Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Benjamin Corbeil a préparé le but de Simon Pinard qui donnait une avance de 4-0 à l’Armada de Blainville-Boisbriand en deuxième période.
Benjamin Corbeil a préparé le but de Simon Pinard qui donnait une avance de 4-0 à l’Armada de Blainville-Boisbriand en deuxième période.

Les Olympiques tombent à plat

Jean-François Plante
Jean-François Plante
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Deux matches en deux jours, c’était peut-être trop demandé aux Olympiques de Gatineau, qui se remettent de la COVID-19.

S’ils ont eu la chance de profiter de leurs nombreux avantages numériques pour enlever le premier match de leur série de premier tour contre l’Armada de Blainville-Boisbriand mercredi après-midi, ils ont manqué de jambes jeudi soir sur la glace du Centre Gervais Auto de Shawinigan.

À LIRE AUSSI : Une pause pour Poirier

Les Gatinois n’ont jamais été dans le coup dans ce match à sens unique remporté 6-1 par l’Armada, clairement l’équipe la plus rapide sur la patinoire. Dès la première période, la troupe de Bruce Richardson a pris les commandes en rentrant au vestiaire avec une avance de 3-0 dans les buts et de 17-3 dans les tirs au but.

En deuxième période, la glace penchait toujours du même côté. Rémi Poirier a fait quelques petits miracles pour garder son équipe dans le coup, notamment lors de d’attaques en surnombre et de tirs sur réception, mais l’Armada a accentué son avance à 4-0. La flotte laurentienne menait toujours 30-9 dans les tirs.

«Nous avons connu un mauvais départ. Nous savions qu’ils (Armada) sortiraient en force, mais nous devions être meilleurs en première période. Nous étions lents avec la rondelle. Nous bougions les pieds, mais nous ne pensions pas vite. Nous manquions de rythme. Nous étions fatigués. Nous n’avions pas de jambes. Nous tombions, mais personne ne va avoir pitié de nous», a expliqué l’entraîneur-chef des Olympiques, Louis Robitaille.

À l’autre bout de la patinoire, Bruce Richardson a remporté son pari en confiant son filet à sa recrue de 16 ans Charles-Édward Gravel. Il n’a pas été testé outre mesure dans cette rencontre, mais il a fait les arrêts clés aux bons moments. En première période, il a notamment repoussé Antonin Verreault avec un bel arrêt. Quelques secondes plus tard, Mathias Laferrière portait le pointage à 3-0.

Manix Landry pensait bien avoir compté sur cette séquence en deuxième période, mais la rondelle n’a jamais pu passer derrière le gardien Charles-Édward Gravel.

Le même scénario s’est produit en deuxième période. Après avoir empêché un but presque certain à Manix Landry, l’Armada a fait 4-0 sur un but de Simon Pinard. Blake Richardson et Miguël Tourigny ont aussi compté pour l’équipe «locale» dans la première portion du match.

«Nous avons été mieux en deuxième période, a ajouté Louis Robitaille. Les chances de marquer étaient égales, mais ils ont capitalisé sur leurs chances. Pas nous. J’ai aimé la résilience de nos joueurs. Ils n’ont pas abandonné malgré les blessures (Gabriel Jackson, blessé au haut du corps, n’a pas terminé le match). Là, nous sentons que nous sommes en séries. C’est l’fun. Nous avons gagné hier. Nous avons eu un mauvais départ aujourd’hui, mais j’ai aimé notre façon de terminer le match. C’est une question de vouloir. Une question d’intensité.»

Les Olympiques ont eu le dessus 8-3 dans les tirs en troisième période. Voyant qu’il n’avait pas les munitions pour revenir de l’arrière, Louis Robitaille a accordé un répit à Rémi Poirier. Il avait déjà fait face à 67 tirs en cinq périodes. Rien ne servait à risquer une blessure. Il a alors offert un peu d’expérience des séries à Emerik Despatie. Un peu nerveux, il n’a fait face qu’à trois tirs, mais Luke Henman a marqué deux fois.

Andrew Coxhead a privé Charles-Édward Gravel d’un blanchissage en fin de troisième période.

Malgré le résultat, le capitaine Manix Landry assure que la défaite n’était pas attribuable à la fatigue.

«Nous étions nerveux en début de match. Nous n’avons pas joué de la manière dont nous étions supposés. Nous avons manqué d’effort en première période, mais il était là en troisième. Il faut se concentrer sur le prochain match. Nous n’étions pas fatigués. Le congé de demain va faire du bien quand même, surtout après deux matches en deux jours. Nous allons nous reposer et revenir à notre niveau du premier match.»

Cette série est maintenant égale 1-1. Vendredi, les Olympiques profiteront d’un congé qui ne pouvait pas arriver assez vite. Ils auront l’occasion de refaire le plein d’énergie avant le troisième duel prévu pour samedi après-midi.