Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Steve Turcotte
Le Nouvelliste
Steve Turcotte
Marc-André Bourdon et Brad Yetman sont maintenant aux commandes des Huskies.
Marc-André Bourdon et Brad Yetman sont maintenant aux commandes des Huskies.

Quand la porte s’ouvre plus rapidement que prévu...

Article réservé aux abonnés
CHRONIQUE / Il y aura du sang neuf dans le rôle de pilote la saison prochaine dans la LHJMQ.

À Halifax, Sylvain Favreau prend les commandes des Mooseheads après un long stage comme adjoint. Favreau avait été courtisé par les Cataractes l’an dernier alors qu’il secondait Jean-Jacques Daigneault, les Mooseheads n’avaient pas voulu le laisser filer. On comprend mieux pourquoi maintenant.

À Rouyn-Noranda aussi un adjoint se voit offrir le privilège de graduer. Contrairement à Favreau toutefois, la porte s’ouvre certainement plus rapidement que prévu pour Brad Yetman, arrivé chez les Huskies il y a deux ans.

Yetman a pu montrer à ses patrons de quel bois il se chauffait dans les dernières semaines. L’absence de Mario Pouliot pour des raisons de santé a propulsé ceux qui le secondaient vers des rôles plus importants. Pouliot, visé en plus par une plainte pour comportement inapproprié avec des collaborateurs, a rendu pour de bon son tablier au terme de la saison, pavant la voie à l’embauche de Marc-André Bourdon comme directeur-gérant et Yetman comme pilote. «Je pense que nous avons fait du bon travail pour bien préparer l’équipe aux dernières séries», expliquait Yetman dans un français très respectable, lui qui est natif de Terre-Neuve. «C’est un très grand honneur pour moi d’accepter ce travail de façon permanente, dans une organisation de première classe au sein de la LHJMQ.»

Les Huskies ne veulent pas commenter sur les tiraillements internes des derniers mois. Yetman suit la consigne sans évacuer complètement la situation. «Mario est un gagnant, je lui souhaite de bien se rétablir, et la meilleure des chances pour le futur. J’ai appris des choses en travaillant avec lui. Maintenant, chaque nouveau coach veut amener sa couleur. Je veux avoir une attitude positive avec mes joueurs, être constructif dans mes commentaires. Je suis chanceux, la structure en place est très solide. Et l’ADN des Huskies ne changera pas, elle sera toujours bâtie sur le travail, le désir de compétitionner et le jeu agressif. J’ai tellement hâte que ça recommence!»

Avant de se joindre aux Huskies il y a deux ans, Yetman avait dirigé dans le midget AAA avec le Blizzard d’East-Coast. Il avait aussi occupé le rôle de dépisteur pour les Cataractes, l’équipe qui l’a repêché en 2007. «J’ai également un peu d’expérience avec Hockey Canada, je me sens donc prêt pour cette nouvelle étape. Je sais que je suis bien entouré», souligne l’homme de hockey de 30 ans. «Je suis un étudiant du hockey, j’ai toujours essayé de m’améliorer. J’étais comme ça lorsque je jouais, j’ai la même approche comme entraîneur.»

Yetman était promis à un bel avenir à ses premiers pas dans la LHJMQ en 2007. Les Cataractes croyaient avoir réussi un vol à main armée en plein jour en le sélectionnant quelques mois plus tôt au cinquième tour. Malheureusement, les blessures l’ont limité à 132 matchs en quatre saisons et il est ensuite passé de l’autre côté de la clôture. L’ex-défenseur, qui vient de franchir le cap de la trentaine, croit que son expérience dans le midget AAA va bien le servir. «Entraîneur-chef, peu importe la ligue, ce sont pas mal les mêmes responsabilités. Je sais ce qui m’attend. Je comprends mon mandat. On va préparer un solide plan.»

La prochaine saison s’annonce intéressante à Rouyn-Noranda. Yetman s’attend à récolter les fruits du développement des derniers mois. «Ça n’a pas été une saison facile pour personne avec la pandémie, mais ça nous a permis de jouer avec quatre recrues de 16 ans, et de faire 82 pratiques! C’est du beau millage en banque. On va rester une équipe assez jeune la saison prochaine, mais on s’attend à progresser. On a vu de belles choses en séries. Le futur est très prometteur», sourit-il, en confiant avoir hâte de renouer avec les fans de l’équipe. «Ça va être quelque chose de très plaisant de rejouer devant des gradins remplis la saison prochaine. Je suis une personne émotive, c’est sûr que je vais l’apprécier autant que les joueurs. Je profite actuellement de petites vacances à Terre-Neuve, mais dès la mi-juillet, je serai de retour à Rouyn-Noranda pour entreprendre ce nouveau défi avec beaucoup d’enthousiasme», conclut ce titulaire d’une maîtrise en psychologie.

***

Un beau bulletin pour la LHJMQ

La centrale de la LNH a réservé un beau bulletin à la LHJMQ sur son dernier relevé des espoirs en vue du prochain repêchage, avec quatre Québécois répertorié parmi les 32 meilleurs espoirs en Amérique du Nord.

Surprise, ce n’est pas Zachary Bolduc, de Bécancour, mais bien Xavier Bourgault, des Cataractes qui est premier de classe, au 13e échelon. Bolduc, de son côté, est au 17e rang, après une saison marquée par les blessures.

Xavier Bourgault est premier de classe dans la LHJMQ.

Si on regarde un peu plus loin, certains joueurs du circuit Courteau apparaissent comme de potentiels aubaines. Personnellement, j’aime beaucoup Justin Robidas (47e), Olivier Nadeau (101e) et Miguel Tourigny (157e).

Ce sera intéressant de voir comment le Canadien va manœuvrer au prochain repêchage, alors que son bilan québécois au repêchage a été sévèrement critiqué depuis deux ans.