Des jeunes nous parlent

Notre avenir : si j’étais ministre...

Une réalisation du service de la promotion
Capitales Studio
Si on donnait aux jeunes le pouvoir de changer quelque chose dans la façon dont fonctionne le système scolaire actuel, quelles améliorations y apporteraient-ils? Le temps d’un instant, les étudiants de 4e secondaire de l’École secondaire Charles-Gravel se sont mis dans la peau du ministre de l’Éducation.

« Je ferais l’ajout de cours d’économie, a tout de suite lancé Jean-Simon Desrochers. Ce serait très intéressant et pertinent. Aussi, j’ajouterais des cours d’éducation sexuelle parce que je crois qu’il est important d’éduquer les jeunes à ce sujet», exprime le jeune homme.

«Il y a plusieurs étudiants, surtout des gars, qui manquent d’intérêt pour l’école. Il faudrait ajouter plus d’options de cours qui les rejoignent comme la mécanique ou l’ébénisterie», propose quant à lui Pierre-Alexandre Larouche.


J’aimerais travailler en contact avec les autres… peut-être en psychologie. Une chose est certaine, je ne choisirai pas un salaire, mais bien un métier qui me passionne.
Samuelle Guilmette, 4e secondaire

«Moi, je réduirais le nombre de cours de base ou du moins, je les simplifierais. En français par exemple, on a pas besoin de savoir comment se nomme toutes les parties d’une phrase ou d’un texte, ça nous sert à quoi plus tard», se questionne Amélie Laberge.

«On devrait avoir des cours qui nous permettent de nous préparer à la vie adulte comme apprendre à cuisiner, à faire ses impôts et même à coudre», croit pour sa part Sarah-Maude Lespérance.

Sandrine Bédard abonde dans le même sens. «C’est important de se préparer pour lorsqu’on vivra en appartement. Même en 4e secondaire, je suis convaincue qu’il y en a qui ne savent pas faire cuire des pâtes. Par contre, pour ma part, je ne crois pas qu’il faille réduire le nombre de cours de français. Bien connaître sa langue, c’est essentiel», affirme la jeune femme.


J’aimerais travailler dans le domaine du droit, probablement au niveau familial. J’aime donner mon point de vue.
Léa-Kim Simard, 4e secondaire

Un autre élément qu’amélioreraient les étudiants s’ils en avaient le pouvoir, et qui fut soulevé plus d’une fois lors de la discussion, les conditions de travail des enseignants.

«Je trouve que les enseignants ne gagnent pas assez cher et sont beaucoup trop occupés. Leurs conditions de travail ne sont pas évidentes», soutient Charles-Antoine Lapointe.

D’autres étudiants partagent le même point de vue rappelant au passage que le métier d’enseignant en est pour toutes ces raisons un de moins en moins populaire auprès des jeunes.