Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Mercer s’éclate dans un gain de 8-2 des Sags

Marc-Antoine Côté
Marc-Antoine Côté
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
Dawson Mercer espérait une réunion familiale sur la glace du Centre Vidéotron, jeudi soir. L’attaquant a enfilé un tour du chapeau pour chasser Francesco Lapenna du match et y faire entrer son frère, Riley Mercer, dans une victoire convaincante de 8 à 2 des Saguenéens aux dépens des Voltigeurs.

Chicoutimi a été beaucoup plus incisif que la veille, capitalisant sur ses chances et inscrivant notamment quatre buts grâce aux unités spéciales, soit deux en avantage numérique et deux à court d’un homme. La troupe de Yanick Jean s’est forgé une avance de trois buts en deuxième et n’a plus jamais regardé en arrière.

L’entraîneur-chef n’a pas manqué de saluer le brio d’Alexis Shank en début de rencontre, qui y est allé de plusieurs bons arrêts. Mais au-delà des brillantes performances individuelles de certains, dont celle également de Matej Kaslik, qui a inscrit un doublé, il se réjouissait surtout du travail collectif des siens en zone adverse.

« La différence avec hier (mercredi), c’était notre présence au filet. On le voit sur les deux premiers buts de Mercer. Lapierre est devant le filet et il ne fait pas juste acte de présence, il attire le défenseur et permet à Mercer d’avancer seul pour marquer. Notre présence au filet était beaucoup plus incisive, on était plus présents, et c’est ça qu’on veut voir. Côté statistique, c’est certain que Mercer et Kaslik ont connu une grosse rencontre individuellement. »

Les unités spéciales ont eu leur mot à dire aussi, permettant d’aller chercher le « gros but » en début de deuxième. Il s’agit d’un des nombreux points positifs sur lesquels Yanick Jean souhaite bâtir d’ici la prochaine bulle.

« On a beaucoup de chemin à faire encore, on veut continuer d’avancer. On a l’impression qu’on a été retardés dans les dernières semaines, étant donné la quarantaine. On veut que notre équipe de hockey trouve une erre d’aller. Le fait de pratiquer six ou sept fois avant la prochaine bulle, puis d’aller coller des matchs, […] on pense être capable d’aller chercher plus de momentum et faire en sorte que notre équipe progresse. »

C’était un match bien spécial pour Dawson Mercer, qui en plus de faire face à son ancienne équipe, avait pour la première fois de sa carrière l’opportunité d’affronter son frère. Il ne cache pas avoir tout mis en œuvre pour voir ce dernier faire son entrée dans la rencontre.

« Je voulais faire en sorte que ça arrive. C’est facile à dire maintenant, mais il y avait une chance et c’était peut-être la dernière, puisque j’ai 19 ans et qu’il en a 16. Je voulais vraiment essayer de faire tout en mon pouvoir pour qu’il soit dans le filet durant une partie du match et je vais chérir ce moment. »

Des Sags plus opportunistes

Alexis Shank a eu un début de match occupé, mais ses bons arrêts ont permis de préserver l’égalité de 0 à 0 jusqu’au but de Matej Kaslik, avec un peu plus de six minutes à faire à l’engagement. Le Slovaque a accepté la longue passe du revers de Samuel Houde avant de s’amener à toute vitesse sur le flanc gauche et de déjouer Francesco Lapenna du côté du bouclier. C’était là l’un des quatre lancers décochés par les Bleus, contre 11 par les Voltigeurs, durant le premier vingt.

Une pénalité écopée par William Dufour (obstruction) dans les toutes dernières secondes de la première période est venue hanter Drummondville, en début de deuxième, un coup de bâton de son coéquipier Charles-Antoine Dumont offrant alors un avantage numérique de deux hommes à la troupe de Yanick Jean. Le capitaine Samuel Houde n’a mis que quelques secondes pour leur faire payer cette indiscipline, doublant l’avance des siens avec un bon tir sur réception de la pointe. 

Mercer a ajouté un troisième but peu de temps après la fin de la deuxième pénalité des Voltigeurs. L’attaquant y est allé d’une belle manœuvre avant de décocher un tir du revers qui allait se faufiler entre les jambières de Lapenna. Artemi Kniazev récoltait sa deuxième mention d’aide de la soirée sur ce jeu.

Le défenseur Orlando Mainolfi a assuré la réplique avec moins de sept minutes à faire en deuxième, son faible tir de la pointe se frayant un chemin derrière Shank, qui avait la vue complètement voilée. Les réjouissances ont été de courte durée toutefois pour les visiteurs, Mercer restaurant l’avance de trois buts des Sags un peu plus tard, encore sur un tir du revers, logé dans la partie supérieure cette fois.

Bien servi par une passe de Karl Boudrias, le numéro 19 a complété son tour du chapeau en début de troisième période, alors que son équipe évoluait à court d’un homme. Il a ainsi chassé Francesco Lapenna du match, lui qui a dû laisser sa place à Riley Mercer, le frère de l’attaquant des Saguenéens.

Après la réplique de Charlie Da Fonseca, qui portait le pointage à 5-2, Riley Mercer a été laissé à lui-même. Kaslik, Boudrias et Loris Rafanomezantsoa ont marqué tour à tour pour mettre la rencontre hors de portée de Drummondville.

Il s’agissait du dernier match des Sags dans l’environnement protégé du Centre Vidéotron. Le prochain sera contre les Remparts de Québec, à Chicoutimi, le 27 février.