Auteur d’un jeu blanc lundi, le vétéran gardien des Saguenéens, Alexis Shank, sera en poste mercredi, à 14h, pour le match face aux Cataractes de Shawinigan, au Centre Vidéotron de Québec. Il s’agit du 5e et avant-dernier match des Sags dans la bulle.
Auteur d’un jeu blanc lundi, le vétéran gardien des Saguenéens, Alexis Shank, sera en poste mercredi, à 14h, pour le match face aux Cataractes de Shawinigan, au Centre Vidéotron de Québec. Il s’agit du 5e et avant-dernier match des Sags dans la bulle.

Les Sags ne tiennent rien pour acquis

Johanne Saint-Pierre
Johanne Saint-Pierre
Le Quotidien
Même si les Cataractes de Shawinigan sont la formation que les Saguenéens ont affronté le plus souvent depuis le début de cette saison hors norme, Yanick Jean ne tient rien pour acquis en vue du match de mercredi, à 14h, dans l’environnement protégé du Centre Vidéotron à Québec.

Avant les matchs dans la bulle, chaque équipe avait signé une victoire l’une contre l’autre. Dans l’environnement protégé, les Saguenéens présentent une meilleure fiche avec deux victoires et deux revers en prolongation tandis que les Cataractes affichent un dossier d’une victoire et trois défaites (dont une en prolongation).

Depuis leur arrivée dans la bulle, les protégés de Yanick Jean semblent continuer de progresser, mais le pilote des Bleus reste prudent, rappelant que Shawinigan « est une bonne équipe. C’est une équipe avec beaucoup d’habiletés individuelles ».

Par contre, il mise justement sur la qualité du jeu collectif de ses troupes et leur constance dans leur façon de jouer. En l’absence des Mercer, Lapierre et Kniazev, les joueurs ont resserré les rangs et relèvent le défi avec succès.

« On savait que ce n’était pas un ou deux joueurs qui pouvaient remplacer Mercer et Lapierre, au même titre que Kniazev. C’est tout le monde qui se doit d’avoir un peu plus de responsabilités. C’est ce qui se passe en ce moment. Ce n’est pas un ou deux joueurs, mais tout le monde qui voit son temps de glace accentué de quelques minutes et à venir jusqu’à maintenant, les joueurs réagissent bien à ça », a souligné Yanick Jean.

« Quand ton équipe a du succès, ça fait en sorte que les individus ont du succès. Il n’y a personne qui travaille en fonction de lui-même. Tous les joueurs travaillent en fonction de l’équipe. C’est ce sur quoi on met l’accent et on réussit à avoir ça. Et quand l’équipe va bien, automatiquement les joueurs vont bien. »

Pour le 5e et avant-dernier match de la séquence en environnement protégé, Yanick Jean conservera les mêmes combinaisons de joueurs et enverra Alexis Shank devant le filet.

Jeudi, jour d’anniversaire de Yanick Jean, les Saguenéens disputeront un dernier match, à 19h, contre la formation de l’Armada de Blainville-Boisbriand, qui conserve une fiche parfaite en cinq rencontres. Le match sera diffusé sur les ondes de TVA Sports.

+

POINTES DE PLUME

• La Ligue de hockey junior majeur fera le bilan des dix jours en environnement protégé, vendredi, en fin d’avant-midi. On saura peut-être si cette première expérience sera réitérée en décembre...

• S’il n’en tient qu’à Yanick Jean, il est clair que la Ligue devrait répéter le principe de la bulle pour une autre série de matchs. « Depuis le début, on veut que nos joueurs jouent des matchs. Ils font bien les choses et ils méritent de jouer. On comprend tous qu’il y a des coûts à ça, mais si on est capable, c’est assurément une belle manière de faire les choses », a-t-il martelé...

• La présentation ou non d’une deuxième bulle en décembre aura un impact sur le retour du défenseur russe Artemi Kniazev. Yanick Jean a eu des discussions avec l’organisation des Sharks de San Jose et ils ont convenu d’attendre de voir ce qui va arriver après cette bulle-ci. « Est-ce qu’on sera capable d’avoir une autre bulle ? Est-ce que ça vaut la peine de l’amener tout de suite ou d’attendre le 26 décembre ? », énonce le pilote des Bleus. En attendant d’être fixé sur son sort, le pilier défensif se maintient en continuant de s’entraîner avec une équipe...

• Beau geste de l’ancien capitaine des Saguenéens, Nicolas Roy, qui évolue maintenant avec les Knights de Las Vegas. L’Amossois a accepté l’invitation du préparateur physique Gino Roberge de s’entretenir avec les jeunes Atome AA via Zoom. «Après un gros entraînement hors glace virtuel, Roy a pris le temps de répondre à toutes les questions des jeunes durant plus de 30 minutes en direct de Vegas. Un vrai gentleman qui redonne au suivant et encourage les jeunes dans leur développement sportif malgré la zone rouge», a souligné Gino Roberge...

• Sournois et très virulent, le coronavirus! Malgré toutes les mesures mises de l’avant dans l’environnement protégé du camp de sélection d’Équipe Canada junior en Alberta, deux joueurs ont reçu un test positif à la COVID-19. Tous les athlètes ont été placés en quarantaine, le match intraéquipe de mardi matin a été reporté et les activités ont été suspendues. Conformément aux protocoles de sécurité de Hockey Canada, tous les joueurs, entraîneurs et membres du personnel passent des tests de dépistage sur une base régulière et ils devront en subir un autre avant de reprendre les activités du camp. Rappelons qu’en fin de semaine dernière, un membre du personnel de l’équipe avait lui aussi reçu un test positif...

• Enfin, rien n’échappe à l’aguerri chroniqueur indépendant François Lafortune. Ce dernier a souligné le décès de Fred Sasakamoose, 86 ans, des suites de la COVID-19. «Membre de la nation crie d’Ahtahkakoop en Saskatchewan, il est considéré comme le premier hockeyeur autochtone du Canada à jouer dans la Ligue nationale de hockey (11 matchs en 1953-54 avec les Blackhawks de Chicago). Dans les circuits inférieurs, il a notamment évolué avec les Saguenéens de Chicoutimi en 1954-55»...