Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Votre réplique intégrale du Progrès du 1er au 7 mai

Mélanie Côté
Mélanie Côté
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
Voici la réplique numérique intégrale de l'édition magazine papier du Progrès du 1er au 7 mai.

Bon samedi à tous!

Cette semaine, nous vous offrons un dossier complet sur le 50e anniversaire de Saint-Jean-Vianney, fouillé et préparé par le journaliste Guillaume Roy.

Le 4 mai 1971, un glissement de terrain a marqué l’histoire du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Cinquante ans après cet événement, on vous présente des témoignages d’anciens résidants, le travail effectué pour faire oeuvre de mémoire, ainsi que les avancées scientifiques qui ont permis de mieux comprendre ce qui s’est passé.

En voici d'ailleurs un extrait :

«Ma marraine et ses cinq enfants sont embarqués dans la voiture pour s’en aller vers Jonquière, alors que mon parrain parlait avec les voisins pour comprendre ce qui se passait. Quand il est venu pour embarquer, tout est parti, sa femme, ses enfants, sa voiture et sa maison.» L’homme a survécu, mais il a perdu six membres de sa famille sur les 31 victimes. Le drame a marqué la famille pour une longue période, car deux des enfants n’ont jamais été retrouvés. Une des filles a été retrouvée au Nouveau-Brunswick, un an plus tard, portée par les flots du Saguenay et du Saint-Laurent.

+

Au cours des cinq dernières décennies, les recherches scientifiques sont venues éclaircir les causes du glissement de terrain de Saint-Jean-Vianney. Contrairement aux croyances populaires avancées après la tragédie, le glissement de terrain n’a pas été causé par une rivière souterraine. C’est plutôt un premier glissement de terrain, survenu le 28 avril, qui a été l’élément déclencheur de la catastrophe en générant suffisamment d’énergie pour liquéfier une énorme masse d’argile sensible.

Un dossier à ne pas manquer. Bonne lecture!

Notre édition de cette semaine

Pour consulter l'édition réplique intégrale du Progrès de cette semaine, cliquez ici.