Plusieurs déchets ont été retrouvés hors des villages de pêche.

Des pêcheurs pollueurs

Une photo montrant plusieurs canettes de bière vides éparpillées ainsi que des boîtes de carton dans le secteur de Grande-Baie a suscité le mécontentement de plusieurs pêcheurs sur les réseaux sociaux.

Laurent Théoret — Ce contenu est produit par les étudiants en ATM – Journalisme du Cégep de Jonquière

Cette photo a été prise en dehors des villages officiels par un des spécialistes de la pêche blanche du Saguenay, Rémi Aubin. «Ce n’est qu’une infime portion des pêcheurs qui se laissent trainer de la sorte mais ça reste tout de même déplorable », explique, découragé le pêcheur expérimenté. La photo a été publiée sur le groupe Facebook Adepte de pêche blanche sur le fjord du Saguenay et elle a été repartagée plusieurs fois dans différents groupes de pêcheurs. Les internautes ont fortement réagi et ont fait savoir leur mécontentement. Ils étaient indignés de savoir que certaines personnes pouvaient laisser leurs déchets dans un espace normalement propre. «J’ai plus de 20 000 membres répartis dans trois ou quatre groupes Facebook qui dénoncent ce genre de comportement et d’action. Les gens ne veulent pas être associés à ce type d’évènement», raconte M. Aubin.

Selon ce dernier, il y a une législation en vigueur pour les cas de ce genre, mais ce sont principalement des lois non écrites entre les pêcheurs qui favorisent le bon entretien des espaces de pêche en dehors des villages sur glace. «Je recommande aux gens qui voient des incidents comme celui-ci de prendre en note le plus de détails possibles pour ensuite porter plainte.» Les pêcheurs pris en flagrant délit peuvent être soumis à une amende de 100 $ et 250 $  lors d’une récidive, explique le directeur des communications de la Ville de Saguenay, Jeannot Allard.

Sensibilisation

Dans les dernières années, la coordonnatrice du Comité d’intervention prioritaire (ZIP) au Saguenay, Claudia Carrascal-Leal, a fait de la sensibilisation dans l’ensemble des villages de pêche blanche de son territoire, allant de cabane en cabane pour, entre autres, savoir ce que font les gens avec leurs déchets. «C’est dommage de constater ce type de comportement, qui semblait avoir diminué depuis que nous faisons de la sensibilisation, mais ça prouve qu’il faut poursuivre notre travail et que les comportements doivent encore être améliorés», a-t-elle affirmé.

Le Comité ZIP Saguenay-Charlevoix travaille à la protection et à la restauration de la rivière Saguenay et de l’estuaire du Saint-Laurent en Charlevoix, par des activités de concertation et par des projets variés. Le Comité fait aussi la promotion du Défi Saint-Laurent, qui vise la diminution de la consommation des produits plastiques qui polluent ultimement le Saint-Laurent.

Les canettes vides sur le site de pêche dans le secteur de Grande-Baie.