Le propriétaire du Soleil Le Vent, Laurice Nadeau, est à la barre de son commerce depuis son ouverture sur la rue Saint-Dominique. Il compte relancer la vente d’aliments en vrac, comme il y a 37 ans.

Épiceries bio : achalandage en hausse

Les épiceries spécialisées dans la vente de produits biologiques ont connu récemment une augmentation de leur achalandage. Ce changement pourrait être causé par une plus grande sensibilisation des consommateurs à l’environnement, selon un commerçant.

Antoine Pelland-Ratté — Ce contenu est produit par les étudiants en ATM – Journalisme du Cégep de Jonquière

 «Depuis un an, notre commerce a connu une forte hausse de sa fréquentation allant de 30 à 40 %», confirme le copropriétaire du Garde-Manger, Alain Tremblay. «On a un bon appui des consommateurs, puisqu’on est approvisionnés par beaucoup de producteurs locaux. Même que dans la dernière année, on a fait entrer plus de 300 nouveaux produits», ajoute-t-il.

Située à Jonquière, l’épicerie de produits biologiques Soleil Le Vent a elle aussi connu une récente et nette croissance de son nombre de clients, a remarqué son propriétaire, Laurice Nadeau. «Ça attire autant les jeunes que les aînés. Ce sont toutefois les clients âgés entre 30 et 50 ans qui ont les plus gros paniers d’épicerie», explique-t-il.

Selon lui, cette augmentation soudaine de l’achalandage est dûe à une plus forte sensibilisation de la population à la protection de l’environnement. «Les gens s’éduquent, en apprennent davantage sur l’écologie et établissent un lien entre manger biologique et protéger la planète, affirme-t-il. Lorsqu’on a ouvert il y a 37 ans, on était une curiosité. Aujourd’hui, même les épiceries à grande surface se penchent de plus en plus vers le bio.»

Le gérant du département d’épicerie du Maxi de la Place de la Colline à Chicoutimi, Claude Desbiens, a remarqué une fréquentation grandissante de la nouvelle section de produits biologiques, mise en place depuis près d’un an dans les Maxi de la région.

Malgré l’intérêt grandissant des supermarchés pour les produits biologiques, Alain Tremblay et Laurice Nadeau confirment l’absence de compétition marquée dans leur domaine. Ils s’entendent également pour dire que la pénurie de main-d’œuvre n’est pas un problème pour eux. «J’avoue que je n’ai pas vraiment dû faire de démarches pour recruter qui que ce soit», s’aperçoit M. Nadeau.

Alain Tremblay et sa conjointe sont copropriétaires du Garde-Manger depuis un an. Située à Chicoutimi, l’épicerie met à la disposition de ses clients des produits régionaux en vrac, ainsi que des cosmétiques à base de produits naturels. À l’avenir, ils prévoient tendre encore davantage vers le zéro déchet.