Ces installations sont celles sur lesquelles les étudiants du programme Centre TERRE s’exercent.

Des panneaux solaires à la rescousse

Le Centre des technologies des énergies renouvelables et du rendement énergétique (Centre TERRE) du Cégep de Jonquière s’associe à la pourvoirie Aventures Nipissi pour trouver de nouvelles solutions d’énergies renouvelables et économiquement viables.

Rudy Jodoin — Ce contenu est produit par les étudiants en ATM – Journalisme du Cégep de Jonquière

 Le président de la pourvoirie, située à 200 kilomètres au nord de Dolbeau-Mistassini, Jeannot Plourde, souhaite trouver une autre source d’énergie que ses actuelles génératrices, fonctionnant au diesel, pour alimenter ses deux installations. Il espère ainsi avoir une production énergétique moins bruyante, plus fiable et moins coûteuse à long terme. «Le Cégep de Jonquière avait des études à faire en lien avec des panneaux solaires et des pourvoiries au nord du 49e parallèle. Ils nous ont approchés. Ces gens-là ce sont des experts! Ils peuvent calculer exactement les économies et prévoir des installations adéquates à la fine pointe de la technologie», explique M. Plourde.

Le CREDD : porteur du projet

Ce projet entre dans le cadre d’une initiative du Conseil régional de l'environnement et du développement durable du Saguenay-Lac-Saint-Jean (CREDD). «On a travaillé ensemble dans le projet et on a demandé une subvention à la Société du Plan Nord. Le projet dont M. Plourde bénéficie a été subventionné en partie par cette dernière», souligne le titulaire du Centre TERRE, Martin Bourbonnais. Par le biais d’analyses, de relevés et de mesures obtenus sur les lieux de l’entreprise, le Centre TERRE est à même de guider le client vers la source énergétique qui répond le mieux à ses besoins.

Des étudiants impliqués

Durant l’été 2019, des étudiants ont installé des instruments de mesure à la pourvoirie pour calculer la consommation de pétrole et l’énergie demandée au total. Ces derniers sont allés récupérer les outils de mesure il y a quelques jours pour faire l’évaluation des données. L’un d’eux est responsable de relever et traiter les données dans le but de faire des graphiques qui expliquent la consommation d’énergie du site. Le deuxième étudiant impliqué a développé un logiciel diagnostic en ligne avec une base de données qui permet de faire un portrait global de l’énergie dans ce genre de milieux.

Au moment d’écrire ces lignes, le rapport n’a pas été encore remis au président de la pourvoirie. Bien qu’il soit impossible de connaître tous les détails du rapport, M. Bourbonnais est persuadé que des panneaux solaires seront une solution potentiellement rentable à moyen terme pour M. Plourde.