Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Alexei Prokopenko a été le capitaine de l’équipe russe médaillée d’or au Défi mondial des moins de 17 ans.
Alexei Prokopenko a été le capitaine de l’équipe russe médaillée d’or au Défi mondial des moins de 17 ans.

Prêt, pas prêt, c’est un go pour Prokopenko

Jean-François Plante
Jean-François Plante
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Il a été le huitième choix du repêchage européen de la Ligue canadienne de hockey l’été dernier. Alexei Prokopenko a été le capitaine de l’équipe russe médaillée d’or au Défi mondial des moins de 17 ans. À 16 ans, ses statistiques ont été similaires à celles de Yakov Trenin et Vitaly Abramov dans la Ligue junior russe (MHL).

Malgré tout, il ne faudra pas commettre l’impair de l’identifier comme le sauveur des Olympiques de Gatineau ou d’imaginer qu’il va mettre fin à la léthargie offensive du club instantanément.

Prokopenko va faire ses débuts dans la LHJMQ samedi contre le Phoenix de Sherbrooke. Il est doté d’un talent certain, mais comme le souligne l’entraîneur-chef Louis Robitaille, il n’a qu’une semaine d’entraînement sur glace dans le corps. Il n’avait pas touché à une patinoire depuis six mois et son dernier match remonte à 10 mois.

«Il a connu sa meilleure pratique mercredi. Nous le sentions plus à l’aise. Nous avions congé aujourd’hui (jeudi), mais il a quand même embarqué sur la glace pour tirer contre les gardiens avec nos attaquants blessés. Evgeny Kashnikov a aussi fait sa première présence sur la glace aujourd’hui après avoir terminé son confinement de deux semaines.»

Prokopenko joue sa saison de 17 ans. Il est jeune. Il arrive dans un nouvel environnement et ne parle presque pas l’anglais. Son arrivée à Gatineau a généré un enthousiasme certain, mais ça reste un jeune homme qui devra chercher ses repères pendant quelques semaines encore.

«Il était nerveux à sa première pratique en groupe. C’était intense. Nous sommes à l’entraînement depuis le mois d’août. Lui, il commence. Je le comprends d’avoir été dépassé par les événements, mais les gars ont fait un travail extraordinaire pour l’intégrer au groupe. Il a pris du mieux toute la semaine», a ajouté Robitaille.

À son premier match, Robitaille souhaite que le Russe s’amuse et qu’il compétitionne. Robitaille est réaliste. Il ne s’attend pas à ce Prokopenko transporte l’équipe sur le champ.

«Nous allons le placer au centre pour ne pas trop le déstabiliser. C’est sa position naturelle. Je vais peut-être le mettre à l’aile durant le match aussi. On va voir comment il va se sentir. Il va jouer en avantage numérique. Il ne jouera pas en désavantage numérique tout de suite même s’il a excellé dans cette facette du jeu au Défi mondial U17.»

Après une seule semaine d’entraînement, Alexei Prokopenko sera lancé dans la mêlée samedi au Complexe Branchaud-Brière et disputera son premier match dans la LHJMQ contre le Phoenix de Sherbrooke.

Comparatifs flatteurs

S’il tempère ses attentes immédiates, Robitaille demeure excité par le potentiel de son premier choix européen.

«Quand il se sera acclimaté au rythme du jeu, il va devenir tout un atout pour nous. Il y a des signes qui ne mentent pas. Il a un tir de marqueur. Il a compté plein de buts cette semaine à l’entraînement. Il est très fort sur la rondelle. Il joue pesant et patine bien. Il a un bon sens du jeu. Je veux faire attention aux comparaisons, mais il a le style de Leon Draisatl ou de Valentin Zykov.»

Les comparatifs sont flatteurs, mais encore une fois, il faut rappeler que nous parlons d’un joueur qui n’a pas eu de camp d’entraînement, ni de match intraéquipe et encore moins des matches hors-concours pour se préparer à sa rentrée à Gatineau.

Évaluation de Verreault

Meilleur compteur du club à égalité avec Andrew Coxhead, Antonin Verreault a déjà remarqué les talents de marqueur de Prokopenko à l’entraînement cette semaine.

«C’est dur d’évaluer un joueur après une seule semaine. Il n’a pas joué depuis très longtemps. Il ne parle pas beaucoup et il s’habitue à de nouveaux patins en plus. Je me sens quasiment mal pour lui! Malgré tout ça, il scorait quasiment sur chaque tir dans la première pratique! Ça tombe bien. Nous avons besoin de buts donc son arrivée devrait faire du bien à notre équipe. Ce sera un bon ajout.»