Aluminium

De belles perspectives pour l’industrie de l’aluminium dans la région

L’industrie de l’aluminium se porte bien au Saguenay-Lac-Saint-Jean et les prochains mois pourraient s’annoncer prometteurs.

Les annonces d’investissement de près de 1,5 milliard de dollars au cours des deux prochaines années par Rio Tinto ainsi que la volonté de réaliser la phase II à l’usine d’Alma et le projet AP60 à Arvida sont très encourageantes.
Une somme de 250M$ est prévue pour le projet d’optimisation du site d’entreposage des résidus de bauxite de l’usine Vaudreuil. Un investissement qui va consolider les 1000 emplois existants. Un nouveau centre de coulée à valeur ajoutée, l’ajout de 16 nouvelles cuves à l’usine AP60 d’Arvida et des travaux pour prolonger la durée de vie des cuves précuites sont également dans les cartons.

S’ajoute à ces bonnes nouvelles, une vitalité dans le secteur de la transformation de l’aluminium. En effet, la Société de la Vallée de l’aluminium (SVA) confirme que depuis 2017, les entreprises du Saguenay-Lac-Saint-Jean profitent de conditions intéressantes pour faire des affaires.

La SVA a aussi la responsabilité du Créneau d’excellence en aluminium accordé à la région. Ce créneau, accompagné de la volonté du gouvernement de mettre le métal gris en tête de ses priorités, a permis d’améliorer le climat d’affaires des entreprises.

Aussi, la présence d’AluQuébec permet aux entreprises de la région d’avoir accès à des services de pointe qui visent à accroître leurs activités de commercialisation et d’innovation.

Finalement, la Stratégie québécoise de développement de l’aluminium du gouvernement provincial vient stimuler les entreprises régionales en donnant les outils pour assurer un meilleur développement et doubler la production d’aluminium.

Comme la demande pour l’aluminium est en croissance de 3 à 4% par année, les entreprises de la région peuvent profiter de cette opportunité. Autre élément important, l’aluminium vert produit dans la région et l’obtention de la certification de l’Aluminium Stewardship Initiative (ASI) par Rio Tinto risquent de devenir des éléments concurrentiels indéniables dans le contexte de la volonté de réduire la production de gaz à effet de serre pour les compagnies qui utilisent de l’aluminium dans la fabrication de leurs produits.

Seul ombre au tableau dans ce contexte, la menace d’une surtaxe de 10% imposée à l’aluminium canadien par les Américains. L’industrie bénéficie d’un sursis jusqu’au 1er juin. Du côté de l’Association de l’aluminium du Canada, on travaille pour convaincre Washington d’établir une exemption permanente.