Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les Olympiques de Gatineau vont devoir se frotter souvent aux Foreurs de Val-d’Or, l’équipe qui trône au sommet de la LHJMQ.
Les Olympiques de Gatineau vont devoir se frotter souvent aux Foreurs de Val-d’Or, l’équipe qui trône au sommet de la LHJMQ.

Horaire ardu pour les Olympiques

Jean-François Plante
Jean-François Plante
Le Droit
Article réservé aux abonnés
C’est en cassant des oeufs qu’ils vont apprendre à faire des omelettes.

Les Olympiques de Gatineau connaissent maintenant les lieux et leurs adversaires de leurs huit prochains matches de la LHJMQ entre le 23 janvier et le 7 février. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le défi s’annonce colossal.

Dans quatre de ces huit matches, ils devront se frotter aux Foreurs de Val-d’Or, l’équipe qui trône au sommet de la LHJMQ et qui vient d’ajouter Nathan Légaré du Drakkar de Baie-Comeau à sa formation déjà bien nantie en joueurs vedettes. Ils affronteront aussi les Tigres de Victoriaville à deux reprises. Enfin, ils disputeront un match contre Chicoutimi et Drummondville.

«Nous avons hérité d’un calendrier difficile. À Chicoutimi, nous allons affronter trois clubs qui sont all-in pour la coupe du Président en jouant trois fois contre Val-d’Or, deux fois contre Victoriaville et une fois contre les Saguenéens», a expliqué l’entraîneur-chef Louis Robitaille.

Les Olympiques vont d’abord reprendre leurs activités à Drummondville où ils joueront contre les Foreurs le 23 janvier et les Voltigeurs le 24 janvier. Ils iront ensuite s’installer dans la bulle de Chicoutimi où ils disputeront six matches en neuf jours. Étrangement, au lieu d’affronter chaque formation à deux reprises, ils vont croiser le fer avec les Foreurs trois fois là-bas.

C’est donc dire que les Olympiques auront affronté les Foreurs à six reprises dans leurs 18 premiers matches de la saison.

«Nous n’avons eu aucun pouvoir décisionnel sur l’horaire. La ligue a établi le calendrier. Ça va être difficile, mais l’important, c’est de reprendre nos activités. Nous sommes contents de jouer des matches à nouveau. Nous n’allons affronter que des clubs de premier plan à Chicoutimi, mais c’est ce que nous voulons aussi afin de nous préparer aux séries éliminatoires. Nous aurons à subir de bons tests», a ajouté Robitaille.

Le commissaire adjoint, Martin Lavallée, a indiqué au Droit que le calendrier des deux prochaines bulles avait été établi en fonction des inégalités qui ont existé depuis le début de la saison. Les clubs de l’Abitibi et ceux de la Côte-Nord et du Bas-St-Laurent ont déjà joué plusieurs matches l’un contre l’autre et il y a Sherbrooke qui n’a que cinq matches au compteur.

«Nous visons la création de cinq à six bulles afin de disputer environ 25 autres matches. Nous pensons donc à long terme. Il serait surprenant que les Olympiques croisent à nouveau les Foreurs dans les autres bulles. Au début, nous voulions un calendrier de deux matches contre chaque équipe dans la bulle de Chicoutimi, mais il a fallu briser d’autres inégalités», a-t-il expliqué.

Retour en ville

Tous les joueurs des Olympiques sont revenus en ville en fin de semaine. Lundi matin, des joueurs locaux ont tiré sur les gardiens Rémi Poirier et Emerik Despatie sur la glace de l’aréna Baribeau. Les autres joueurs ont fait de l’entraînement hors glace en petits groupes de quatre.

L’entraîneur-chef Louis Robitaille

Acquis de l’Océanic de Rimouski avec Isaac Belliveau, l’attaquant Andrew Coxhead et le gardien Matthew Dunsmoor devront patienter avant de rejoindre leurs nouveaux coéquipiers. Comme ils viennent de l’extérieur de la province, ils doivent se soumettre à une quarantaine de 14 jours tout comme Samuel Savoie. Zach Dean, Braeden Virtue et Kieran Craig ont échappé à ce processus en restant dans la région durant le temps des Fêtes.

Pour la première fois depuis le 19 décembre, l’équipe sera de retour sur la glace mardi.

«Le plan, c’est de retrouver la forme et nos bonnes habitudes de travail. Il n’y aura pas trop de systèmes de jeu cette semaine. Nous voulons ramener le niveau de compétition et d’engagement de nos joueurs. Plusieurs sont restés jusqu’au 19 décembre. Leur période d’inactivité n’a été que de deux semaines, mais certains nous ont quittés au début du mois de décembre et auront un peu plus de rattrapage à faire», a raconté Louis Robitaille.

Blessés dans les matches de la bulle de Québec, Manix Landry et Métis Roelens sont rétablis à 100 %.