Le gardien Alexis Shank voyait tout dans ce match, même si Pierrick Dubé a tenté de lui voiler le vue.
Le gardien Alexis Shank voyait tout dans ce match, même si Pierrick Dubé a tenté de lui voiler le vue.

L’attaque des Remparts muselée par les Saguenéens [VIDÉO]

Carl Tardif
Carl Tardif
Le Soleil
Impeccables jusque-là, les Remparts de Québec ont connu leur premier faux-pas dans la bulle du Centre Vidéotron, lundi après-midi, ce qui a mené à un revers de 3-0 contre les Saguenéens de Chicoutimi. Il s’agissait de leur première défaite en temps régulier en six rencontres depuis le début de la saison de la Ligue de hockey junior majeur du Québec.

Et l’entraîneur-chef Patrick Roy le confirmait d’entrée de jeu dans son point de presse.

«Aujourd’hui [lundi], ce n’était pas un bon match pour nous. Cependant, les Sags ont très bien joué, ils nous ont donné une clinique au niveau de la compétition et de la gestion du match, ils ont définitivement été la meilleure des deux équipes sur la patinoire», admettait-il en visioconférence.

Trop de punitions

Contrairement à leurs trois matchs précédents dans l’événement en environnement protégé, les siens ont manqué de mordant à l’attaque, causé trop de revirements dans les sorties de zone et n’ont pas réussi à s’imposer pour saisir les rebonds. Il y a aussi un peu trop de punitions, notamment en l’espace de 10 minutes en première période et en début de deuxième.

«Il y a eu des moments où on a fait preuve d’indiscipline. La punition à Édouard [Cournoyer] en territoire offensif, ce n’était pas nécessaire. Sortir du banc des punitions avec la palette sur la glace et les deux pieds encore sur le banc, je pensais qu’on apprenait ça dans le pee-wee. On est tombé à trois, on a pris une punition et on a envoyé la rondelle dans les gradins, disons qu’on ne s’est pas donné de chance. Les deux punitions à Rochette et Filion…comprends-tu ? Ça doit avoir coupé…», expliquait Roy, sans avoir à en dire davantage sur ces deux appels.

Parfaits en 24 désavantages numériques, les Remparts ont accordé un premier but avec des forces réduites à la 25e tentative de l’adversaire depuis le début de la saison, les Sags profitant d’un jeu de puissance de deux hommes. Samuel Houde (3e), Christophe Farmer (6e) et Michael Pellerin (1er) ont déjoué Thomas Sigouin, qui a reçu 30 lancers. À l’autre bout, Alexis Shank en bloquait 24 pour signer le 10e jeu blanc de sa carrière.

Les Remparts n’ont pas marqué à leurs cinq dernières périodes. Le manque de production et une blessure à Nathan Gaucher ont amené l’entraîneur-chef à remanier ses trios.

Ainsi, le Finlandais Viljami Marjala s’est retrouvé au centre, Hunter Holmes à gauche, tandis que James Malatesta a été jumelé avec Théo Rochette et Pierrick Dubé.

«Offensivement, il nous faudra plus de mordant devant le filet, que l’on simplifie un peu notre jeu pour amener des rondelles et récupérer les rebonds. Avec la qualité des gardiens, aujourd’hui, c’est difficile de marquer en périphérie. On va faire des expériences, on va donner plus d’espace pour patiner à Marjala au centre. On voulait une certaine stabilité, mais je trouve pas qu’offensivement, on n’a pas le punch offensif que je voudrais voir», résumait Roy.

Son homologue du Saguenay rendait hommage à sa brigade défensive, solide comme le roc devant Shank.

«Alexis sera le premier à le dire, la manière dont nous avons joué défensivement devant lui était tout à fait remarquable. Des gars comme [Louis] Crevier et [Karl] Boudrias sont physiques, ils rendent la vie difficile à l’autre équipe, ce n’est pas le fun pour les attaquants adverses», résumait Yanick Jean, dont le club affiche une récolte de six points sur huit (2-0-2-0) depuis son arrivée dans la bulle du Centre Vidéotron.

VIVEMENT UNE AUTRE BULLE

Comme les Remparts, les Saguenéens se plaisent dans le confort de la bulle. Surtout qu’ils n’avaient pas encore eu la chance de passer une nuit à l’hôtel avant de mettre le cap sur la capitale. De son côté, l’entraîneur-chef des Remparts espère la tenue d’un autre événement du genre avant la pause des fêtes.

«Mon nom est Patrick Roy, pas Gilles Courteau [le commissaire de la LHJMQ], je suis conscient qu’il y a l’aspect économique et aussi des négociations à y avoir avec la Santé publique, mais j’aimerais ça qu’il y ait une autre bulle pour nous permette de jouer de façon sécuritaire au début du mois de décembre. Je ne suis jamais senti aussi en sécurité que ça depuis le mois de mars. On en est à notre quatrième test depuis le début de la bulle», précisait-il.

Les Remparts n’étant pas une équipe expérimentée, le calendrier chargé de ce projet peut avoir son effet, mais Roy ne s’en sert pas comme excuse.

«On joue six matchs en 11 jours, c’est normal qu’il y ait un peu de fatigue. Mais on n’en cherche pas, les gars jouent 20 minutes par match, il n’y a pas d’excuse. On se considère chanceux de jouer», ajoutait-il.

GAUCHER BLESSÉ

Les Remparts n’avaient pas de diagnostic à offrir à propos de l’état de santé de Nathan Gaucher, qui s’est blessé à une épaule en tombant sur la patinoire à la suite d’une mise en échec. «On va en savoir plus demain [mardi]. On ne veut jamais perdre un joueur de calibre, c’est certain, mais en même temps, toutes les équipes sont sujettes à cette situation et il faudra composer avec cela. Ça permet à d’autres de prendre la relève et d’en profiter pour voir leur rôle changer au sein de l’équipe», disait Roy.

PROCHAIN MATCH

Les Remparts montrent un dossier de 2-1-1-0 dans la bulle et de 3-1-2-0 en six matchs, cette saison. Ils disputent leurs deux derniers matchs à l’intérieur de la bulle en l’espace de 24 heures, mercredi soir contre Drummondville et jeudi après-midi face aux Olympiques de Gatineau. Les Saguenéens seront actifs à nouveau mercredi après-midi contre Shawinigan.