Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les Huskies de Rouyn-Noranda ont battu l’Océanic de Rimouski par la marque de 3 à 2.
Les Huskies de Rouyn-Noranda ont battu l’Océanic de Rimouski par la marque de 3 à 2.

Rimouski 2/Rouyn-Noranda 3: un manque de cohésion coule l’Océanic [VIDÉO]

Johanne Fournier
Johanne Fournier
Collaboration spéciale
Article réservé aux abonnés
En dépit d’un pointage serré de 3 à 2 au profit des Huskies, Serge Beausoleil n’était vraiment pas fier de ses hommes à l’issue du match disputé dimanche dans l’environnement protégé du Centre Vidéotron de Québec. Selon l’entraîneur-chef, les joueurs de l’Océanic ont travaillé de façon individuelle et ont manqué de détermination. De plus, malgré une domination de Rimouski sur Rouyn-Noranda au chapitre des tirs au but avec 25-20, Samuel Richard a eu l’avantage sur son vis-à-vis Creed Jones.

«Ils ont travaillé de la mauvaise façon, a maugréé Beausoleil. Il faut travailler ensemble pour gagner des matchs de hockey. Ce n’est pas de transporter la rondelle “coast to coast” qui va nous donner des buts dans le hockey junior majeur. […] C’est vraiment d’être efficaces dans ce qu’on fait.»

Pour lui, la rencontre s’est déroulée en deux temps. «En première moitié de match, on n’était pas là. Les Huskies étaient solides sur la rondelle. On a donné trois échappées dans ce match-là. On a joué de façon très individuelle. Je ne suis pas du tout content de notre premier trio. Ce sont trois individus qui ont joué individuellement. Notre premier trio ne nous a pas apporté d’eau au moulin.» 

Avec 45 revirements, il va sans dire que le pilote bas-laurentien n’était vraiment pas satisfait de ses joueurs dans leur gestion de la rondelle. Il n’a notamment pas aimé que son équipe ait donné un but gagnant sur un trois contre trois et, sur le même jeu, ait permis à un joueur adverse de rentrer dans l’enclave. «C’est assez inacceptable! Ce n’est pas une bonne performance.»

Il faut se regarder dans le miroir

Selon Serge Beausoleil, cette mauvaise façon de jouer est aussi attribuable à ses défenseurs qu’à ses attaquants. «Sur le dernier avantage numérique, on a donné un 2 contre 1 parce qu’on a essayé de passer une rondelle au centre, alors que c’était complètement fermé. Les Huskies faisaient du bon boulot là-dessus. Il fallait mettre la rondelle derrière eux, mais on s’est entêtés à faire des jeux compliqués. Un moment donné, il faut se regarder dans le miroir!»

Comme rare point positif, le patron hockey a apprécié le travail de ses troupiers sur les unités spéciales. «C’est le monde à l’envers! D’habitude, c’est là où ça va moins bien.» Quoi qu’il en soit, son équipe a été dominée «par un adversaire qui a été beaucoup plus impliqué», en a-t-il déduit.

Description du match

En ouvrant la marque, le vétéran Édouard St-Laurent (8e) a donné une avance aux Huskies moins de 2 minutes avant que l’équipe retraite au vestiaire en fin de première période. Celle-ci a d’ailleurs été à l’avantage des hommes de Mario Pouliot qui ont eu beaucoup plus de chances de marquer avec plus de tirs au but dangereux. 

À mi-chemin de la période médiane, Samuel Johnson (4e) a creusé l’écart en marquant sur une belle passe de William Rouleau. Mais, la réplique de Jacob Mathieu n’a pris que 41 secondes à arriver. La recrue de 16 ans a rétréci le déficit avec son 4but en 10 matchs avec le club de Rimouski. Puis, bien positionné devant le filet, Alexander Gaudio (3e) a glissé le disque dans une cage béante en avantage numérique, après avoir accepté une passe de Tyson Hinds à moins de 2 minutes de la fin de l’engagement. Les deux clubs ont quitté la patinoire à égalité, tant au chapitre du pointage qui était de 2 à 2 que sur le plan des tirs au but, qui était de 18-18 depuis le début de la rencontre. Le seul but du dernier tiers, marqué dans les premières minutes par Donovan Arsenault (4e), a finalement permis à la meute de Rouyn-Noranda de remporter le match.

INSCRIVEZ-VOUS à notre infolettre «L’Est aujourd’hui», qui vous livre chaque mercredi nos meilleurs reportages et des inédits sur les régions de l’Est-du-Québec.