Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Conor Frenette des Tigres de Victoriaville a joué les héros en faisant dévier la rondelle derrière Jonathan Lemieux à la septième minute de la prolongation.
Conor Frenette des Tigres de Victoriaville a joué les héros en faisant dévier la rondelle derrière Jonathan Lemieux à la septième minute de la prolongation.

Victoire spectaculaire des Tigres en prolongation [PHOTOS + VIDÉO]

Carl Tardif
Carl Tardif
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Dans une fin de match spectaculaire, les Tigres de Victoriaville ont comblé un déficit de 3-0 en toute fin de troisième période pour finalement l’emporter 4-3 en prolongation aux dépens des Foreurs de Val-d’Or, dimanche après-midi au Centre Vidéotron, et prendre ainsi les devants 2-1 dans la finale de la Coupe du Président de la LHJMQ.

Conor Frenette, un joueur qui fait tout pour l’équipe et rien pour lui-même selon les dires de son entraîneur-chef, a joué les héros en faisant dévier la rondelle derrière Jonathan Lemieux à la septième minute de la prolongation pour couronner cette victoire que personne n’attendait jusqu’à la remontée de la troisième période.

«S’il y a quelque chose que j’admire de notre équipe, c’est la résilience. Peu importe le pointage, on joue jusqu’à la fin et ç’a été payant. On dit que la pire avance au hockey est de 3-0, on l’a vu», racontait Frenette, auteur de son deuxième but en prolongation dans les présentes séries.

Les Tigres avaient réussi un tour de force incroyable en comblant un déficit de 3-0 dans les sept dernières minutes de la troisième période, Nicolas Daigle, Shawn Element et Alex Beaucage marquant ces trois buts sans réplique.

Plus dramatique encore, Alex Beaucage a forcé la prolongation en créant l'égalité 3-3 alors qu’il ne restait que cinq maigres secondes au tableau.

Tout juste avant ce but, son coéquipier Shawn Element avait empêché Jakob Pelletier de mettre fin au débat dans un filet désert, et sur la relance, Beaucage semait à la fois joie et consternation, selon la couleur de son chandail et son équipe préférée, dans un Centre Vidéotron fort animé.

Alex Beaucage des Tigres a forcé la prolongation en créant l'égalité 3-3 alors qu’il ne restait que cinq maigres secondes au tableau.

«À 3-0, je sentais l'équipe abattue pour la première fois, mais on s'est regroupé de façon incroyable et les leaders ont toujours des mots positifs dans la chambre. Le mot d’ordre était d’y croire. On voyait bien qu’on ne lâchait pas, et avec six minutes à faire, Nicolas Daigle a marqué un gros but pour libérer, et après, on a suivi avec deux gros buts dans la dernière minute. Que demander de mieux, je suis vraiment content de l’équipe, c’est l’un des plus beaux moments d’une carrière», affirmait l’entraîneur-chef des Tigres, Carl Mallette, qui a pointé en direction de sa famille, dont son frère, après la victoire quasiment inespérée des siens.

Les Foreurs filaient vers une victoire relativement sans trop de problèmes. En deuxième période, une poussée de deux buts en 46 secondes leur avait permis de chasser le gardien Nikolas Hurtibise, remplacé par Fabio Iacobo.

Et en début de troisième, Victoriaville avait bousillé un jeu de puissance à cinq contre trois qui fut suivi d’un autre avantage numérique sans réussir à se rapprocher. En retard 3-0 et après deux aussi belles occasions ratées, le match semblait hors d’atteinte pour eux.

Les Foreurs filaient vers une victoire relativement sans trop de problèmes. En deuxième période, une poussée de deux buts en 46 secondes leur avait permis de chasser le gardien Nikolas Hurtibise, remplacé par Fabio Iacobo.

De l’autre côté, Maxim Cajkovic, Nathan Légaré et Maxence Guénette avaient réussi à doter les Foreurs d’une avance de 3-0 qui semblait confortable à mi-chemin en troisième période. Peut-être trop confortable.

«Quand tu mènes 3-0 avec 6:35 à faire, tu n’as pas le droit de ne pas sortir avec la victoire. On a perdu le momentum, en troisième, et on n’a jamais su comment le reprendre. Il s’agit d’une belle occasion pour le groupe de montrer notre force de caractère et je n’ai aucun doute qu’on saura relever nos manches. On a joué trois matchs, rien n’est terminé», disait l’entraîneur-chef des Foreurs Daniel Renaud.

Le quatrième match aura lieu mardi, à 19h, toujours au Centre Vidéotron.

Les Foreurs profitaient d’une avance de 3-0 à mi-chemin en troisième période.

LES RECRUES HONORÉES

Le défenseur des Olympiques de Gatineau Tristan Luneau s’est mis en évidence sans avoir joué pendant le troisième match de la finale. La LHJMQ a profité de l’occasion pour dévoiler qu’il était à la fois la recrue par excellence de la dernière saison et aussi la recrue défensive, qui lui a valu le trophée Raymond-Lagacé, devant Evan Nause (Québec) et Pier-Olivier Roy (Victoriaville).

On le savait déjà, les Olympiques ont vraiment un bel avenir devant eux. En plus de Luneau, son coéquipier Antonin Verreault a pour sa part mérité le trophée Michel Bergeron remis à la recrue offensive de l’année dans la LHJMQ grâce à ses 29 points en 31 matchs.

La LHJMQ a invité le maire de Québec Régis Labeaume pour effectuer la mise au jeu protocolaire avant le match. Elle voulait souligner sa contribution et le soutien de la ville dans cette saison peu ordinaire où quelques «bulles» ont été installées au Centre Vidéotron, dont celle des séries éliminatoires.