Voici le terrain en question visible par satellite

La Pige

Il n'y a pas d’«ovniport» à Bégin

Mariane Guay - Non, il n’y a pas d’«ovniport» à Bégin. Contrairement aux rumeurs qui ont circulé sur Facebook dernièrement, les mosaïques visibles sur la vue satellite de Google Maps à la limite de Saint-Ambroise et Bégin ont été construites par un artiste qui désirait enjoliver son jardin, et non par un Raëlien.

Ce contenu est produit par les étudiants d'ATM -Journaliste du Cégep de Jonquière

«Je n’ai aucun lien avec qui que ce soit, je n’ai aucun lien avec aucune religion ni aucune secte, c’est seulement des mosaïques que j’ai faites au sol pour moi», a martelé le propriétaire du terrain, Alain Simard. L’homme dans la soixantaine avait créé ces formes au début des années 2000 à l’aide de pierres et de poussière de pierre.

Après avoir vu les images de Google Maps, la relationniste au Mouvement raëlien canadien, Marissé Caissy, a confirmé qu’il ne s’agissait pas d’un terrain appartenant à la secte. «Je peux vous assurer que ni ce terrain, ni les formes, ne proviennent de nous. Nous ne possédons aucun terrain au Québec», a-t-elle expliqué.

Il y a deux ans, le sexagénaire a commencé la démolition de ses œuvres, entre autres en raison des rumeurs qui circulaient à son sujet. «Ce qui est malheureux là-dedans, c’est que ça été des années de travail et je les ai défaites pour ces mensonges-là, a-t-il lancé. En défaisant cela, je vais avoir la paix». Il dénonce également la méconnaissance de la population. «C’est incroyable ce que les gens peuvent dire dans l’ignorance, ce qu’on peut faire avec l’ignorance.»

La municipalité de Bégin était au courant de la situation. «La dernière fois que j’ai parlé au monsieur, il était en train de démolir les mosaïques. Il ne se passe plus rien là et il ne s’est jamais rien passé», a ajouté la secrétaire-trésorière adjointe à la municipalité de Bégin, Louise Perron.

M. Simard a conservé une seule de ses mosaïques, mais il songe à la détruire dès l’an prochain vu les circonstances.

La publication divulguée le 8 novembre dernier sur «spotted Chicoutimi» avait généré plus de 850 commentaires et une centaine de partages.