Le capitaine des Remparts Thomas Caron *26)
Le capitaine des Remparts Thomas Caron *26)

LHJMQ: Patrick Roy en faveur d’un calendrier réduit dans l’avenir

Carl Tardif
Carl Tardif
Le Soleil
Le constat était clair, vendredi, au terme d’une réunion d’équipe dans le vestiaire des Remparts de Québec: joueurs et entraîneurs sont sur la même longueur quant à l’analyse qu’ils font de leur progression depuis leurs deux premiers matchs de la saison disputés au début du monde d’octobre. Il y a même des gens du milieu qui écrivent à Patrick Roy pour leur en faire part, eux aussi.

En ce vendredi de pratique optionnelle, à la veille d’un match en après-midi contre les Tigres de Victoriaville, samedi (14h), c’était journée de jasette chez les Remparts, qui ont amassé trois points sur les quatre à l’enjeu depuis leur rentrée dans la bulle du Centre Vidéotron, où ils ont battu Shawinigan, mardi, et perdu en prolongation contre Blainville-Boisbriand, vendredi.

«J’ai eu une bonne discussion avec les gars, je voulais écouter ce qu’ils avaient à dire sur nos deux premiers matchs et j’ai aimé ce que j’ai entendu. Ils sont déçus du résultat de jeudi, mais ils réalisent qu’on a bien progressé depuis octobre. On n’est vraiment pas la même équipe», notait Roy dans son point de presse par visioconférence.

Le Diable rouge en chef expliquait cette progression par l’emphase mise sur les entraînements spécifiques à certaines séquences de jeu tenus pendant cette longue pause forcée par la pandémie. Les sorties de zone, les entrées en territoire adverse, le positionnement des joueurs, rien n’a été laissé au hasard.

«Sans chercher à robotiser les joueurs, on a mis en place des lignes directrices qui leur permettent de se retrouver sur la glace sans nécessairement se voir. On a aussi travaillé notre échec-avant et utilisé beaucoup de séquences de la LNH, notamment les matchs entre Tampa Bay et Dallas pour voir leurs tendances et les détails sur lesquels ils portaient attention.»

Tout cela a été possible parce qu’ils avaient le temps de le faire, le calendrier régulier étant suspendu. Et comme il l’a laissé entendre après le match de jeudi, Roy ne serait pas contre l’idée que le calendrier de la LHJMQ compte un peu moins de matchs dans l’avenir afin de favoriser le développement individuel des joueurs.

«De le dire et de penser que ça va arriver, ce sont deux choses différentes. L’aspect financier est aussi important, il faudrait trouver un équilibre pour que ce soit aussi viable pour les propriétaires, qui ne sont pas là-dedans pour perdre de l’argent non plus», précisait l’homme de hockey.

Il n’avait pas en tête un nombre de matchs précis dans un calendrier, qui en compte 68 en temps normal, la présente saison étant l’exception à la règle.

«Je serais à l’aise avec le fait d’avoir un peu plus de temps pour pratiquer, ce serait aussi une belle façon de concilier le hockey et les études. Si on peut développer les joueurs sur le plan hockey et leur permettre d’aller à l’université après, c’est très bon pour notre ligue et ça devient un tremplin intéressant pour les joueurs.»

Mallette d'accord 

Entraîneur-chef des Tigres, Carl Mallette partageait l’opinion de Roy. À Victoriaville, il a d’ailleurs tenu des entraînements où l’on ne retrouvait que les défenseurs, ou les attaquants ou des petits groupes de six joueurs.

«Ça nous permettait de passer plus de temps à travailler individuellement avec chaque joueur. Les gars n’aiment pas passer cinq semaines sans jouer, ils préfèrent qu’ils y aient des matchs, mais la génération d’aujourd’hui adore ça lorsqu’il y a des entraînements personnalisés. Travailler sur le système de jeu, c’est bien, mais si tu n’es pas capable de saisir une passe sur le revers, ça ne donne rien… Pour le développement individuel, c’est bon de pouvoir faire cela, ça permet aussi d’avoir un équilibre avec l’école et le repos. Bien sûr, ça prend aussi des matchs, mais c’est un bon mélange», convenait celui qui en est à sa première saison à la barre des Tigres.


