Emplois

Construction : plusieurs postes à pourvoir et formations disponibles

La Vitrine
Contenu commandité
Le gouvernement du Québec a annoncé vouloir ajouter 11 000 travailleurs par année dans l’industrie de la construction pour répondre aux problèmes de la rareté de la main-d’œuvre dans ce secteur économique. Un programme encouragera la formation.

Si le problème est bien réel, la rareté de main-d’œuvre est différente selon les régions, rappelle Mélanie Malenfant, porte-parole de la Commission de la construction du Québec (CCQ). Les besoins au plan provincial seraient de 13 000 personnes par année dans les différents corps d’emploi selon la CCQ.

Le gouvernement note aussi les problèmes de rétention de la main-d’œuvre et les nombreux départs à la retraite dans les cinq prochaines années, ce qui l’a incité à injecter 120 millions $ pour aider au recrutement et à la formation d'employés dans ce secteur névralgique.

Il existe des dizaines de centres de formation professionnelle (CFP) offrant des parcours accélérés pour les métiers de la construction. Quatre d’entre eux sont situés au Saguenay – Lac-Saint-Jean. (tinyurl.com/djjwcbh6).

Ils offrent une dizaine de formations sur les 25 métiers et la trentaine d’occupations de l’industrie de la construction (EMOICQ : www.emoicq.qc.ca)

« La formation professionnelle offre des programmes stimulants qui comprennent, pour la plupart, des stages effectués en alternance travail-étude. Les diplômés sont par ailleurs attendus sur le marché du travail. Ils peuvent accéder à des emplois bien rémunérés et  obtenir des conditions de travail avantageuses en peu de temps », exprimait Louis Langlois, directeur adjoint au Centre de formation professionnelle Jonquière, édifice du Royaume, en début d’année.

Parmi les formations offertes au CFP Jonquière pour lesquelles les diplômés sont les plus sollicités, on retrouve entre autres celles des programmes DEP en Bâtiments et travaux publics.

Celles et ceux qui souhaiteraient s’inscrire en vue de compléter une formation dans le domaine de la construction peuvent toujours le faire.  S’ils sont actuellement sans emploi, ils pourraient par ailleurs bénéficier d’une aide financière du gouvernement avec le Programme d’aide à la relance par l’augmentation de la formation (PARAF : tinyurl.com/eb5jffw4).

Rédaction: Yves Therrien/Sophie Richard