Développement durable

L’eau potable, une ressource à protéger

Prendre un bon bain chaud, arroser ses plantes, cuisiner, laver ses vêtements, tirer la chasse d’eau, laver ses mains, brosser ses dents, voilà autant de petits gestes quotidiens pour lesquels nous utilisons l’eau potable.

Dans les pays développés, l’eau coule à flots. C’est à se demander si nous connaissons sa réelle valeur, car bien que l’eau couvre plus 70 % de la surface de la terre, et que le Québec a lui seul détienne 10 % de toute l’eau douce disponible à travers le monde, les scientifiques s’entendent pour dire qu’il s’agit d’une ressource en péril.

L’augmentation de la population mondiale est en grande partie responsable de l’état précaire des réserves d’eau douce. En effet, selon l’Organisation des Nations Unies, en 2050, la population mondiale devrait s’élever à 9,8 milliards, soit 2,2 milliards de plus qu’en 2019.

Le hic, c’est que nous consommons trop, et trop rapidement, de sorte que les réserves d’eau n’ont pas le temps de se renouveler. Le Québec fait entre autres bien piètre figure à ce niveau avec une distribution d’eau de 573 litres par personne, par jour, soit un volume de 28 % supérieur à la moyenne canadienne.

C’est ce constat qui a notamment amené le gouvernement de la CAQ à lancé sa nouvelle Stratégie québécoise d’économie d’eau potable 2019-2025.

Les objectifs

Faisant suite à la Stratégie québécoise d’économie d’eau potable 2011-2017, mise en œuvre par le ministère des Affaires municipales et de l’Habitation (MAMH) en partenariat avec les associations municipales, la Stratégie adoptée pour 2019-2025 devrait permettre la continuité des efforts pour la réduction de la quantité d’eau distribuée par personne au Québec.

Il faut savoir que depuis le lancement de la Stratégie, celle-ci a déjà diminué de 26 % par rapport à l’année 2001, soit un dépassement de 6 % des objectifs visés.

Ainsi, d’ici 2025, le gouvernement du Québec souhaite :

  • Réduire de 20 % la quantité d’eau distribuée par personne par rapport à l’année 2015;
  • Atteindre un niveau de fuites modéré selon l’indice de l’International Water Association;
  • Augmenter de façon progressive les investissements nécessaires pour réaliser le maintien d’actifs de façon pérenne tout en éliminant graduellement le déficit d’entretien.

Pour y parvenir, la Stratégie exige des municipalités qu’elles :

  • Produisent le Bilan annuel de la Stratégie municipale d’économie d’eau potable;
  • Mettent en place des actions progressives pour contrôler les pertes d’eau en fonction de l’indicateur de pertes d’eau;
  • Mettent en place les actions progressives pour économiser l’eau chez les consommateurs en fonction de l’indicateur de consommation résidentielle;
  • Mettent en place des actions progressives qui concernent la gestion durable de la ressource et des actifs municipaux;
  • Présentent annuellement le rapport du Bilan au conseil municipal. 

Pour sa part, le gouvernement s’engage à :

  • Rendre l’aide financière pour les projets d’infrastructures d’eau écoconditionnelle à l’approbation du Bilan annuel de la Stratégie municipale d’économie d’eau potable, au sein des futurs programmes d’aide financière;
  • Poursuivre la révision du Code de construction;
  • Poursuivre les politiques d’économie d’eau dans les immeubles des ministères et organismes du gouvernement du Québec ainsi que dans ceux des réseaux de la santé, des services sociaux et de l’éducation;
  • Poursuivre l’accompagnement auprès des municipalités et des partenaires;
  • Maintenir, en collaboration avec les partenaires, le Comité de suivi pour mettre en œuvre et diffuser les résultats de la Stratégie.