Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le gardien des Remparts Thomas Sigouin a tout fait dans cette série. Il a arrêté des rondelles et marqué un but, à la grande joie de ses coéquipiers des Remparts.
Le gardien des Remparts Thomas Sigouin a tout fait dans cette série. Il a arrêté des rondelles et marqué un but, à la grande joie de ses coéquipiers des Remparts.

Balayage des Remparts couronné par un but du gardien Thomas Sigouin [VIDÉO]

Carl Tardif
Carl Tardif
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
En l’emportant 5-2 sur les Voltigeurs de Drummondville, vendredi au Centre Marcel-Dionne, les Remparts de Québec franchissaient ainsi la première ronde éliminatoire pour la première fois depuis 2015. À tout seigneur tout honneur, le gardien Thomas Sigouin a mis un point final à ce coup de balai de trois matchs en devenant le premier gardien de l’histoire de la LHJMQ à marquer un but dans les séries de fin de saison.

Le cerbère de 20 ans a donc tout fait dans cette série remportée 3-0 par son équipe. Il a conservé un pourcentage d’efficacité de .940, et pour couronner le tout, il a marqué dans un filet désert pour faire 4-1 avec quatre minutes à faire.

«Je lui ai dit que j’étais jaloux de lui. J’ai toujours voulu en marquer un, mais je n’ai jamais été capable. On est content d’avoir gagné cette série, Drummondville a très bien joué et on a été opportuniste, mais en même temps, le meilleur joueur de la série était avec nous. Notre gardien a été le joueur-clé», disait l’entraîneur-chef et ancien gardien de but Patrick Roy.

Sigouin avait en tête depuis le début de la saison d’inscrire un premier but en carrière. Il n’avait cependant pas discuté de son projet à son entraîneur.

«Si je lui en avais parlé, il ne m’aurait pas suggéré de le faire. J’ai gardé ça pour moi, je lui ai fait une petite surprise. C’est la première fois que je l’essaie dans le junior, j’ai vu la rondelle arriver et je me suis juste essayé. On avait deux buts d’écart, je pense que c’était le bon moment», résumait Sigouin.

Est-il plus le fun de marquer un but ou de réaliser un arrêt ? «Ça m’arrive moins souvent qu’un arrêt, alors je vais prendre le but», répondait-il, sourire en coin.

Le numéro 60 a été la grande vedette de cette série. Il a reçu 116 lancers en trois matchs, multipliant les prouesses.

«Selon moi, Thomas Sigouin a fait l’arrêt de l’année sur Charles-Antoine Dumont en troisième. Après, le jeu est revenu dans notre territoire, on a lancé la rondelle dans les estrades et on est tombé à 3-1. Dans les séries, ce n’est pas le nombre de chances ou de lancers qui comptent, c’est le pointage au tableau. Il faut donner le crédit aux Remparts, ils ont trouvé une façon», indiquait l’entraîneur-chef des Voltigeurs, Steve Hartley.

Les Remparts avaient entrepris le match en force en prenant l’avance 1-0 avant de voir les Voltigeurs se redresser à compter de la 10e minute de la première période et provoquer l’égalité 1-1. En avance 2-1 en fin de deuxième, Québec a assommé l’adverse avec six minutes à faire en troisième. Ils ont inscrit leurs deux derniers buts dans un filet désert.

C’est assez rare qu’on utilise cette formule, mais outre le gardien Sigouin, Olivier Pouliot (2), Nicolas Savoie et Evan Nause ont marqué pour les vainqueurs, la réplique étant celle de Xavier Simoneau et Luke Woodworth.

«Ils ont été plus opportunistes que nous, Sigouin a bien joué de l’autre côté», a eu le temps de commenter Simoneau avant de fondre en larmes. Questionné par un collègue de Drummondville s’il avait joué son dernier match avec les Voltigeurs, le vétéran de 19 ans ne parvenait pas à surmonter sa peine. «Je ne sais pas quoi dire», ajoutait-il fort émotif.

Les Remparts n’avaient pas remporté une série depuis 2015. Ils avaient perdu quatre fois en première ronde de 2016 à 2019, les séries n’ayant pas eu lieu, l’an passé, à cause de la pandémie.

«Ça faisait six ans que les Remparts n’avaient pas gagné une série, c’est bon de le faire et ça démontre que le présent et l’avenir sont intéressants pour nous. L’équipe a beaucoup grandi dans cette série et on va apprendre de cela. J’aime le caractère qu’on a. On peut être un peu meilleur, mais on a trouvé une façon de gagner. Est-ce que ça va nous permettre de passer à travers la prochaine série, on verra, mais pour le moment, j’aime la progression qu’on a», ajoutait Roy à propos de sa troupe.

Les Remparts auront la chance de se produire à leur domicile, au Centre Vidéotron, puisque la Ville de Québec sera l’hôte de l’environnement protégé de la LHJMQ pour les quarts-de-finale. Ils ne connaissent pas encore l’identité de leurs prochains adversaires, mais ce sera entre Chicoutimi ou Victoriaville. Le résultat de la série entre Blainville-Boisbriand et Gatineau le déterminera. Il est déjà assuré que Rimouski croisera le fer avec les Foreurs de Val-d’Or à la suite de sa victoire surprise en cinq matchs contre Shawinigan.

Une pensée pour les pensions

L’entraîneur-chef des Voltigeurs, Steve Hartley, a fait preuve d’une grande classe après l’élimination des siens en tenant à dire un mot aux familles ayant hébergé des joueurs de l’équipe, cette saison.

«Pour nos pensions, ce fut un sacrifice d’accueillir nos joueurs dans leur maison dans le contexte de la pandémie. Ce sont des gens qui ont raté des jours de travail à cause de l’éclosion, nous sommes très reconnaissants envers eux», disait-il, tout en remerciant l’organisation des Voltigeurs d’avoir mis sur pied trois environnements protégés, la Ligue et le gouvernement provincial d’avoir permis à ce qu’il y ait une saison et, bientôt, un champion couronné.