi modifiant la Loi sur les normes du travail et d’autres dispositions législatives afin principalement de faciliter la conciliation famille-travail, adoptée le 12 juin 2018.

Si les rendez-vous médicaux des enfants, les vacances scolaires et les horaires de travail variables vous ont causé bien des maux de tête par les années passées, ces nouvelles règles devraient désormais vous permettre de souffler un peu plus.

De quoi est-il question exactement? Tout d’abord,  les parents profiteront de deux jours de congé rémunéré par an pour les absences pour cause de maladie ou autres raisons familiales et parentales liées à l’enfance et à la santé telles que les rendez-vous médicaux.

Le concept de parent a par ailleurs été élargi pour désormais inclure les neveux, les nièces, les petits-enfants et les familles d’accueil. De même, la notion de proche aidant a été introduite de sorte qu’un salarié agissant comme proche aidant, s’il détient l’attestation d’un professionnel oeuvrant dans le milieu de la santé et des services sociaux régi par le Code des professions, peut se prévaloir des absences pour raisons familiales et parentales.

Vacances, horaires variables et heures supplémentaires

En ce qui à trait aux vacances,  les familles en sortent également gagnantes puisque les travailleurs profiteront maintenant de trois semaines de vacances par an après trois années consécutives travaillées au sein d’une même entreprise plutôt que cinq.

Sachez aussi que si votre horaire de travail varie, votre employeur est tenu de vous informer de ce dernier au moins cinq jours à l’avance. En d’autres cas, vous avez le droit de refuser de vous présenter au travail. Cette mesure exclut les salariés dont la nature des fonctions exige qu’ils demeurent disponibles sur appel dans le cas de travailleurs agricoles.

Les salariés ont aussi la possibilité de refuser de faire plus de deux heures de travail supplémentaires alors qu’auparavant ils devaient travailler quatre heures de plus que leurs heures régulières avant de pouvoir refuser de travailler.

D’autres mesures touchent également les familles. Elles bénéficieront, notamment, de cinq jours, dont deux payés, pour l’adoption ou la naissance d’un enfant. Les mêmes modalités s’appliquent pour le décès d’un conjoint, d’un parent, d’un enfant, d’un frère ou d’une soeur.

Certains salariés peuvent ne pas être touchés par les normes du travail et ses nouvelles mesures.  C’est notamment le cas des  employés du gouvernement fédéral et de ceux des entreprises des télécommunications.