Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le gardien Thomas Sigouin a été spectaculaire devant le filet des Remparts.
Le gardien Thomas Sigouin a été spectaculaire devant le filet des Remparts.

Les Remparts en avance 2-0 dans leur série contre Drummondville [VIDÉO]

Carl Tardif
Carl Tardif
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Les Remparts de Québec occupent désormais le siège du conducteur dans leur série 3 de 5 qui les oppose aux Voltigeurs de Drummondville. En l’emportant par 4-2, mercredi soir au Centre Marcel Dionne, ils ont pris une avance de 2-0 et pourraient en finir dès vendredi.

Au sommet de son art, le gardien Thomas Sigouin a eu son mot à dire dans cette deuxième victoire en autant jours. Le vétéran de 20 ans a multiplié les prouesses et les acrobaties dans ce match où il a reçu 43 lancers.

«Je n’ai pas regardé les étoiles, mais j’imagine que Thomas Sigouin a été la première. On a tout fait, sauf marquer, on a eu des rondelles à maintes reprises dans la peinture bleue, mais on a manqué d’opportunité et j’ai trouvé qu’eux, ils en avaient eu. Chaque erreur qu’on semble faire se retrouve malheureusement dans le filet», constatait l’entraîneur-chef des Voltigeurs, Steve Hartley.

Comme lors du premier match, les Voltigeurs ont eu le dessus dans les 20 premières minutes, mais ils ne sont pas parvenus à prendre les devants malgré 15 lancers sur le gardien des Remparts.

La deuxième fut plus animée offensivement avec cinq buts au total, les deux équipes s’échangeant l’avance à tour de rôle. En bout de ligne, les Remparts ont réussi à prendre les devants 3-2 au terme de cet engagement marqué par un but en désavantage numérique de chaque côté.

C’est justement celui de Nathan Gaucher avec un homme en moins qui a fait la différence. James Malatesta, Théo Rochette et Gabriel Montreuil ont aussi compté pour les Remparts tandis que Charles-Antoine Dumont et Tristan Roy l’ont fait pour les Voltigeurs, incapables de venir à bout de Sigouin plus souvent que cela.

«Un gardien peut toujours faire la différence, c’est la beauté de cette position-là. «Sig» a été phénoménal du début à la fin. Il a été notre joueur-clé, cette saison, il a joué un fort match à un moment très important», disait son entraîneur-chef, Patrick Roy, qui s’y connaît en la matière.

«C’était le genre de soirée où tu vois le “puck” deux fois plus gros… C’est sûr que c’est plus le fun quand tu as beaucoup de lancers en partant comme ce soir [mercredi], j’en ai reçu six après une couple de minutes, ça aide à rentrer dans le match, et après, ça bien été. Être en avance 2-0, ça fait une grosse différence, surtout dans un 3 de 5. Je suis extrêmement fier de l’effort de l’équipe, c’est le fun d’être devant le filet et de voir 20 gars travailler de même pour aller chercher la victoire», soulignait Sigouin, humble malgré sa performance.

Nathan Gaucher a inscrit le but vainqueur en deuxième période.

Que les Remparts soient en avance 2-0 ou que les Voltigeurs tirent de l’arrière 0-2, les deux pilotes ne pensaient pas pour autant que la série était terminée.

«Oui, c’est idéal d’être en avant 2-0, mais j’essaie de ne pas focusser là-dessus. Pour moi, ce ne sont que deux victoires, il en reste une à aller chercher et je suis convaincu que Steve Hartley va continuer à motiver ses joueurs. Je suis encore mitigé [face au jeu de sa troupe], il y a des moments où l’on fait de belles choses, et d’autres, pour quelques raisons que ce soit, où on a de la misère à sortir de notre territoire. Il va falloir remédier à cela parce qu’on ne peut pas passer autant de temps dans notre territoire et penser qu’on peut gagner cette série», analysait Roy, qui voit l’apprentissage de son équipe dans les séries comme du bonbon pour l’organisation.

