Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Steve Turcotte
Le Nouvelliste
Steve Turcotte
Passer du statut d’adjoint à pilote au sein d’une même équipe n’est pas toujours un gage de succès.
Passer du statut d’adjoint à pilote au sein d’une même équipe n’est pas toujours un gage de succès.

Un vent de face pour Ducharme

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / Ayant le sentiment d’avoir livré la marchandise cet été, Marc Bergevin était à bout de patience, après une sixième défaite en huit matchs mardi soir face aux jeunes Sénateurs.

Le directeur-gérant doit déjà faire des acrobaties pour respecter le plafond, une transaction devient presque une mission impossible à ce stade-ci de la saison. Surtout si le joueur visé est en sol américain, alors qu’une quarantaine de 14 jours l’attendrait au Canada avant de pouvoir joindre les rangs du Canadien.

Dans les circonstances, pour administrer un électrochoc, il n’y avait qu’un bouton, celui faisant sauter le pilote Claude Julien. Kirk Muller est une victime collatérale.

Le duo peut se sentir trahi, reste que sa feuille de route à la barre de l’équipe ces dernières années est bien mince. Grosse réputation, résultats médiocres. Dans ce business, peu importe ta notoriété, les résultats finissent toujours par avoir le dernier mot.

Du sang neuf?

La jeune confrérie des entraîneurs québécois et la grande majorité des observateurs ont salué l’arrivée de Dominique Ducharme comme remplaçant. Enfin du sang neuf, de nouvelles idées.

Ouin.

Pas tout à fait.

Ducharme faisait partie du personnel de Julien. Évidemment, ce dernier avait toujours le dernier mot, c’était lui le capitaine du bateau. Mais si Ducharme était à ses côtés, c’est parce qu’il respectait sa vision, ses idées. Au hockey, on perd et on gagne en équipe. Ducharme a une certaine part dans l’échec du groupe d’entraîneurs.

D’ailleurs, passer du statut d’adjoint au pilote au sein d’un même groupe, c’est loin d’être évident. Dans le passé, pour une histoire de réussite dans ce genre de transition, il y en a cinq beaucoup moins heureuses.

Ducharme obtient cette audition sans jamais avoir dirigé chez les pros, un bagage certainement utile pour naviguer dans la tempête. Sans être un ancien joueur de la LNH non plus, un statut qui commande un certain respect dans ce milieu. Ajoutez que même si Bergevin a martelé en conférence de presse que Ducharme était son homme, pandémie ou non, il lui a confié le job sur une base intérimaire, ce qui n’est pas exactement un signal très autoritaire envoyé au groupe. Si vous rassemblez ces éléments, Ducharme s’installe avec le vent de face, pas le vent dans le dos.

Ça ne veut pas dire qu’il est condamné d’avance. Ducharme a eu du succès à des niveaux inférieurs, ce n’est pas un hasard. Il rêve probablement d’une telle opportunité depuis ses débuts derrière le banc des Patriotes de l’UQTR avec Jacques Laporte, comptez sur lui pour tenter de mettre son empreinte sur cette équipe.

Il y a un paquet de chantiers où il peut amener des correctifs. L’équipe est indisciplinée, la défensive est désorganisée. Les unités spéciales sont atroces. Au plan individuel, les deux vedettes de l’équipe, Carey Price et Shea Weber, n’ont pas leur lustre habituel. Philip Danault se cherche offensivement. Jesperi Kotkaniemi a régressé après avoir montré de beaux flashs lors des dernières séries.

La mauvaise nouvelle, c’est que l’équipe disposera de bien peu de temps pour s’entraîner dans les prochaines semaines. L’horaire est un peu fou d’ici la fin du calendrier…

En conférence de presse, Ducharme est apparu en contrôle. Contrairement à son patron qui était à cran, Ducharme était calme. Bon, il ne sera jamais un grand conférencier, mais il livrait la plupart du temps le fond de sa pensée, notamment sur la raison pour laquelle il se sentait prêt à relever ce défi. «Quand tu étudies bien avant un examen, tu n’es pas nerveux et on peut te poser toutes les questions. Si tu n’as pas étudié, tu es nerveux. J’ai confiance.»

Tant mieux pour lui. Et surtout pour Bergevin. Les attentes sont énormes et le directeur-gérant n’a rien fait pour les calmer mercredi. Bergevin a pris une audacieuse décision en pariant sur Ducharme. Si ça ne fonctionne pas, ce sera probablement à son tour de lever les feutres…