Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le Phoenix de Sherbrooke s’est incliné pour une deuxième fois face aux Olympiques de Gatineau cette fin de semaine.
Le Phoenix de Sherbrooke s’est incliné pour une deuxième fois face aux Olympiques de Gatineau cette fin de semaine.

Deuxième défaite de suite du Phœnix face aux Olympiques

Sébastien Lajoie
Sébastien Lajoie
La Tribune
Article réservé aux abonnés
Les Olympiques de Gatineau ont comblé un retard de 0-2 avant de finalement disposer du Phœnix de Sherbrooke par la marque de 4-2 dimanche après-midi, dans l’environnement protégé de Gatineau. Il s’agissait d’un deuxième gain des Gatinois face aux Sherbrookois en 24 h.

Si le Phœnix s’est incliné 5-0 samedi, il a entrepris le match de dimanche avec une ardeur renouvelée.

Résultat : un but de Milo Roelens (4e) alors qu’il n’y avait pas encore trois minutes de jouées au match, et un deuxième, en toute fin d’engagement, quand Joshua Roy a marqué son 17e de la saison, sur une échappée.

Mais les Olympiques réservaient un bien vilain tour au Phœnix. Avec seulement six secondes à faire avant la fin de la première période, Zach Dean a inscrit son 5e de la saison, un but qui a permis aux siens de retraiter au vestiaire après avoir coupé l’avance du Phœnix de moitié.

William Dagenais (1er) et Metis Roelens (le frère de Milo qui évolue avec le Phœnix) avec son 6e, inscrit en avantage numérique, ont noirci la feuille de pointage pour les Olympiques au deuxième vingt, scellant du même coup la victoire des Gatinois.

Dean a complété la marque avec son deuxième du match, lui aussi en avantage numérique, en troisième période.

Si les Olympiques ont été blanchis en avantage numérique samedi (0 en 6), ils se sont repris avec deux buts en cinq occasions, dimanche.

Gérer une avance et continuer à bâtir la confiance collective sont parmi les tâches sur la planche à dessin de l’entraîneur-chef et directeur général du Phœnix Stéphane Julien au cours des prochains jours.

« On a connu une très bonne première période. On a eu un effort constant. On était premiers sur la rondelle. On a eu des chances de marquer et après notre deuxième but, ce fut plus difficile. C’est un peu un manque de maturité. On est un peu fragile. On a eu une mauvaise présence alors qu’on a accordé trois revirements et on s’est fait marquer un but en fin de période, avec notre meilleur trio sur la glace. Je ne dirais pas que ça nous a coupé les jambes, mais on avait jusque-là disputé une période presque parfaite. Selon moi, c’est sûr que ça ne nous a pas aidés », a confirmé l’entraîneur.

« En deuxième, on a bien joué. On a écopé de quelques punitions que je trouve douteuses. Ce fut la même chose hier (samedi). Il y a des “ calls ” que je trouve douteux depuis deux jours. Ça nous a coupé les jambes, même si les gars voulaient vraiment gagner le match. Malheureusement, on est fragile, on manque un peu de maturité. J’ai l’impression que dès qu’on fait une erreur, on se fait marquer. Je suis content de voir que les gars ont le désir de gagner afin de nous remettre sur la voie de la victoire. »

« Il ne faut pas abandonner, il faut continuer dans le même chemin. Il faut continuer à supporter cette jeune équipe et ainsi faire notre propre chance pour les prochains matchs. »

Il s’agissait de la troisième défaite consécutive du Phœnix.

« On n’a pas été surpris de voir le Phœnix démarrer leur match de cette façon. On s’attendait à ça. On a averti nos gars. Malgré tout, on n’était pas tout à fait prêts. Le Phœnix est l’une des meilleures équipes en échec avant dans la LHJMQ », a dit l’entraîneur-chef des Olympiques, Louis Robitaille.

Outre le but inscrit par ses Olympiques en fin de première période, Louis Robitaille a identifié l’avantage numérique de deux joueurs dont le Phœnix a bénéficié, en début de première période, lors duquel il n’a pu marquer, comme étant un tournant dans le match.

« On a pu passer cette tempête, Rémi (Poirier, le gardien des Olympiques) a été solide et on a mené 11-5 au chapitre des tirs au but après ça. On a pris notre envol et on a pu inscrire un but important en fin de première période », a dit celui qui dirigeait un 300e match dans la LHJMQ.

Hlavaj d’office encore

Stéphane Julien a donné le filet à son vétéran gardien Samuel Hlavaj pour un deuxième match de suite.

La présence du Slovaque devant la cage du Phœnix aidera certainement les jeunes joueurs de l’équipe à se sentir plus en contrôle. Julien n’écarte toutefois pas la possibilité d’utiliser plus souvent ses deux autres jeunes gardiens, Jasmin Simon et Jakob Robillard.

« C’est une drôle de saison. La plupart des équipes utilisent beaucoup leur gardien numéro un. Poirier était de retour lui aussi devant le filet aujourd’hui, même chose pour les Remparts, c’est dur d’avoir du rythme avec les autres gardiens, alors on voit comment Sam se sent. Il a été bon. On doit gérer ça au quotidien, mais oui, on aimerait que nos autres gardiens voient de l’action d’ici la fin de la semaine. »

Le Phœnix profitera d’une pause lundi, avant de reprendre le collier mardi en après-midi face aux Tigres de Victoriaville (6e au classement)