Nom de l’entreprise : Escaliers Jean Laberge - Lieu : Saguenay–Lac-Saint-Jean - Secteur d’activité : manufacturier – fabrication - Cédant : Jean Laberge - Repreneur : Pierre-Jean Gagnon

Série - À votre tour! 6/6

Escaliers Jean Laberge : le souci de rester en région

Une réalisation du service de la promotion
Capitales Studio
Pierre-Jean Gagnon a fait un pari osé en reprenant Escaliers Jean Laberge en n’ayant aucune expérience dans l’art qu’est l’ébénisterie d’escaliers. Mais le risque en a valu la peine !

Son « bébé », comme l’appelle Jean Laberge, a été fondé il y a 42 ans à partir de rien. Aujourd’hui, Escaliers Jean Laberge a une réputation bien établie dans la région du Saguenay et un carnet de commandes rempli. À la veille de la retraite, le propriétaire avait une idée claire de la relève qu’il souhaitait. « Je ne voulais pas que mon entreprise tombe entre les mains de grandes compagnies provinciales ou nationales et qu’elle soit transformée en réseau de distribution, comme cela se passe souvent dans la région, dit-il. J’ai toujours eu un tempérament de développeur régionaliste et je voulais que mon repreneur ait la même vision. C’est le cas, et cela me rend extrêmement heureux ! »

Le défi que devait toutefois relever le repreneur, Pierre-Jean Gagnon, était son manque d’expérience en matière d’entrepreneuriat… et du travail du bois. « La fabrication d’escaliers est une technique très spécifique, très pointilleuse, explique-t-il. Grâce au transfert de connaissances d’une durée d’une année, j’apprends la conception, mais aussi la gestion d’une entreprise. »

Une aide précieuse

Pour les accompagner dans ce transfert, les deux entrepreneurs ont fait appel au Centre de transfert d’entreprise du Québec (CTEQ). « Je pensais que c’était une intervention divine que de les avoir avec nous, souligne Jean Laberge. Je suis un expert dans la fabrication d’escaliers, mais je n’y connais rien en montage financier, en négociation, en processus de transfert d’entreprise. » Et Pierre-Jean Gagnon d’ajouter : « Ils nous ont aidé dans toutes les étapes du transfert. Sans eux, je n’aurais pas pu acheter Escaliers Jean Laberge. »

Après avoir travaillé 15 ans dans une multinationale, Pierre-Jean Gagnon est aujourd’hui pleinement épanoui dans son propre atelier, en compagnie de ses employés et de ses « œuvres d’art » qui orneront plusieurs maisons de la région. Jean Laberge, quant à lui, continue à léguer son savoir-faire au nouveau propriétaire et prendra une retraite bien méritée en mai prochain. Après quoi, il compte tout de même passer voir son bébé de temps en temps, et pourquoi pas, utiliser de nouveau le ciseau à bois !

Langis Lavoie, conseiller sénior CTEQ

Secret de réussite

« Lorsque l’on possède une petite entreprise et que l’on souhaite qu’elle perdure après la vente, il ne faut pas forcément choisir le plus gros chèque proposé. Certains pourraient investir moins, mais apporter une vraie pérennité à l’entreprise. Ils compenseront par de la bonne volonté et des heures de travail. Ces personnes savent qu’elles devront trimer dur et qu’elles ne pourront pas s’offrir un gros salaire pendant les premières années. En revanche, elles s’investiront vraiment pour développer l’entreprise. C’est le choix qui a été fait pour Escaliers Jean Laberge; le cédant sait que le repreneur partage ses valeurs et que son entreprise est entre de bonnes mains, que son avenir est assuré… »

À propos de cette série

Le Centre de transfert d’entreprise du Québec (CTEQ) facilite la période de passage d’un cédant vers un repreneur. Pour mieux comprendre son rôle, les journaux du Groupe Capitales Médias
vous présentent quelques exemples de transfert d’entreprise réussis notamment par la présence du CTEQ. 

Dernier de 6.