Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les joueurs des Tigres célèbrent avec la Coupe du Président.
Les joueurs des Tigres célèbrent avec la Coupe du Président.

Les Tigres remportent la Coupe du Président en deuxième prolongation [PHOTOS + VIDÉO]

Ian Bussières
Ian Bussières
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Les Tigres de Victoriaville ont remporté la deuxième Coupe du Président de leur histoire samedi au Centre Vidéotron en triomphant des Foreurs de Val-d’Or par la marque de 3-2 en deuxième prolongation dans le sixième match de la finale de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ).

Un but d’Alex Beaucage sur une passe de Nicolas Daigle une minute après le début de la deuxième période de prolongation a provoqué une explosion de joie sur le banc des Tigres, qui ont immédiatement envahi la patinoire pour célébrer pendant que les larmes et la consternation marquaient le visage des joueurs des Foreurs.

«C’est un «feeling» indescriptible...», a laissé tomber un Beaucage souriant après la partie. «Nic Daigle a fait une super grosse «job» en enlevant la rondelle à Maxence Guénette, la rondelle a bondi au milieu de l’enclave et je ne pouvais pas demander mieux. J’ai juste lancé... Je ne savais même pas où je lançais, mais la lumière rouge a allumé et on s’est tous sautés dans les bras», a poursuivi le héros de la soirée.

Hurtubise brille

Le gardien Nikolas Hurtubise, qui a repoussé 48 rondelles en 91 minutes de jeu, a déclaré qu’il n’avait pas ressenti de fatigue durant la partie. «Maintenant, je la ressens, mais pas pendant le match. Pendant le match, je ne pensais qu’à gagner.»

Le capitaine des Tigres, Mikhail Abramov

Comme plusieurs des ses coéquipiers, le gardien a parlé du troisième match de la série, où les Tigres ont surmonté un déficit de 3-0 en troisième période pour l’emporter 4 à 3 en prolongation, comme du moment décisif de la finale.

Auteur de 11 buts et 11 aides en 18 parties, l’attaquant Benjamin Tardif, acquis durant la saison du Phoenix de Sherbrooke, a été nommé joueur par excellence des séries éliminatoires. «Si tu m’avais dit que je serais le joueur par excellence au début de la saison, je ne t’aurais pas cru. L’an passé, à Sherbrooke, on avait aussi une très bonne équipe et une très belle chimie, mais on n’a pas pu gagner. Maintenant, j’espère que ça permettra d’ouvrir les yeux à certains dépisteurs, car je ne veux pas juste rêver, je veux jouer au hockey professionnellement, c’est tout!», a-t-il résumé.

L’attaquant Olivier Coulombe a marqué le 1er but des Tigres. 

Et de deux pour Mallette

Il s’agissait d’un second titre pour les Tigres après celui remporté en 2002 alors que l’entraîneur-chef actuel, Carl Mallette, faisait partie de l’alignement. Les Chevaliers de Longueuil avaient aussi remporté le championnat en 1987 avant de déménager à Victoriaville quelques mois plus tard.


« C’est le même feeling, c’est incroyable. Quand tu as la coupe au bout des bras, ça ne s’explique pas. Je crois que notre résilience dans le match 3 a été le point tournant et que le fait d’être les négligés nous a aidés aussi. Je suis tellement content de faire partie de l’équipe qui ramène la coupe à Victo. En 2002 aussi, nous étions les négligés. Tout le monde disait que Bathurst gagnerait en cinq et on avait aussi gagné en six matchs. »
Carl Mallette
Le centre Justin Robidas après la défaite de son équipe.

Visages longs

Du côté des perdants, les visages étaient longs et les entrevues laissaient entendre des trémolos dans la voix. «C’est fini... Qu’est-ce qu’on aurait pu faire de plus? Gagner... ça aurait été ça... Je pense qu’on a bien joué, je suis fier des gars, mais encore une fois je pense que ce n’était pas assez», a brièvement déclaré l’attaquant Jakob Pelletier, qui était sans mot après le match.

L’entraîneur des Foreurs, Daniel Renaud, a souligné le sacrifice de ses protégés. «Ils ont tout laissé sur la glace. Je suis déçu pour eux, je suis déçu pour Val-d’Or. Je pense aussi aux sacrifices que les joueurs ont faits durant dix mois dans une saison exceptionnelle où ils n’ont pas vu personne. C’est le pire dénouement possible, ça fait mal», a commenté Renaud.

«Ce sont des émotions très intenses, mais les gars doivent grandir de ça et continuer de grandir dans leurs carrières de hockeyeurs», a-t-il ajouté.

Les joueurs des Foreurs consolent le gardien Jonathan Lemieux déjoué par Alex Beaucage en 2e prolongation.

Lent départ

Acculés au pied du mur, les Foreurs avaient démarré le match lentement. Posté devant le filet de Jonathan Lemieux, l’attaquant des Tigres Olivier Coulombe s’est emparé d’une rondelle libre pour ouvrir le pointage à 4:25 de la première période.

Les Foreurs ont ensuite graduellement repris du poil de la bête et Jacob Gaucher a égalé le pointage avec un but chanceux à 11:35 alors qu’il tentait simplement de ramener le disque vers le filet. Arrivée d’un angle presque impossible, la rondelle a néanmoins franchi la ligne rouge derrière Hurtubise.

Tir de pénalité

L’un des points tournants du match a été une échappée de Mikhail Abramov des Tigres avec moins de quatre minutes à faire en première. Accroché par Xavier Bernard, le Russe n’a pas réussi son tir, forçant l’arbitre à lui accorder un tir de pénalité. Même si Lemieux a fait le grand écart, Abramov a réussi à le déjouer pour pousser les Tigres en avant 2-1.

Après avoir largement dominé les deux derniers engagements réglementaires et s’être butés à un Hurtubise au sommet de sa forme, les Foreurs ont finalement réussi à égaler le pointage avec 5:20 à faire à la troisième période. Placé derrière le filet des Tigres, Justin Ducharme a fait une passe à Jérémy Michel qui a déjoué Hurtubise pour forcer la tenue de la prolongation.

Nikolas Hurtubise