Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Zachary Bolduc est considéré comme un espoir pouvant être sélectionné en première ronde lors du prochain repêchage de la LNH.
Zachary Bolduc est considéré comme un espoir pouvant être sélectionné en première ronde lors du prochain repêchage de la LNH.

Une absence dure à avaler pour Zachary Bolduc

Ian Bussières
Ian Bussières
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
L’attaquant de l’Océanic de Rimouski Zachary Bolduc ne cache pas qu’il trouve un peu dur à avaler de se retrouver de nouveau sur la touche en raison de la blessure qu’il a subie contre les Tigres de Victoriaville et qui pourrait lui faire rater le reste de la saison et les séries.

«Oui, c’était banal comme accident, ce n’était pas un coup salaud, c’était vraiment de la malchance», a expliqué Bolduc en point de presse. Selon ce qu’a rapporté son entraîneur Serge Beausoleil, le patin du joueur vedette était resté coincé dans la glace, ce qui a provoqué une torsion de sa jambe et une blessure qui le tiendra quelques semaines à l’écart du jeu.

«J’ai essayé de patiner à l’entracte et ça allait bien, mais quand j’ai rembarqué par la suite durant le match, c’était vraiment douloureux. Au début, j’ai trouvé ça très dur à avaler, mais ça ne me donne rien de m’apitoyer sur mon sort», a déclaré le Trifluvien de 18 ans considéré comme un espoir pouvant être sélectionné en première ronde lors du prochain repêchage de la LNH.

Saison difficile

Même s’il domine les marqueurs de son équipe avec 10 buts et 19 aides en 27 parties, Bolduc avoue que la présente saison est loin d’avoir été évidente pour lui qui a été blessé à une épaule cet automne en plus d’avoir dû subir une appendicectomie peu avant les Fêtes. «Ce n’est pas une saison chanceuse ni à la hauteur de mes attentes. Ça n’a pas été une saison facile, mais j’ai vraiment forgé mon caractère là-dedans», poursuit-il en ajoutant qu’il a tout de même connu «quelques bons moments».

Bolduc insiste pour dire qu’il aurait aimé pouvoir aider son équipe à l’approche des séries. «Cette blessure n’est vraiment pas arrivée au bon moment, car je sais que les gars vont avoir de gros matchs à jouer à l’approche des séries. Cependant, je me suis donné comme objectif de pouvoir renouer avec l’action cette année. Moi, j’y crois. On a un bon groupe de gars et s’ils se rendent loin en séries, peut-être que je pourrais revenir au jeu. Je leur serais extrêmement reconnaissant si j’avais la chance de jouer durant les “playoffs” cette année», ajoute celui qui a déjà commencé ses traitements avec un physiothérapeute.

Pour ce qui est du repêchage de la LNH, Bolduc ne cache pas qu’il s’est inquiété au départ de l’impact de cette troisième absence cette saison sur ses chances d’être sélectionné. «Par contre, j’ai parlé à mes agents et à quelques équipes qui m’ont contacté et tous semblent me dire que ça n’affectera pas mon rang.» Bolduc a déclaré s’être entretenu avec une vingtaine d’équipes du circuit Bettman.

Une grosse perte

Pour Serge Beausoleil, la perte de Bolduc vient créer un casse-tête à l’approche des séries. «C’est notre meilleur marqueur, c’est un moteur très important de notre attaque. Cependant, il ne faut pas oublier que la malchance de certains peut être une opportunité pour d’autres», a ajouté le pilote de l’Océanic qui, fidèle à son habitude, n’a pas révélé qui compléterait dorénavant le trio sur lequel Bolduc évoluait avec Adam Raska et Xavier Cormier.

«Comme Émile Lambert sera aussi absent pour un certain temps, on étudie la possibilité de rappeler un joueur du Midget AAA pour la première ronde des séries», ajoute aussi Beausoleil.

L’entraîneur a aimé ce qu’il a vu de son équipe au niveau du temps de possession de la rondelle et des chances de marquer au cours des dernières parties. Cependant, dans la dernière étape de la saison, où l’Océanic affrontera le Drakkar de Baie-Comeau et les Remparts de Québec, il aimerait voir ses protégés s’améliorer sur les unités spéciales. «À cinq contre cinq, ça va bien, mais c’est un secret de polichinelle de dire qu’on devrait encore s’améliorer en désavantage numérique et développer notre hargne», résume-t-il en terminant.