Les Huskies ont blanchi l’Océanic par la marque de 1 à 0.
Les Huskies ont blanchi l’Océanic par la marque de 1 à 0.

Rimouski 0/Rouyn-Noranda 1: les Huskies blanchissent l’Océanic [VIDÉO]

Johanne Fournier
Johanne Fournier
Collaboration spéciale
RIMOUSKI – Lors du deuxième match d’un programme triple contre les Huskies de Rouyn-Noranda présenté vendredi au Colisée Financière Sun Life de Rimouski, le mordant qui, la veille, avait permis à l’Océanic de vaincre, avait perdu un peu de son ardeur. À l’issue d’une rencontre très physique, les visiteurs ont blanchi leurs hôtes par la marque de 1 à 0.

«C’est un deuxième match en deux jours et on n’est pas très loin dans la saison, puis on voit que toutes les équipes peinent à donner le même niveau de jeu, a analysé l’entraîneur-chef de l’Océanic, Serge Beausoleil. C’était un jeu assez hermétique de part et d’autre.» Avec un pointage aussi serré, force est de constater que le match a durement été disputé par les deux équipes, qui ont dû travailler fort pour apporter des rondelles au filet. 

«C’est une rencontre avec des hauts et des bas», a analysé Justin Bergeron qui, la veille, avait fait gagner l’Océanic contre son ancienne équipe en prolongation. Selon le vétéran, Rimouski n’a pas capitalisé sur les chances qu’il a eues. Il est conscient qu’il n’aurait fallu qu’un seul but pour faire changer complètement la tournure du match. «C’est tout le temps dur, un deuxième match en deux soirs. Mais, il faut être capables de trouver cette énergie-là!»

Les locaux ont accordé pas moins de six jeux de puissance à leurs invités, alors que, de leur côté, ils n’ont bénéficié que de deux avantages numériques. Pendant le match, Serge Beausoleil a vertement démontré son désaccord auprès des officiels sur quelques pénalités données à ses soldats. «Ce n’est pas ça qui nous a fait perdre le match, mais je ne pense pas qu’ils [les Huskies] ont été parfaits. Il y a eu des appels un peu particuliers. Il y a eu plein de jeux inusités. On n’a pas perdu à cause des arbitres, mais j’aurais aimé toucher un peu plus à l’avantage numérique.»

Le seul but marqué rapidement

Comme la veille, les visiteurs n’ont pas mis de temps à s’inscrire au pointage. À 1:26 du début de la rencontre, Charles-Édouard Drouin (2e) a facilement trouvé le fond du filet en enlevant le disque au défenseur Isaac Belliveau, permettant à sa troupe de quitter la patinoire avec un but en avance après 20 minutes de jeu. «Je n’ai pas aimé notre début de match, a fait savoir Beausoleil. On a donné une occasion de marquer ridicule, où on a eu à avancer la rondelle juste un peu, et ce qui a coûté le match ultimement! Ça m’agace un peu.» En dépit de ce but marqué rapidement par Rouyn-Noranda, les Rimouskois n’ont toutefois pas baissé les bras. 

Malgré la menace exercée par les hommes de Serge Beausoleil, Rouyn-Noranda a dominé la période médiane, notamment par son échec avant fort efficace. La meute n’a toutefois pas réussi à faire bouger le tableau indicateur.

«J’ai bien aimé notre troisième, a commenté le pilote local. Les gars ont travaillé mieux. On a donné des chances, un moment donné, parce qu’il fallait ouvrir le jeu. Il faut donner le crédit au gardien de l’autre côté; il a fait les arrêts-clés. Mais honnêtement, on n’a pas mis beaucoup de circulation devant le filet et je trouve que nos choix de jeu étaient moins bons qu’habituellement. En fin de match, on retirait le gardien, puis on laissait un jeu est-ouest, au lieu de mettre la rondelle au filet, alors que tout le monde convergeait. Ça explique bien notre match.»

___

VOUS EN VOULEZ PLUS? Inscrivez-vous à notre infolettre Mag Sports pour recevoir tous le samedis nos meilleurs reportages

___

Malgré la pression exercée par les Huskies en troisième et quelques bons tirs au but, Matthew Dunsmoor a été implacable, tant et si bien qu’il n’a cédé aucun but. «Sur une bévue de l’un de nos jeunes, sur un revirement en zone défensive, il a eu trois tirs à bout portant, coup sur coup, a salué Beausoleil. Il a fait de très beaux arrêts et il nous a permis de rester dans le match. C’est encore une très belle sortie pour lui!»

Bien que Samuel Richard ait mérité son deuxième jeu blanc de la saison et qu’il ait repoussé 31 rondelles, presque tous les tirs qu’il a encaissés étaient directement dirigés dans le plastron. «C’est toujours bien de prendre un lancer vers le filet, a reconnu Beausoleil. Mais, ça prend du trafic, des déviations, des rebonds. Puis, on n’était pas là. On a joué un peu plus en périphérie. [Samuel] Régis et [Alexis] Arsenault ont passé près de 30 minutes sur la patinoire. Ils ont bien fait ça et ils nous ont empêchés.»

Costenaro rappelé, Janvier blessé

La présence du jeune Logan Costenaro, rappelé du junior AAA, a été davantage remarquée que la veille. Plus dégourdi que jeudi, alors qu’il s’agissait de son baptême dans la LHJMQ, il a su, grâce à sa vitesse, contrarier les hommes de Mario Pouliot à quelques reprises. «Il a bien fait ça, a admis Serge Beausoleil. Il a de petites choses à améliorer sur la compréhension du système parce qu’il n’a pas pratiqué avec nous, surtout le long des rampes, mais il a une belle vitesse, puis il est sur la rondelle. Il a très bien fait ça. J’ai bien aimé sa prestation.»

Frédéryck Janvier se retrouvant encore sur la liste des blessés, Alexandre Lefebvre a regagné l’alignement. «C’est quelque chose de banal, a expliqué son entraîneur. Frédéryck est soit malchanceux ou soit que la guigne est contre lui. Il ne joue pas beaucoup de matchs. Il est plus souvent à l’infirmerie que sur la glace. Il faut qu’il voie venir ces jeux-là aussi! Il est un peu trop passif sur la séquence. C’est malheureux!»

Comme toutes les traversées fluviales sont annulées jusqu’à dimanche inclusivement, les Foreurs de Val-d’Or ne pourront pas rendre visite à l’Océanic à Rimouski dimanche. Par conséquent, les Bas-Laurentiens affronteront les Huskies, dimanche, pour un troisième et dernier duel en quatre jours. Même s’il avoue que c’est toujours difficile d’affronter Rouyn-Noranda, Bergeron trépignait déjà d’impatience, à la fin du match, à l’idée de croiser le fer à nouveau contre son ancienne équipe.