Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
L’attaquant des Saguenéens Dawson Mercer a passé moins de dix minutes sur la patinoire lors de la finale du Championnat mondial de hockey junior.
L’attaquant des Saguenéens Dawson Mercer a passé moins de dix minutes sur la patinoire lors de la finale du Championnat mondial de hockey junior.

L’argent pour Mercer et le Canada [VIDÉO]

Dave Ainsley
Dave Ainsley
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
Après avoir connu l’euphorie de la médaille d’or l’an dernier, l’attaquant des Saguenéens Dawson Mercer a vécu un scénario bien différent en finale du Championnat mondial junior, disputé à Edmonton. Muselée par une performance sans tache des États-Unis, la formation canadienne s’est inclinée au compte de 2-0, mardi soir.

Dawson Mercer était l’un des six vétérans de l’équipe avec Dylan Cozens, Quinton Byfield, Connor McMichael ainsi que les défenseurs Bowen Byram et Jamie Drysdale. Cette année, le choix de première ronde des Devils du New Jersey, 18e au total au dernier repêchage de la Ligue nationale de hockey, avait un rôle accru. Tout comme ses compagnons de trio Philip Tomasino et Ryan Suzuki, Mercer a toutefois été l’un des attaquants les moins utilisés dans le match pour la médaille d’or, passant 9min13 sur la patinoire en 14 présences. Il a tout de même obtenu un bon tir au but en première, mais Spencer Knight a fait l’arrêt sans problème.

Mercer était l’un des quatre joueurs de la Ligue de hockey junior majeur du Québec avec l’attaquant Jakob Pelletier des Foreurs de Val-d’Or et les défenseurs Justin Barron des Mooseheads d’Halifax et Jordan Spence des Wildcats de Moncton, sans oublier le gardien montréalais Devon Levi qui a choisi la voie des collèges américains.

La déception était vive dans le camp canadien au terme de la défaite face aux Etats-Unis.

Les Américains ont rapidement imposé leur rythme dans cette rencontre. L’espoir des Kings de Los Angeles Alex Turcotte a ouvert le pointage d’une habile déviation à mi-chemin de la période initiale. C’était le premier but accordé par le Canada à cinq contre cinq et la première fois que Devon Levi était déjoué en 148 minutes. Dès le début de la deuxième, Trevor Zegras a doublé l’avance des siens en prenant de vitesse la défensive canadienne. Avec deux points, l’espoir des Ducks d’Anaheim a terminé en tête des marqueurs avec 18 points, dont sept buts, en six rencontres pour être nommé joueur le plus utile du tournoi. Les Canadiens ont bien essayé par la suite, mais leurs adversaires ont complètement fermé la porte pour savourer une première médaille d’or depuis 2017, où ils avaient également vaincu leurs rivaux canadiens en grande finale.

Richard Martel inspiré

Cette finale entre le Canada et les États-Unis a inspiré le député de Chicoutimi-Le Fjord et ancien entraîneur-chef des Saguenéens Richard Martel. Tout de rouge vêtu, il a répondu aux questions lors d’une diffusion en direct sur Facebook. En plus de partager ses impressions sur le match ultime, il a également abordé plusieurs sujets, dont les différences entre le hockey nord-américain et européen, lui qui a également dirigé en Suède et en France avant sa deuxième carrière en étant élu pour une première fois en 2018. Il s’est toutefois trompé dans sa prédiction d’une victoire canadienne par trois buts.

Pas de médaille pour Kniazev

Le défenseur russe Artemi Kniazev ne ramènera pas de médaille dans ses bagages à Chicoutimi. Au lendemain de sa défaite face au Canada, la Russie a été vaincue 4-1 par la Finlande dans le match pour la médaille de bronze.

Étant l’un des deux joueurs russes à passer plus de 20 minutes sur la patinoire, l’arrière des Sags a obtenu un tir au but en plus de passer deux minutes au cachot, sans conséquence. Les Russes menaient 1-0, mais les Finlandais sont revenus de l’arrière, ce qui est devenu leur marque de commerce dans le tournoi, confirmant leur première médaille de bronze depuis 2006 en marquant deux fois dans un filet désert. Depuis, ils ont également remporté les grands honneurs à trois occasions, en 2014, 2016 et 2019.