Le manque de matières premières se traduit par de nombreux délais dans la vente des véhicules motorisés. Les acheteurs devront s’armer de patience.
Le manque de matières premières se traduit par de nombreux délais dans la vente des véhicules motorisés. Les acheteurs devront s’armer de patience.

Véhicules motorisés : les ventes montent en flèche

La vente et le prix des véhicules motorisés explosent par rapport aux années précédentes dans la région. Les manufacturiers prévoient d’ailleurs des délais pour fournir les unités déjà commandées puisqu’ils rencontrent des problèmes à recevoir des matières premières.

Cloé Hudon - Ce contenu est produit par les étudiants d’ATM -Journalisme Cégep de Jonquière.

C’est une saison très occupée pour les vendeurs de véhicules motorisés. « Les ventes montent en flèche depuis les premiers mois que nous sommes en opération. Pour février et mars c’est pratiquement un record.  Pour ma part, j’avais déjà un bon inventaire parce que j’avais commandé énormément d’unités à l’automne. J’avais prévu un peu le coup », confirme le propriétaire de Roulottes MLR, Dominic Savard. Les manufacturiers prévoient livrer la marchandise d’ici mai, mais certaines personnes pourraient recevoir leurs véhicules seulement d’ici juin, même juillet.

Hausse des prix

Cet engouement apporte son lot de problèmes.  On rapporte que depuis septembre, le marché a connu trois hausses de prix. « C’est environ 95% de mes véhicules qui proviennent des États-Unis.  Ils ont des problèmes de main-d’œuvre, à s’approvisionner en matières premières. Ils ne peuvent pas livrer comme il manque des pièces.  C’est de la manutention de plus et ça explique l’augmentation », confirme le propriétaire de Roulottes MLR.

« On voit une plus grande hausse dans le marché usagé. On vit une surenchère. Il y a quelques années, les inventaires chez les concessionnaires étaient plus élevés. Les gens ont donc acheté des véhicules liquidés, ils les revendent présentement et peuvent faire du profit », signale le directeur des ventes chez Roulottes A.S Lévesque, Roger Morency.

Prévention

Il est nécessaire de faire de la prévention auprès des nouveaux adeptes au sujet de l’entretien de ces véhicules. M. Savard explique qu’il y a énormément de clients qui n’ont jamais fait de camping. Il est important que les gens comprennent dans quoi ils s’embarquent. « C’est à nous de faire de la sensibilisation et de s’assurer que les gens continuent d’en faire. »