Les étudiants de Technologie de l’architecture et Technologie du génie civil travaillent de concert pour proposer un réaménagement de la bibliothèque de l’établissement.

Cégep de Chicoutimi

Le travail d’équipe, pour le bénéfice de tous

Sur le marché de l’emploi, savoir travailler avec les gens qui exercent la même fonction que soi est primordial. Toutefois, cette situation s’avère d’autant plus vraie pour les professionnels qui occupent d’autres fonctions, complémentaires à la nôtre. Le Cégep de Chicoutimi l’a bien compris en misant sur l’interdisciplinarité de ses programmes.

Ce contenu est produit en collaboration avec le Cégep de Chicoutimi. - Prochain rendez-vous le 28 février.

Comme le Cégep de Chicoutimi regroupe sept programmes dans le domaine de la santé, il va sans dire que les exemples pullulent en terme de collaboration entre ces formations. Évidemment, le laboratoire assisté par mannequin simulateur (LAMS) permet aux étudiants d’expérimenter des situations authentiques dans un contexte où les erreurs sont permises. En ce sens, les programmes qui utilisent davantage cet outil pédagogique sont Soins préhospitaliers d’urgence, Soins infirmiers ainsi que Techniques d’inhalothérapie, comme c’est le cas dans un centre hospitalier. En cohésion, ils peuvent simuler l’arrivée d’urgence d’un patient qui sera pris en charge par les infirmières et les inhalothérapeutes sur place.

De bonnes pratiques, pas uniquement dans le secteur médical

En plus de l’exemple cité plus haut, ces méthodes font écho pour d’autres programmes au Cégep de Chicoutimi. En effet, les étudiants de Technologie de l’architecture et Technologie du génie civil travaillent de concert pour proposer un réaménagement de la bibliothèque de l’établissement. Une première prise de données topométriques est faite par les futurs techniciens en génie civil, puis l’information est colligée dans un logiciel de dessin technique par les étudiants en Technologie de l’architecture, qui proposeront des maquettes pour d’éventuels changements dans la bibliothèque.

Une méthode qui s’applique dans les formations préuniversitaires

Lorsqu’on pense à ce type d’initiative, tout de suite on songe aux programmes de formation technique, pourtant ceux de la formation préuniversitaire ne sont pas en reste. C’est le cas, par exemple, du département de biologie (Sciences de la nature) qui depuis quelques années, participe à la production de plusieurs types de fromages à l’aide de leurs homologues en Techniques de diététiques. Cet exercice qui s’étale sur plusieurs semaines, permet aux étudiants des deux formations d’être témoins et de s’impliquer dans chacune des phases de vieillissement d’une matière vivante.

Ces méthodes d’apprentissage sont poussées encore plus loin en ajoutant l’aspect inter-ordre, ce qui signifie que l’on peut utiliser deux niveaux d’enseignement sur le plan pédagogique. On retrouve ce type d’exemple chez les étudiants en Techniques de physiothérapie, qui lors des périodes dédiées à leur clinique-école, peuvent appliquer les traitements prescrits par les étudiants en physiothérapie de l’Université du Québec à Chicoutimi.

Enfin, pouvoir regrouper des domaines complémentaires ou différents dans une perspective d’enseignement permet aux étudiants d’être mieux préparés pour leur arrivée sur le marché du travail.