Andrew Molson

À VOTRE TOUR

Andrew Molson: Brasser des affaires… et promouvoir le repreneuriat

Avec près de 60000 entreprises à céder au cours des prochaines années dans la Belle Province, il est essentiel de préparer la relève entrepreneuriale afin de préserver les emplois, les savoirs et le dynamisme sur tout le territoire québécois. Représentant de la septième génération de la famille Molson, c’est à tout le moins le message que s’applique à transmettre Andrew Molson auprès des actuels propriétaires dirigeants.

«Dans toutes les régions du Québec se trouvent des femmes et des hommes en âge de prendre leur retraite, mais qui sont toujours aussi passionnés par les entreprises qu’ils dirigent. Ils doivent néanmoins apprendre à céder leur place pour le bien de ce qu’ils ont créé au fil des ans. À titre de porte-parole du CTEQ, mon souhait est d’enclencher une réflexion à cet égard chez ces entrepreneurs», fait valoir d’entrée de jeu Andrew Molson.  

Très engagé et détenteur d’une vaste expérience en affaires, l’homme possède le Cabinet de relations publiques NATIONAL, assume la présidence du Groupe conseil RES PUBLICA et siège notamment aux conseils d’administration de Molson Coors Brewing Company, du Groupe Jean Coutu et de la Société en commandite CH, propriétaire du Canadien de Montréal. Il agit en outre comme administrateur de plusieurs organismes à but non lucratif. 

Aide, conseil et soutien

S’il lui tient à cœur d’accroître le rayonnement de la cause du repreneuriat – qui est appelée à gagner en importance dans les années à venir –, il souligne du même souffle que chaque entreprise qui disparaît se traduit par des pertes d’emplois, directs et indirects, et par une communauté qui s’affaiblit. Il insiste donc sur les notions d’aide, de conseil et de soutien autour desquelles s’articule la mission du CTEQ et qui visent la pérennité des organisations.

«Des gens qui sont prêts à acheter, il y en a beaucoup, mais identifier des entrepreneurs qui pourraient vendre s’avère un exercice autrement plus difficile, note M. Molson. Dans le trans­fert, il y a un aspect personnel, émotif. Il existe différentes manières de passer le flambeau, mais l’objectif consiste chaque fois à assurer la poursuite des activités de l’entreprise, à garder la confiance de tous les intervenants qui gravitent autour d’elle.» 

SECRETS DE RÉUSSITE

Les défis  
Dans le cas du cédant, séparer la personne de l’entreprise est souvent difficile. Il faut pour ce faire recourir à des conseillers, particulièrement dans un contexte familial. Il y a un aussi défi de loyauté et d’engagement à long terme dans le processus de transfert. 

Les bonnes pratiques 
Les gens qui ont du succès ont su s’entourer de talents et combinent à la fois une vision à court et à long terme de l’entreprise. Conserver son sens de l’humour et considérer la concurrence avec respect sont également des éléments clés.

Un conseil 
Le transfert, il importe de bien y penser et de se préparer avant d’en parler. On doit avoir en tête le maintien des valeurs et principes qui ont fait la réussite de l’entreprise pour attirer et retenir les talents. Continuer d’être attractif, c’est une forme de leadership… 

À PROPOS DU CTEQ

Créé en 2015, le CTEQ accompagne repreneurs et cédants dans leur projet de transfert d’entreprise. Présente sur tout le territoire québécois, son équipe de conseillers propose des formations et des conférences, mais aussi un service de mises en relation et référencement d’occasions de reprise et de profils d’acquéreurs, l’INDEX. Dans le but d’établir un plan de transfert et d’en maximiser le succès, un accompagnement personnalisé est également offert par l’organisme.

Le Centre de transfert d’entreprise du Québec (CTEQ) poursuit sa mission et rayonne de plus en plus dans le milieu économique. Dans cette série d’articles, découvrez l’engagement de personnalités d’affaires qui partagent tellement la même vision du CTEQ qu’elles ont choisi d’en devenir des ambassadeurs ou des membres du conseil d’administration.

Premier de 11 • Prochain rendez-vous : le 30 octobre