Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les Foreurs ont ouvert la marque en deuxième période à la dernière seconde de la première punition d’un double avantage numérique. Victoriaville fait 1-1 peu de temps après, également sur le jeu de puissance, mais une passe brillante de Jakob Pelletier a permis à Maxim Cajkovic d’inscrire son deuxième but de la rencontre, moins d'une minute plus tard.
Les Foreurs ont ouvert la marque en deuxième période à la dernière seconde de la première punition d’un double avantage numérique. Victoriaville fait 1-1 peu de temps après, également sur le jeu de puissance, mais une passe brillante de Jakob Pelletier a permis à Maxim Cajkovic d’inscrire son deuxième but de la rencontre, moins d'une minute plus tard.

Les Foreurs font plaisir à leurs partisans en égalant la finale à 1-1

Carl Tardif
Carl Tardif
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Les Foreurs de Val-d’Or n’ont pas déçu leurs partisans venus de l’Abitibi et d’ailleurs, samedi après-midi à l’occasion du retour des spectateurs à un match de la LHJMQ au Québec. Ils ont remis les pendules à l’heure en créant l’égalité 1-1 dans la finale 4 de 7 de la Coupe du Président qui les oppose aux Tigres de Victoriaville à la faveur d’une victoire de 4-1 devant 1816 amateurs au Centre Vidéotron, à Québec.

Après 14 mois d’attente, les portes étaient finalement ouvertes. La foule s’est fait entendre en début de match, mais surtout en troisième période quand les Foreurs ont marqué deux buts en 45 secondes pour fermer les livres sur un duel encore tricoté serré jusque-là.

«La Ligue nous a permis de pratiquer nos 3 de 5, on se retrouve dans une situation où la finale est rendue un 3 de 5. Depuis le début que je répète que ce sera une série longue et serrée et les deux premiers matchs l’ont prouvé. Chaque pouce est difficile à aller chercher. Dans le premier match, on a manqué d’opportunisme, mais dans celui-ci, on a profité de nos chances», analysait l’entraîneur-chef des Foreurs Daniel Renaud.

Les Tigres ont tenu tête aux Foreurs aussi jusqu’à la toute fin de la troisième période, mais quelques punitions «méritées», selon les dire de leur pilote Carl Mallette, ont empêché ceux-ci de conserver leur rythme de la première période, où ils avaient réussi en rendre la vie difficile pour leurs adversaires.

«À cinq contre cinq, on était dominant. Mais notre cinq contre trois [en désavantage numérique] a changé la «game». Avec les joueurs talentueux qu’ils ont et leur force de frappe, ç’a les a aidés. On a eu cinq punitions, un cinq contre trois et huit lancers dangereux, je n’ai pas besoin de leur expliquer», précisait l’entraîneur-chef des Tigres en parlant de l’importance pour ses joueurs d’éviter le banc des punitions.

Les Foreurs ont ouvert la marque en deuxième période à la dernière seconde de la première punition d’un double avantage numérique. Victoriaville fait 1-1 peu de temps après, également sur le jeu de puissance, mais une passe brillante de Jakob Pelletier a permis à Maxim Cajkovic d’inscrire son deuxième but de la rencontre, moins d'une minute plus tard.

En troisième, le gardien des Foreurs, Jonathan Lemieux, a effectué plusieurs arrêts importants, laissant ainsi le temps à ses coéquipiers de marquer deux buts d’assurance en l’espace de 45 secondes par l’entremise de Jérémy Michel et Samuel Poulin. Il n’a cédé que devant Alex Beaucage, en deuxième.

«Il ne faut pas oublier que leur gardien a fait de gros arrêts», notait d’ailleurs le coach des Tigres.

En troisième, le gardien des Foreurs, Jonathan Lemieux, a effectué plusieurs arrêts importants.

«Je suis content que Jo Lemieux ait eu l’occasion de venir s’exprimer devant les médias. On parle de notre offensif et de nos défenseurs qui contribuent, mais il est un joueur très important dans nos succès. Il est un gars qui ferme les livres quand l’autre équipe se crée des chances», soulignait Daniel Renaud.

«À 19 ans, j’ai appris à jouer avec l’adversité. Je dois donner du crédit à mes coéquipiers qui ont fait un gros travail devant moi. Pour ma part, j’essaie d’être le plus constant possible. C’est sûr qu’on aimait mieux revenir à 1-1 que de se retrouver 0-2, j’avais confiance aux gars. Après une période, on n’était pas satisfait, mais en deuxième, on a vraiment pris une coche et on a répondu pour aller chercher cette victoire-là», indiquait Lemieux, qui a reçu 22 lancers.

Les deux équipes savent bien que la série est loin d’être terminée.

«Je le répète, on n’est pas en finale pour les regarder jouer. Nous ne sommes pas les favoris, mais on y croit. Il faut juste rester à cinq contre cinq», précisait Mallette.

D’un côté comme de l’autre, on a apprécié se produire devant près de 2000 spectateurs, dont plusieurs membres des familles des joueurs.

«C’était le fun pour tout le monde. Ils étaient séparés, mais on les entendait», soulignait Carl Mallette.

«J’avoue qu’au début, c’était bizarre. Ça faisait un an qu’on avait pas joué devant des partisans, c’était un petit «boost» d’avoir leur soutien de nos supporteurs», admettait le gardien des Foreurs.

Le troisième match de la finale a lieu dès dimanche après-midi, toujours au Centre Vidéotron et encore devant le même nombre limite de spectateurs.

Des trophées pour Gaucher et Bolduc 

Avant la rencontre, la LHJMQ a remis le trophée Marcel-Robert de l’étudiant par excellence à Jacob Gaucher, des Foreurs. Il a déjà complété 15 cours dans son Baccalauréat en administration des affaires qu’il a commencé à 16 ans à l’Université du Nouveau-Brunswick et maintenu une moyenne cumulative de 4.1. Il est le frère aîné de Nathan Gaucher, des Remparts.

Après la première période, Zachary Bolduc, de l’Océanic, a appris qu’il recevait le trophée Michael Bossy à titre de meilleur espoir professionnel. Le joueur de 17 ans de Trois-Rivières est classé au 17e rang sur la liste finale de la Centrale de recrutement de la LNH.

Les Foreurs misaient sur le retour au jeu de Justin Robidas (malade) et Jacob Gaucher (suspendu), qui avaient raté le premier match de la finale, jeudi.

Les Tigres ont laissé savoir que le défenseur Jérémy Michaud avait obtenu son congé de l’hôpital et qu’ils n’écartaient pas l’idée qu’il puisse jouer à nouveau dans cette série, une fois le protocole sanitaire complété pour réintégrer la bulle. Il souffre d’une blessure au haut du corps, se limitait-on à dire dans le cas du joueur qui fut transporté sur une civière, jeudi.