Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les Olympiques étaient bien représentés au Centre Vidéotron, dimanche. Le président Norm MacMillan (à gauche), la thérapeute Noémie Chartier-Lefrançois (au centre) et l'entraîneur-adjoint Raphaël-Pier Richer (à droite) ont accompagné les recrues de l'année, Tristan Luneau et Antonin Verreault.
Les Olympiques étaient bien représentés au Centre Vidéotron, dimanche. Le président Norm MacMillan (à gauche), la thérapeute Noémie Chartier-Lefrançois (au centre) et l'entraîneur-adjoint Raphaël-Pier Richer (à droite) ont accompagné les recrues de l'année, Tristan Luneau et Antonin Verreault.

Les deux recrues de l’année sont gatinoises

Sylvain St-Laurent
Sylvain St-Laurent
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Quand l’entraîneur dirige la recrue de l’année, il est heureux.

Quand il en dirige deux, c’est encore mieux.

Louis Robitaille était aux anges, dimanche, quand il a reçu des nouvelles de Québec.

Au Centre Vidéotron, les dirigeants de la LHJMQ ont profité du troisième match de la finale de la Coupe du Président pour honorer ses meilleurs joueurs de première année.

Les Olympiques de Gatineau ont tout raflé.

Le titre de recrue défensive par excellence a été décerné au premier choix du dernier repêchage, Tristan Luneau.

Le titre de recrue offensive par excellence a été décerné au joueur que les Olympiques ont réclamé au deuxième rang, Antonin Verreault.

Dans la LHJMQ, la recrue offensive et la recrue défensive s’affrontent chaque année pour l’obtention du trophée de la recrue par excellence.

On a jugé que Luneau était le joueur le plus méritant.

«Quand je regarde ça, je me dis que Tristan et Antonin sont deux amis très proches. Ils étaient souvent co-chambreurs, cette année, lors de nos séjours à l’hôtel. Ce sont les deux premiers joueurs que nous avons réclamés lors du dernier repêchage. Je crois qu’ils auraient tous les deux mérité le titre de recrue de l’année», commente Robitaille.

En connaissant une aussi bonne saison, à 16 ans, Luneau et Verreault confirment que les dépisteurs des Olympiques ont bien fait leur travail.

«En tant qu’organisation, en tant que coachs, on veut simplement offrir aux joueurs une opportunité de se faire valoir. Les joueurs doivent ensuite entrer dans la porte. Ils doivent saisir l’opportunité qui leur est offerte. Tristan a joué des minutes incroyables, pour nous, en fin de saison. Antonin, même s’il n’est pas le plus gros, a clairement prouvé qu’il pouvait jouer dans un de nos deux premiers trios, même s’il n’avait que 16 ans.»

«Il faudrait qu’on fasse nos recherches. Je ne sais pas si c’est déjà arrivé, de voir deux joueurs de 16 ans de la même équipe remporter tous les trophées des recrues de l’année. Je peux vous dire, par contre, que nous sommes très fiers de ces deux jeunes hommes. Ils ont démontré, tout au long de la saison, qu’ils sont passionnés. Ils ne lésinent pas sur les efforts. Ils sont très matures et ils sont fiers de jouer à Gatineau.»

Antonin Verreault a terminé au premier rang du classement des meilleurs marqueurs des Olympiques, cette saison. Il a partagé cet honneur avec son coéquipier de 20 ans, Métis Roelens. Il a inscrit 29 points en 31 parties.

Tristan Luneau a été le défenseur le plus productif de l’équipe. Il a obtenu 18 points en 31 joutes.