Contenu commandité
Le lavage des mains, une pratique courante?
Le lavage des mains, une pratique courante?
Des journalistes du journal La Pige sont allés sur le terrain pour sonder les gens sur les mesures sanitaires.
Des journalistes du journal La Pige sont allés sur le terrain pour sonder les gens sur les mesures sanitaires.

Des mesures raisonnables, mais non respectées

Selon une majorité de citoyens interrogés, les mesures sanitaires à Place du Royaume ne sont pas exagérées. Par contre, ceux qui ne partagent pas cet avis ne veulent pas expliquer leur refus de se laver les mains.

Félix Laroche et Anthony Ouellet - Ce contenu est produit par les étudiants d’ATM - Journalisme du Cégep de Jonquière

C’est après avoir observé et comptabilisé les gens qui n’utilisaient pas les stations de désinfections aux entrées, que deux journalistes de La Pige sont allés chercher les réactions d’une douzaine de personnes.

Le constat est sans équivoque. Ceux qui refusent de se nettoyer les mains sont aussi ceux qui ne veulent pas répondre aux questions. Le premier cas marquant est celui d’un homme qui a pris plusieurs minutes à mettre son foulard qui faisait office de masque. Lorsqu’il a été abordé, il a refusé de répondre par manque de temps. «Non je n’ai pas le temps», s’est écrié l’homme. Après avoir précisé que l’entrevue ne durerait qu’une à deux minutes, l’homme s’est montré encore plus agressif. «NON, NON, NON! Je n’ai pas le temps!», a-t-il crié au beau milieu du centre commercial.

Une autre dame qui ne s’était pas lavée les mains après avoir clairement vu le distributeur a été abordée et semblait disposée à répondre. Toutefois, lorsque la première question sur les mesures sanitaires a été posée, la femme a tout simplement décidé de quitter sans faire de commentaires.  

Manque de visibilité et oubli

Les autres raisons qui reviennent sont l’oubli ou tout simplement le fait que la personne en question n’avait pas aperçu le désinfectant. «Des fois, j’y pense, mais pas tout le temps. Par contre, chaque fois que j’entre dans une boutique, je me désinfecte les mains», explique Gilles, qui ne s’était pas nettoyé les mains à l’entrée. Un jeune adolescent, Mathieu Gauthier, avoue oublier quelques fois et aimerait qu’il y ait plus de rappels concernant les mesures sanitaires.

Pour sa part, Hélène Ross est entrée à Place du Royaume par la porte près du Winners. Elle est passée devant le distributeur et l’affiche qui demande aux gens de se désinfecter les mains. «Je ne l’ai pas vu», mentionne-t-elle, tout simplement lorsque questionnée sur la raison de son omission.

Des mesures sanitaires exagérées?

La majorité des personnes rencontrées est en accord pour dire que les mesures sanitaires sont adéquates et nécessaires. Cette pensée n’est toutefois pas partagée par tous.

Deux hommes, par exemple, étaient plus dérangés par ces mesures. Les deux individus sont entrés par la porte près du Winners et ils ne se sont pas désinfecté les mains, en plus d’arriver de l’extérieur, donc du stationnement. L’un des deux messieurs s’est reculé en disant qu’il gardait même deux mètres de distance de façon très arrogante. Les deux hommes ont confirmé qu’ils se lavaient les mains à chaque entrée. Par contre, lorsqu’ils ont été confrontés sur le fait qu’ils ne l’avaient pas fait, l’un des deux adultes a répondu de façon agressive. «J’arrive d’un autre magasin. Criss là, ça fait 10 fois que je me les lave depuis à matin», a-t-il hurlé avant de partir vers un magasin.

De façon plus respectueuse, Isabelle Tremblay explique que c’est beaucoup, mais important. «C’est vrai que parfois ça devient tannant parce que tu viens juste de sortir, pis si tu vas au magasin à côté tu dois te relaver les mains. Mais en même temps, si tout le monde touche à quelque chose c’est important», a exprimé la femme.

Changement d’habitude en zone rouge

Pour les personnes rencontrées, la zone rouge changera un peu leurs habitudes.  La plupart ont mentionné qu’ils allaient être plus prudents et moins sortir. «On va essayer de voir moins de personnes, a déclaré Théo Gauthier, un adolescent. On va faire plus attention pour ne pas propager le virus.» Plusieurs autres répondants ont d’ailleurs précisé vouloir favoriser l’achat en ligne en zone rouge pour éviter de sortir.