Des jeunes nous parlent

Des thèmes et enjeux qui nous préoccupent

Qu’ils aient 18 ans ou 50 ans, les sujets qui animent la société préoccupent les étudiants en formation professionnelle. Pour preuve, voici un résumé des opinions et commentaires exprimés par les élèves du CFP Jonquière en vue de cette publication.

La famille

Qu’il s’agisse de leurs parents ou de leurs conjoints, les étudiants s’entendent tous pour dire que sans l’appui des membres de leur famille, leur retour à l’école aurait été beaucoup plus difficile. Ceux qui sont parents affirment aussi que le fait d’avoir des enfants a été un élément déclencheur pour retourner aux études. Ils ont entrepris ce cheminement pour offrir à leur famille une meilleure qualité de vie.

Le marché du travail

Le marché du travail et surtout, le fait de retourner à l’école pour avoir de meilleures perspectives d’emploi, est un élément qui revient souvent chez les étudiants rencontrés au CFP Jonquière. La crainte de ne pas trouver un emploi après avoir déployé tous ces efforts constitue une préoccupation importante pour plusieurs d’entre eux. Le fait que le domaine de l’électricité ouvre à des avenues de carrières très diversifiées leur permet cependant de diminuer cette angoisse face au marché du travail. 

L'argent

L’argent et surtout, le manque d’argent, voilà un thème qui délie les langues. Il n’y a pas un étudiant qui n’avait pas son mot à dire sur le sujet! En effet, l’insécurité financière est un point qui préoccupe la majorité des gens rencontrés.  Plusieurs ont pour principal revenu les prêts et bourses ainsi que le programme d’aide du CLE en ce moment et joindre les deux bouts à la fin du mois n’est pas toujours évident. La majorité est cependant d’avis que cette situation est temporaire. Que leur situation financière s’améliorera considérablement lorsqu’ils décrocheront leur diplôme et un emploi sûr.

La conciliation famille-travail-études

Le manque de temps avec leur conjoint(e) et leurs enfants, c’est ce qui est le plus difficile pour les étudiants qui doivent concilier travail, étude et vie de famille. Ils sont nombreux à se motiver en disant qu’une fois leur diplôme en main, ils auront davantage de temps à consacrer à leurs proches et aux loisirs. Mais actuellement, c’est un luxe qu’ils ne peuvent s’offrir. Entre le travail, l’école et les enfants, il leur reste peu de moments pour se reposer.

La politique québécoise

De la désillusion, c’est ce qu’on ressent lorsque les jeunes adultes rencontrés au CFP Jonquière parlent de politique québécoise. Selon eux, notre type de gouvernance est obsolète. Les dirigeants sont trop vieux, les jeunes ne sont pas ou peu  représentés et, de ce fait, ils ne se sentent pas concernés, ni écoutés. Ils en ont aussi assez des promesses de changements qui ne tiennent pas la route. Ils ont été nombreux à souligner qu’en campagne électorale tous les partis se targuent d’être « LE » parti du changement, mais qu’une fois les élections conclues, ils ne font rien pour susciter le vent de renouveau qu’ils ont laissé miroiter aux électeurs.