La Pige a joint dix CPE de la région afin de prouver les propos du Regroupement.

CPE : un système parallèle ?

Le Regroupement des parents utilisateurs de garderies non subventionnées persiste et signe : il y aurait un système parallèle afin de contourner La Place 0-5. La région du Saguenay-Lac-Saint-Jean ne serait pas épargnée. La Pige n’a cependant pas réussi à prouver hors de tout doute l’existence de failles dans ce système.

Jérôme Gagnon  Ce contenu est produit par les étudiants en ATM- Journalisme du Cégep de Jonquière.

Le guichet La Place 0-5 a été mise en place en septembre 2018. Il oblige les parents souhaitant obtenir une place dans un établissement de garde subventionné à inscrire leur enfant sur une liste et du même coup à attendre leur tour.

Le regroupement des parents utilisateurs de garderies non subventionnées dénonce ce système «injuste» et demande une équité pour les frais de garde d’enfants aux parents utilisateurs du milieu non subventionné.

La fondatrice du mouvement #Parentsfloués, Brigitte Cardinal, explique que le manque de places en garderies subventionnées et l’iniquité des tarifs pour des services de garde créent un marché noir. Des parents tenteraient de contourner la liste publique en versant des pots-de-vin aux centres de la petite enfance de la province.

L’ambassadrice régionale du regroupement, Jennifer Girard, reconnaît que les failles du système seraient aussi exploitées dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Mme Girard signale que les places en CPE à Saguenay sont très limitées et que des politiques internes juridiques avantagent instantanément la famille des éducatrices, la fratrie et les enfants avec un handicap.

«Ce qu’on sait c’est qu’il n’y a pas de vérifications qui sont faites pour savoir si les garderies ont vraiment choisi l’enfant sur la liste», mentionne-t-elle.

L’Arvidienne raconte qu’elle a, elle-même, essayé de contourner La Place 0-5 avant d’avoir une place à la toute dernière minute dans une garderie subventionnée. 

 «J’ai fait des appels parce que je cherchais désespérément une place et je me suis mise à chercher en évoquant que je travaillais à temps partiel à certaines garderies et j’ai reçu des réponses différentes. Certains CPE conservaient mon nom et me disaient que peut-être qu’il avait une place », a indiqué l’ambassadrice régionale du regroupement.

L’expérience de La Pige 

Une source anonyme a raconté à La Pige l’histoire d’un couple de médecins de la région qui aurait reçu une place pour un poupon en CPE en une journée en contournant le guichet gouvernemental.

Une tâche qui serait «impossible» sur la Place 0-5 selon le regroupement des Centres de la Petite Enfance du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

 La Pige a donc essayé de téléphoner directement dans des CPE de la région afin de tester les limites du système. Tous les CPE rejoints nous ont référé à la Place 0-5.

Le journal La Pige a fait cette enquête après la publication du reportage d’ICI Mauricie Centre-du-Québec qui démontrait qu'il existerait un marché noir des places en garderie au Québec.

Une réunion est maintenant prévue entre Mme. Cardinal et le Ministre de la famille, Mathieu Lacombe le 6 février.

Le Regroupement n’est pas au courant

La coordonnatrice du Regroupement des Centres de la Petite Enfance du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Nathalie Laberge, affirme n’avoir jamais eu connaissance d’un «marché noir» qui contournerait La Place 0-5 dans la région.

Jérôme Gagnon

Ce contenu est produit par les étudiants en ATM- Journalisme du Cégep de Jonquière.

Nathalie Laberge souligne qu’elle n’a pas entendu parler du dossier, car c’est la responsabilité de La Place 0-5 de gérer les listes d’attentes et aux CPE d’aller sur La Place 0-5 pour attribuer les places disponibles.

«Il manque des places dans la région, on ne s’en cachera pas.  Je pense qu’il y a des parents fâchés qui pensent que certains ont des privilèges. Ce n’est pas supposé»,a mentionné Mme Laberge, démentant ainsi sur le reportage d’ICI Mauricie Centre-du-Québec qui supposait l’existence d’un marché noir pour l’obtention de places en garderie au Québec.

La coordonnatrice du Regroupement des Centres de la Petite Enfance du Saguenay Lac-Saint-Jean prévient qu’il faut faire attention lorsqu’on parle de privilégiés.

 « Il existe différentes politiques internes. Souvent la fratrie va passer en premier tout comme les enfants des employés.». Mme Laberge espère que la région n’est pas touchée par ces techniques de contournement du système.