Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le défenseur russe n’a pas pris la direction de Chicoutimi comme prévu pour rejoindre les Saguenéens après sa participation au Championnat mondial de hockey junior à Edmonton.
Le défenseur russe n’a pas pris la direction de Chicoutimi comme prévu pour rejoindre les Saguenéens après sa participation au Championnat mondial de hockey junior à Edmonton.

Artemi Kniazev ne rejoint pas les Saguenéens

Dave Ainsley
Dave Ainsley
Le Quotidien
Article réservé aux abonnés
Après sa participation au Championnat mondial junior à Edmonton, le défenseur Artemi Kniazev devait prendre le chemin de Chicoutimi. Or, ce n’est pas ce qui s’est produit.

Bien peu de choses ont filtré jusqu’à maintenant, mais Kniazev se trouve plutôt présentement dans son pays natal, la Russie, et doit s’envoler dans les prochaines heures vers l’Arizona pour participer au camp d’entraînement des Sharks de San Jose.

Le défenseur russe n’a pas pris la direction de Chicoutimi comme prévu pour rejoindre les Saguenéens après sa participation au Championnat mondial de hockey junior à Edmonton.

Surpris de la tournure de la situation, l’entraîneur-chef des Sags, Yanick Jean, a confirmé l’information lors d’une entrevue téléphonique avec Le Quotidien en soirée. « Il y a un peu de sable dans l’engrenage », a admis Yanick Jean qui n’était pas en mesure d’en dire plus ni se prononcer sur la probabilité de voir débarquer l’arrière de 19 ans au Saguenay prochainement.

Il a toutefois assuré que ce revirement de situation et ce détour par la Russie ne sont pas reliés à un problème de papiers ni de visa. « Tout était arrangé et organisé. Maintenant, il s’est passé quoi ? On va en savoir plus dans les prochains jours », a-t-il ajouté, précisant que les dirigeants des Sharks avaient pris en charge le dossier.

Peu importe le dénouement de ce dossier, à son arrivée au Saguenay, Artemi Kniazev devra observer une quarantaine de deux semaines avant de se joindre à ses coéquipiers. À moins d’un revirement complet de situation, il ne pourra donc pas jouer lors des deux prochains matchs dans l’environnement protégé du centre Georges-Vézina du 22 au 24 janvier.