Hartley, lui, a pris le temps de jaser avec ses joueurs dans le vestiaire avant de se pointer à la visioconférence d’après-match.

«On prend la mentalité qu’on retourne à la maison à 0-2 avec l’avantage de la glace pour les deux prochains. On ne gagnera pas trois matchs, vendredi, on va les gagner un à la fois. On pourrait être en avance 2-0, mais on ne l’est pas et on ne s’apitoiera pas sur notre sort, on va se relever les manches et essayer de se remettre dans la série. On a fait face à l’adversité à maintes reprises, cette saison, nous avons un groupe très résilient. Après 135 minutes, on est la meilleure équipe et je suis convaincu que le vent va tourner.»

Capitaine des Voltigeurs, Xavier Simoneau ne lançait pas la serviette pour autant. «À ce que je sache, c’est un 3 de 5, pas un 2 de 3, ce n’est pas encore fini. Il y a des choses qui sont arrivées pendant le match qui motivent les gars», notait-il sans en dévoiler davantage.

On le saura peut-être, vendredi (19h), lors du troisième match de la série qui se déroule entièrement dans la bulle de Drummondville. Le vainqueur de la série rejoindra les équipes qualifiées pour la ronde des quarts-de-finale qui se tiendra au Centre Vidéotron, puisque la Ville de Québec sera l’hôte de l’environnement protégé pour toute la durée des séries à compter du prochain tour.

La Coupe Gagarine à Bob Hartley

Bob Hartley, le père de l’entraîneur-chef des Voltigeurs Steve Hartley, a remporté la Coupe Gagarine à l’enjeu dans la Ligue KHL, en Russie. L’équipe qu’il dirige, l’Avangard d’Omsk, a remporté la finale en six matchs contre le CSKA de Moscou. Pour Hartley, il s’agissait d’un autre couronnement, lui qui avait déjà gagné la Coupe du président (LHJMQ), la Coupe Calder (Ligue américaine), la Coupe Stanley (LNH) et le Championnat de Suisse.

«Je suis très heureux pour lui, ça lui fait sept championnats dans six ligues, c’est une fierté pour moi de le voir connaître encore une fois du succès. Ça m’a rappelé de beaux souvenirs de 2012, lorsqu’il avait remporté le championnat en Suisse. J’ai dit à mes joueurs qu’on affrontait les Remparts, cette année-là, et vous connaissez tous le résultat», disait Steve Hartley, qui était alors l’adjoint à Dominique Ducharme à Halifax quand les Mooseheads avaient éliminé les Remparts dirigés par Roy.

Lamarre suspendu

L’attaquant des Voltigeurs Alexandre Lamarre a écopé d’une suspension de deux matchs à la suite d’une mise en échec à la tête portée pendant le premier match de la série, mardi. Les Remparts avaient profité de sa punition de cinq minutes pour inscrire le but égalisateur, en deuxième période. Ils allaient ajouter le filet décisif en prolongation.

Amanatidis blessé

Victime de la mise en échec de Lamarre, l’ailier Peter Anamatidis a raté le match de mercredi. Il a été remplacé par Gabriel Pelchat, un joueur qui a rejoint la bulle des Remparts, voilà une semaine. Il avait été rappelé à Pâques, mais l’éclosion dans l’équipe avait retardé son arrivée à Québec. Les autres absents étaient les mêmes que la veille, soit Thomas Caron, Hugo Audette, Alex Falardeau et Brendan Bays.

Bélanger à son poste

Confiné à sa chambre de façon préventive et privé de sa position derrière le banc, mardi, l’entraîneur-adjoint des Remparts Benoît Desrosiers a repris ses tâches quotidiennes, mercredi, à la suite d’un test négatif d’une personne de son entourage ayant montré des signes fiévreux. Rappelons qu’un test positif dans une équipe pourrait mettre fin à la saison de celle-ci, et peut-être aussi au club qui l’affronte.