Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Thomas Sigouin, a repoussé 24 rondelles face aux Huskies
Thomas Sigouin, a repoussé 24 rondelles face aux Huskies

Les Remparts se doivent d'être meilleurs, selon Roy

Ian Bussières
Ian Bussières
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Même si les Remparts de Québec ont blanchi les Huskies de Rouyn-Noranda 4 à 0 jeudi après-midi dans la «bulle» du Centre Vidéotron, l’entraîneur-chef Patrick Roy estime que ses protégés devront être meilleurs encore dans la prochaine «bulle» alors qu’ils affronteront des adversaires plus coriaces.

«J’ai hâte à la prochaine bulle, car je ne pense pas qu’on peut s’en sortir avec le nombre d’erreurs qu’on fait avec la rondelle. Des équipes comme Chicoutimi et Shawinigan vont nous le faire payer. Il faudra être meilleurs avec la rondelle. On a donné beaucoup de chances de marquer aux Huskies», a déclaré Roy après la partie, saluant le blanchissage obtenu par le gardien Thomas Sigouin.


« Notre gardien a été très très bon. Moi, je trouve que notre gardien a été un peu trop testé. Je pense qu’on a profité du fait qu’ils disputaient un second match en deux jours. »
Patrick Roy, entraîneur-chef des Remparts de Québec

Sigouin, qui a repoussé 24 rondelles, a failli perdre son blanchissage avec un peu moins de quatre minutes à faire au match quand William Rouleau s’est retrouvé en échappée devant lui. Le cerbère de 21 ans a cependant bien refermé les jambières et bloqué la menace. «Chaque fois que j’ai l’occasion d’avoir un jeu blanc, c’est une bonne chose», a affirmé Sigouin après la partie, soulignant également le travail de ses coéquipiers en désavantage numérique. «Les gars se mettent devant les «shots», c’est un travail d’équipe et c’est très satisfaisant.»

Encore le trio de Gaucher

C’est le trio de James Malatesta, Nathan Gaucher et Gabriel Montreuil qui a encore une fois fait la différence dans cette partie, chacun des attaquants contribuant avec un but.

Gaucher a ouvert la marque à 15:53 de la première période, propulsant le disque par-dessus l’épaule du gardien Samuel Richard après avoir capté à bout de bras une passe de Malatesta. En deuxième, Montreuil a reçu une passe parfaite de Gaucher pour battre Richard avec un tir dans le haut du filet.

En troisième, Malatesta a touché la cible à son tour avec un tir qui a frappé le poteau avant de dévier derrière la ligne rouge à 2:16. Moins de deux minutes plus tard, Théo Rochette complétait le pointage en glissant le disque entre les jambières de Richard.

Malatesta est venu bien près d’ajouter un autre but à sa fiche à 8:21 de l’engagement final quand il a à son tour obtenu une échappée, mais a raté la cible. «J’ai fait un geste, je suis allé sur mon revers, mais la rondelle bondissait par-dessus ma palette», a expliqué Malatesta après la partie. «C’est quand même bon qu’on ait des chances de marquer comme ça.»

Pouliot mécontent

Dans le vestiaire des Huskies, ce n’était pas la joie cependant. L’entraîneur de la formation de Rouyn-Noranda, Mario Pouliot, n’était pas de la meilleure humeur quand il a rencontré les médias. Quand le journaliste Samuel Deschênes d’Énergie 99.1 lui a indiqué qu’une panne généralisée lui avait fait rater la première période, Pouliot a pris la balle au bond.

«C’est comme la «game»! Il y a eu une panne généralisée dans nos cerveaux!», a-t-il lancé d’entrée de jeu, ajoutant que ses joueurs avaient été «mauvais du début à la fin». «À part Samuel Richard, Anthony Turcotte, Samuel Registre... et Dyllan Gill n’a pas si mal fait que ça... On avait l’air satisfaits d’avoir gagné les trois premiers matchs», a-t-il déploré.

Pouliot a critiqué ses joueurs pour les nombreux revirements. «On a donné la rondelle aux Remparts tout l’après-midi. On leur a donné 27 tirs et on a passé l’après-midi à leur donner la rondelle ! Je ne comprends pas qu’ils n’en aient pas eu 55 !», a-t-il illustré en terminant.