Avec beaucoup de mordant, l’Océanic a battu les Huskies par la marque de 4 à 3.
Avec beaucoup de mordant, l’Océanic a battu les Huskies par la marque de 4 à 3.

Rimouski 4/Rouyn-Noranda 3: l’Océanic bat les Huskies avec beaucoup de mordant

Johanne Fournier
Johanne Fournier
Collaboration spéciale
RIMOUSKI — Devant un puissant adversaire, champion en titre de la Coupe Memorial, l’Océanic s’est fort bien défendu et a gardé un bon rythme de jeu, particulièrement en troisième période et en prolongation, lors du duel de jeudi contre Rouyn-Noranda au Colisée Financière Sun Life de Rimouski. Avec beaucoup de mordant, les Bas-Laurentiens ont battu les Huskies par la marque de 4 à 3.

En plus de devoir affronter Alex Beaucage, le deuxième meilleur franc tireur du circuit, les troupiers de Serge Beausoleil avaient aussi à faire face à Zachary Émond devant la cage des Huskies. Natif de Saint-Cyprien, près de Rivière-du-Loup, le vétéran a été un choix de 6e ronde lors du repêchage des Sharks de San Jose de 2018. Devant l’incertitude qui règne au sein de la LNH, le cerbère a choisi de vêtir l’uniforme de Rouyn-Noranda pour une quatrième et dernière saison.

Retour de Bolduc

Une surprise se trouvait au sein de l’alignement des locaux: le retour salutaire de Zachary Bolduc, qui a reçu le feu vert un peu prématuré de ses médecins, près d’un mois après avoir subi l’ablation de l’appendice. Loin d’avoir perdu la forme, l’habile attaquant a fait un retour au jeu spectaculaire en marquant son troisième but en seulement cinq matchs. «On est une meilleure équipe avec Zachary Bolduc», a souligné l’entraîneur-chef de Rimouski, Serge Beausoleil. «Ça fait du bien de revoir les gars sur la glace et de jouer avec eux, a commenté Bolduc. On est contents de sortir de ce match-là avec une victoire!»

«Les gars ont travaillé fort, a convenu Beausoleil. On était nerveux en début de match. Les Huskies étaient partout sur la patinoire. Puis, les 5 à 6 premières minutes, on a ramé un peu. Mais, plus le match a avancé, plus on a fait de bonnes choses. Je pense que le gros but à Coxhead en désavantage numérique nous a ramenés dans le match. On a été opportunistes sur l’avantage numérique parce qu’on n’a pas tout le temps bien travaillé. Mais, on est allé chercher quand même deux gros buts. Somme toute, ce sont trois buts sur les unités spéciales.»

Description du match

En tout début de partie, les visiteurs ont pris les devants grâce à une bévue du jeune Alexander Gaudio, qui a fait dévier le disque devant son gardien. Jared Cosman s’en est alors vite emparé pour le glisser sous Raphaël Audet. Il s’agissait du premier but en carrière du défenseur des Huskies. 

À mi-chemin de l’engagement médian, les hommes de Mario Pouliot ont doublé leur avance sur un but d’Alex Labbé (4e), aidé de Marc-Antoine Séguin. Mais à 14:31, Zachary Émond a figé devant l’étonnante complicité de deux vétérans de l’Océanic. Andrew Coxhead (2e) a marqué le premier but des locaux en désavantage numérique, assisté du capitaine Nathan Ouellet.

Le dernier tiers a appartenu aux Bas-Laurentiens. Leur entraîneur a d’ailleurs raconté en boutade que lors de l’entraînement matinal, ses ouailles avaient une telle énergie qu’il avait le sentiment qu’une tempête se préparait. Après la deuxième période, il leur a dit qu’il était temps d’investir cette énergie dans le dernier vingt. «Ça a paru parce qu’ils ont joué avec beaucoup de mordant», a fait remarquer Beausoleil.

Zachary Massicotte avait visiblement entendu le message. Sur une formidable manœuvre exécutée dans les premières minutes de la troisième période, il a apporté la rondelle en zone adverse, laissant tout l’espace à Bolduc pour pouvoir créer l’égalité en avantage numérique. Il s’agissait du troisième but du numéro 15 en seulement cinq parties. Mais, la réplique de Rouyn-Noranda n’a pas tardé à venir. William Rouleau (4e) a aisément battu Audet en infériorité numérique dans la partie supérieure du filet. Lors d’un jeu de puissance, Coxhead (3e) a profité, à 7:08, d’une erreur de la défense adverse qui avait complètement oublié les Rimouskois derrière elle, interceptant ainsi la rondelle de la ligne bleue pour capitaliser une deuxième fois dans le match et forcer une période de prolongation.

Justin Bergeron (1er) n’a mis que 2:37 en temps supplémentaire pour trancher contre son ancienne formation et donner la victoire à Rimouski.  «La période de prolongation était à nous autres, a fait remarquer Beausoleil. Wow! On a eu quatre ou cinq chances de marquer et il y a eu tout un arrêt d’Émond sur Bolduc. Que Bergy marque le but gagnant, c’était un scénario de film!»