« Je serais à l’aise avec le fait d’avoir un peu plus de temps pour pratiquer, ce serait aussi une belle façon de concilier le hockey et les études. »
Patrick Roy, entraîneur-chef des Remparts

Pas de changement

L’entraîneur-chef des Remparts n’apportera aucun changement pour le match de samedi, y allant avec le même alignement que ceux des deux premiers matchs dans la bulle. «Il est difficile d’en faire, je ne perçois pas de fatigue. Ugo Audette pourrait jouer contre Drummondville, puisqu’on sera dans un deux en deux», disait Roy, qui a cependant modifié sa rotation des gardiens pour la suite de l’événement en environnement protégé. Ainsi, Thomas Sigouin, qui devait disputer les trois prochains matchs, sera devant le filet pour les deux qui s’en viennent et le tout dernier contre Gatineau, jeudi prochain. La recrue William Rousseau affrontera les Voltigeurs, mercredi, alors qu’il devait à l’origine se mesurer aux Olympiques.

Comme au hockey mineur

Le capitaine des Remparts Thomas Caron a l’impression de prendre part à un tournoi de hockey mineur, cette semaine. «Ça me fait penser lorsqu’on allait passer un week-end à l’hôtel pour un tournoi. La différence, c’est qu’on est juste un plus longtemps ensemble. On n’était pas vraiment content du résultat, jeudi [défaite de 4-3 en prolongation], mais si on regarde le tableau dans son ensemble, on a joué un solide match. Lorsqu’on se compare avec notre début de saison, en octobre, on dirait deux clubs différents. Sans dire qu’on a un nouveau système, on a eu le temps de l’approfondir. Pour la suite de la semaine [dans la bulle], c’est comme si on était dans les séries. On joue au deux jours, et gagne ou perd, il faut penser au prochain match», expliquait le numéro 26.

Impressionné par Pier-Olivier Roy

L’entraîneur-chef des Tigres était élogieux envers le défenseur Pier-Olivier, qui fut repêché en première ronde (7e) en juin dernier. Le jeune homme de 16 ans d’Adstock se comporte à la hauteur des attentes placées en lui après seulement six matchs de saison régulière.

«Je l’encense beaucoup depuis le début de la saison, et ce qui me fascine avec lui, c’est le voir se comporter comme un vétéran. Son talent comme joueur est indéniable, il est compétitif et possède un bon sens du hockey. Ma philosophie comme entraîneur est d’y aller au mérite, l’âge n’a pas d’importance dans l’utilisation d’un joueur. Il est quand même assez rare de voir un jeune de 16 ans jouer 22 minutes dans un match. Contre Chicoutimi, il a fait trois présences en prolongation et il était sur notre première vague du jeu de puissance. Il est calme avec la rondelle, ce qui l’amène à faire les bons jeux très souvent», expliquait Mallette à propos du produit des Commandeurs de Lévis.

Abramov produit

Avec une récolte de quatre buts et 11 points en six matchs, le Russe Mikhail Abramov, des Tigres, est le meilleur marqueur des équipes se retrouvant en zone rouge. Il a marqué le but vainqueur en prolongation, mercredi, contre les Saguenéens.

«Il connaît le début de saison à lequel on s’attendait de lui. Il y a une raison pour laquelle Mikhail est notre capitaine, il livre la marchandise», notait l’entraîneur-chef à propos du joueur européen dont le nom se retrouve dans la liste des joueurs invités au camp de sélection de l’équipe nationale junior de la Russie en prévision du Championnat mondial.

Souvenir d’octobre

Ça remonte aussi loin que le 3 octobre, mais Carl Mallette a encore le souvenir du premier match de la saison contre les Remparts, au Centre Vidéotron, et remporté 4-3 par les Tigres en prolongation. «Les Remparts ont une jeune équipe, mais ils ont du talent et de bons vétérans. Ils sont physiques, rapides et structurés. Contre nous, la première période avait fini 15-1 dans les lancers pour eux, et jeudi, c’était 10-0 à leur faveur jusqu’à tard en première contre l’Armada. J’aime le principe de la bulle dans le sens où l’on peut voir l’adversaire, tenir nos entraînements et préparer le prochain match en sortant quelques séquences vidéo. Peu importe l’adversaire, il faut savoir éviter les passages à vide, et jusqu’à présent, on n’a pas joué un match complet de 60 minutes», disait celui dont la troupe montre une fiche globale de 5-1-0-0 en six matchs, cette saison.