Éducation / Formation

Enseignement: de nombreux emplois disponibles en région

Les étudiants en enseignement sont attendus sur le marché du travail. S’il fut un temps où les emplois dans ce domaine étaient peu nombreux au Saguenay – Lac-Saint-Jean, on peut dire que la situation a aujourd’hui bien changé. Les besoins en main d’œuvre sont importants partout dans la région à tel point que les étudiants de troisième et de quatrième année, voire de deuxième année, au baccalauréat, sont parfois appelés en renfort pour effectuer de courts remplacements.

«C’est la première fois que je vois ça, lance Nadia Cody, enseignante et directrice du Module d’éducation au préscolaire et d’enseignement primaire à l’UQAC. Quand les enseignants en poste ne peuvent pas prendre de congé parce que personne ne peut les remplacer, c’est que la situation est préoccupante», fait-elle valoir. Des étudiants de quatrième année sont aussi appelés à réaliser des stages emplois à l’extérieur de la région.

Il est vrai que l’enseignement est un travail exigeant et complexe, qui a malheureusement souvent eu mauvaise presse. Il s’agit pourtant d’une profession des plus stimulantes et valorisantes qui permet de recevoir sans doute autant que l’on donne.

Pour ceux et celles cherchant à travailler avec l’être humain tout en faisant appel à leur créativité et en relevant quotidiennement de nouveaux défis, il s’agit d’une profession de choix. D’autant que les perspectives d’emploi sont actuellement excellentes dans ce domaine.

«Enseigner n’est pas facile, mais nous préparons les étudiants en conséquence en faisant constamment alterner théorie, pratique et réflexion en cours de formation […], s’assurant ainsi qu’ils développent les compétences pédagogiques requises. En fin de programme, les étudiants cumulent plus de 700 heures de stage dans les écoles et ont vécu différents moments d’une année scolaire […] ils connaissent les outils et le matériel avec lesquels ils devront travailler et possèdent les compétences et la confiance nécessaires pour prendre la responsabilité d’une classe», soutient Mme Cody.

«Dès notre première année, nous sommes amenés à effectuer un stage en classe, ce qui nous permet de confirmer notre choix de carrière», témoigne pour sa part Antoine Cormier, étudiant de troisième année en enseignement secondaire, profil français.

«Graduellement, nous effectuons la prise en charge d’un groupe à la suite de quoi nous devons produire des travaux réflexifs sur notre expérience. En plus d’être très stimulant, cela nous permet de cibler les points sur lesquels il nous faut travailler davantage», exprime le jeune homme originaire de Baie-Comeau.

Soutien pédagogique

Les étudiants en enseignement de l’UQAC peuvent compter sur des ressources matérielles modernes et à la fine pointe tels: des tableaux numériques interactifs, du matériel didactique, un laboratoire informatique et un grand choix de littérature jeunesse et de manuels divers, mais ce qui distingue réellement les formations dispensées à l’UQAC, c’est le soutien pédagogique offert par l’équipe d’enseignants.

«Nous avons en poste une équipe dynamique et engagée qui n’a pas peur de mettre des projets en branle et de revoir ses façons de faire pour s’ajuster aux réalités de la profession, soutient Nadia Cody.

Notre programme, comme l’ensemble des baccalauréats de l’Université, a récemment fait l’objet d’une évaluation qui a prouvé que nous n’avons rien à envier aux grands centres. Bien au contraire! Non seulement notre programme amène les étudiants à développer les 12 compétences professionnelles relatives à l’exercice de la profession enseignante, mais l’une de nos plus grandes forces réside dans la relation de proximité qui existe entre les enseignants et les étudiants. Il en va de même pour la relation avec les milieux scolaires», commente la directrice au baccalauréat en éducation préscolaire et en enseignement primaire.

Vie étudiante et mobilité internationale

Étudier à l’UQAC, au-delà de la formation à proprement parler, c’est aussi avoir la chance de se découvrir en tant qu’individu et de découvrir le monde qui nous entoure. Dans de nombreux programmes, dont ceux en enseignement, il est notamment possible de réaliser des études à l’étranger.

«J’aurai bientôt la chance de prendre part à un stage à l’international, partage Antoine Cormier. Durant six semaines, j’étudierai à Liège en Belgique. Ce sera une expérience très enrichissante, qui me permettra entre autres d’explorer les différences éducationnelles entre notre système et le leur», mentionne-t-il.

Les projets de mobilité offrent d’intéressantes opportunités pour les étudiants, parfois dès leur deuxième année d’études. Cela leur permet d’enrichir leurs bagages de connaissances, mais aussi de vivre une aventure pédagogique différente.

Ces derniers profitent également d’une vie étudiante riche et diversifiée. Que ce soit au niveau sportif, culturel ou social, de nombreuses activités et évènements se déroulent à l’UQAC, facilitant l’intégration de tout un chacun et renforçant le sentiment d’appartenance des étudiants envers l’établissement. En complément, des étudiants ont aussi la possibilité d’occuper un travail rémunéré à titre d’aide pédagogique ou d’assistant de recherche, ce qui vient enrichir leur parcours académique.

Pour en savoir davantage sur les programmes de baccalauréats en enseignement, l’UQAC propose une activité spéciale de type étudiant d’un jour pour les cégépiens intéressés à une carrière dans ce domaine, le mercredi 7 février prochain. Surveillez la page Facebook de l’établissement pour plus de renseignements.