Les jeunes prennent toujours part aux championnats provinciaux juniors.

Quilleur dès son plus jeune âge

Bien que les quilles soient encore aujourd’hui pratiquées la plupart du temps par les gens de l’âge d’or, elles ne sont toutefois pas délaissées pour autant par les jeunes. C’est le cas d’Emmanuel Renaud qui y joue depuis l’âge de trois ans.

Maëlie Perreault-Lajoie - Ce contenu est produit par les étudiants en ATM — Journalisme du Cégep de Jonquière

«Mon grand-père a fondé le salon de quilles à L’Ascension-de-Notre-Seigneur, au Lac-Saint-Jean, dans les années 1970», a-t-il raconté. Les membres de la famille d’Emmanuel pratiquent ce sport depuis plusieurs années. «On joue depuis qu’on est très jeunes. Donc, j’ai eu ma première boule de quilles à trois ans, mais dans les ligues j’ai commencé à peu près vers sept ans», a-t-il expliqué.

Emmanuel a déjà joué dans les championnats provinciaux juniors de quilles, mais n’a pas remporté de médaille, contrairement à sa sœur, Anne-Marie Renaud, qui a remporté la première place dans la catégorie des 15 à 17 ans.

Cela ne l’empêche pas de continuer de jouer en saison régulière une fois par semaine dans une ligue à Donnacona, une ville qui se situe dans la région administrative de la Capitale-Nationale, près de Québec. Il joue avec d’autres étudiants et prend part à des compétitions d’adultes. Cependant, il ne joue plus aussi souvent qu’avant. «C’est assez tranquille, étant donné que je suis présentement à l’université», a-t-il dit.

Salons en déclin

Il n’en reste pas moins qu’aujourd’hui, les gens ont tendance à délaisser les salons de quilles. «Depuis déjà plusieurs années, il y a des salons de quilles qui ont fermé un peu partout dans la province», a remarqué Emmanuel Renaud.

La principale clientèle des salons est vieillissante. Encore là, certains joueurs de l’âge d’or ne peuvent plus les fréquenter. «C’est sûr que j’en perds un peu, à cause de décès et de maladies», a affirmé la directrice générale du Salon de quilles Le Dallo de la rue Jolliet à Chicoutimi, Marie-Josée Martel.

Les salons de quilles tentent alors d’attirer les plus jeunes, mais la tâche n’est pas simple à réaliser. Les petites villes ont plus de difficulté à recruter de nouveaux joueurs, comparativement aux grands centres urbains. «Le bassin de population est plus grand, c’est beaucoup plus facile pour eux», a rapporté Emmanuel.

Les championnats catégorie dix-quilles

Les championnats provinciaux juniors, aussi appelés catégorie dix-quilles, sont des compétitions de quilles regroupant 16 participants de différents groupes d’âges, tels que les onze ans et moins, les 12 à 14 ans, les 15 à 17 ans et les 18 à 21 ans.

Selon la Fédération québécoise des Dix-Quilles, chaque région a son équipe formée de jeunes joueurs. L’année dernière, les championnats ont eu lieu en Abitibi-Témiscamingue, au Salon de quilles Méga de Rouyn-Noranda. Pour l’édition 2020, ça se passera au Bas-Saint-Laurent, à Rivière-du-Loup.

Mme Martel est fière de la Ligue Junior dont elle est responsable. «J’ai une vingtaine de jeunes entre 5 et 21 ans, a-t-elle déclaré. On se qualifie pour les championnats provinciaux!»