Nom de l’entreprise : Tabagie Grand-Père - Lieu : Louiseville - Secteur d’activité : Commerce de détail - Cédant : Michel Ringuette - Repreneur : Alexandre Cloutier

Série - À votre tour! 4/6

Tabagie Grand-Père : passer le relais à la jeunesse

Une réalisation du service de la promotion
Capitales Studio
La tabagie Grand-Père à Louiseville est une véritable institution dans la région de la Mauricie. Propriétaire de père en fils, Michel Ringuette a tenu la caisse de l’établissement pendant 28 ans. Lorsqu’il a confié les rênes de l’entreprise en 2015 à Alexandre Cloutier, un jeune entrepreneur de Trois-Rivières, M. Ringuette a dû apprendre à lâcher prise.

« Quand j’ai rencontré Alexandre, il m’a dit que ce qui l’intéressait dans la reprise de la tabagie, c’était de relever un défi », raconte Michel Ringuette. En effet, Alexandre Cloutier, entrepreneur d’une vingtaine d’années, est déjà propriétaire d’une tabagie à Trois-Rivières. Il a acheté celle de Louiseville dans le but d’asseoir et de développer sa présence dans le secteur du commerce de détail. « Faire cette acquisition me donne un effet de levier intéressant, explique-t-il. Elle me permet d’avoir plus de volume et de fixer un meilleur prix à davantage de produits. »

Lâcher prise : une étape indispensable dans la vente d’une entreprise

Pour Michel Ringuette, céder le commerce qu’il avait repris de son père n’a pas été chose facile. Lors de la vente, il a ainsi proposé à M. Cloutier de travailler dans la tabagie pendant encore deux ans afin de s’assurer que le nouveau propriétaire ait du temps pour se familiariser avec l’entreprise. « C’est grâce aux conseils d’un expert du Centre de transfert d’entreprise du Québec (CTEQ) que le passage du témoin s’est bien passé, souligne M. Ringuette. Il m’a aidé à gérer mon ressentiment face à la prise de responsabilités d’Alexandre et à lui donner sa chance. Il m’a également aidé à travailler sur moi, à ne pas me stresser avec les choses qui n’allaient pas à mon goût. J’ai donc pu lâcher prise à ce moment-là, et ça fonctionne bien depuis ce temps. »

Quant à Alexandre Cloutier, le soutien du CTEQ lui a permis de circuler sans encombre dans ce processus de transfert de connaissances. « Lorsque quelque chose chicotait Michel ou inversement, on en parlait avec l’expert du CTEQ. Ensuite, on se rencontrait tous les trois dans un café pour en discuter. Ces rencontres ont vraiment aidé à réduire les tensions et à faire en sorte que tout aille pour le mieux. »

Grâce à ces deux années de cohabitation, Alexandre Cloutier a pu trouver sa place non seulement au sein de l’entreprise, mais aussi auprès de la clientèle. La retraite de Michel Ringuette est prévue pour février, mais il compte tout de même venir de temps en temps s’acheter un billet de loterie et, sait-on jamais, gagner le gros lot !

Daniel Vezeau, conseiller senior – CTEQ – Mauricie

Secret de réussite

« Le succès de repreneuriat de la tabagie Grand-Père réside dans l’amour du commerce tant de la part de Michel que d’Alexandre. Ça n’a pas toujours été facile pour Michel, après 28 ans à la tête de la tabagie, de laisser son entreprise à une personne extérieure à sa famille. Il a donc fallu l’aider à lâcher prise, à faire confiance à la jeunesse et à ne pas prendre de décision à la place du repreneur. Pour Alexandre, le défi a été d’apprendre les rouages de l’entreprise. Mais c’est un gars d’affaires, qui sait qu’une entreprise est faite pour faire de l’argent. Ils ont donc chacun de leur côté mis de l’eau dans leur vin et travaillé ensemble pour que la passation se passe au mieux, et tout s’est déroulé dans un respect mutuel. » 

À propos de cette série

Le Centre de transfert d’entreprise du Québec (CTEQ) facilite la période de passage d’un cédant vers un repreneur. Pour mieux comprendre son rôle, les journaux du Groupe Capitales Médias
vous présentent quelques exemples de transfert d’entreprise réussis notamment par la présence du CTEQ. 

Un rendez-vous à lire le mercredi.