Hockey Canada avait annoncé mercredi que le camp en cours en Alberta, devait être interrompu pendant 14 jours puisque tous les joueurs et le personnel présents étaient considérés comme ayant eu des contacts rapprochés avec les deux joueurs qui ont reçu des diagnostics positifs au coronavirus lundi.
Hockey Canada avait annoncé mercredi que le camp en cours en Alberta, devait être interrompu pendant 14 jours puisque tous les joueurs et le personnel présents étaient considérés comme ayant eu des contacts rapprochés avec les deux joueurs qui ont reçu des diagnostics positifs au coronavirus lundi.

Hockey Canada ne craint pas l'annulation du Mondial junior malgré deux cas positifs

Alexis Bélanger-Champagne
La Presse Canadienne
La direction de Hockey Canada ne craint pas que les deux cas positifs à la COVID-19 qui a forcé l'interruption de son camp de sélection ne soient un mauvais présage en prévision du Championnat mondial de hockey junior.

Hockey Canada avait annoncé mercredi soir que le camp en cours à Red Deer, en Alberta, devait être interrompu pendant 14 jours puisque tous les joueurs et le personnel présents étaient considérés comme ayant eu des contacts rapprochés avec les deux joueurs qui ont reçu des diagnostics positifs au coronavirus lundi.

Le vice-président des événements et propriétés chez Hockey Canada, Dean McIntosh, a voulu se faire rassurant en visioconférence jeudi, rappelant que les mesures en place à Edmonton pour le tournoi seront beaucoup plus strictes que celles à Red Deer pour le camp.

«Nous saurons que tout le monde dans la bulle est dans un environnement sécuritaire et respecte le protocole, a dit McIntosh. De plus, nous continuons d'avoir l'appui des gouvernements. Nous avons donc confiance de présenter l'événement avec succès à Edmonton.»

McIntosh a noté que les 40 membres des 10 délégations qui se rendront à Edmonton pour le tournoi seront en isolement à compter du 6 décembre. Les neuf délégations internationales prendront des vols nolisés le 13 décembre pour limiter les risques de contamination pendant les déplacements vers Edmonton. Des tests de dépistage quotidiens seront effectués tout au long du processus avant et pendant le tournoi.


« Nous saurons que tout le monde dans la bulle est dans un environnement sécuritaire et respecte le protocole. De plus, nous continuons d'avoir l'appui des gouvernements. Nous avons donc confiance de présenter l'événement avec succès à Edmonton »
Dean McIntosh, vice-président des événements et propriétés chez Hockey Canada

Tout joueur subissant un contrôle positif après le 29 novembre devra être exclu du tournoi.

L'événement se déroulera du 25 décembre au 5 janvier. Il est toujours sur les rails malgré une importante hausse des cas actifs de la COVID-19 en Alberta au cours des dernières semaines. On comptait 1386 cas actifs en Alberta le 1er août. Ce chiffre se situait à 14 052, jeudi.

Le gouvernement provincial a annulé toutes les activités sportives jusqu'au 15 décembre, mais les ligues peuvent demander une exemption si elles sont en mesure de présenter «un plan de sécurité exhaustif» contre la COVID-19, selon le premier ministre Jason Kenney.

Le premier vice-président des équipes nationales chez Hockey Canada, Scott Salmond, a noté que les cas positifs des deux joueurs présents au camp à Red Deer n'avaient probablement pas de lien avec le cas positif rapporté deux jours plus tôt chez un membre du personnel de Hockey Canada.

«Il avait été déterminé que cette personne n'avait pas eu de contacts rapprochés avec les joueurs. Nous pensons donc qu'il n'y a pas de corrélation entre les deux situations», a dit Salmond.

Salmond a également indiqué qu'autant le membre du personnel que les deux joueurs ayant reçu des diagnostics positifs à la COVID-19 n'ont pas ressenti de symptômes.

Des joueurs créatifs

L'entraîneur-chef de l'équipe canadienne, André Tourigny, a pour sa part reconnu que sa tâche sera un peu différente par rapport aux dernières années. Il a noté que cinq matchs préparatoires et sept entraînements ont dû être annulés en raison de la quarantaine de 14 jours. La première vague de retranchements a aussi été reportée.

Il était encore trop tôt pour qu'il précise quand les premières coupures auront lieu et si l'équipe disputera des matchs préparatoires à Red Deer avant de se rendre à Edmonton.

«Personne n'a vécu ça auparavant - devoir arrêter son camp pendant deux semaines, a rappelé Tourigny. Je préfère être créatif et optimiste.

«Ça prend des gars qui ont de la volonté, qui sont prêts à passer à travers l'adversité. La réaction des joueurs me démontre qu'ils étaient prêts. (...) Ils sont déçus, mais ils sont déjà en mode solution.»

Tourigny a souligné la débrouillardise des 46 joueurs présents au camp de sélection, qui ont créé des comités pour organiser des activités en ligne.

«Le nombre de solutions et d'idées présentées par les joueurs après qu'ils aient appris la nouvelle a été renversant, a raconté Tourigny. Nous allons organiser des entraînements en ligne et avoir des invités presque tous les jours. Un comité social a été créé pour organiser des soirées de jeu, des soirées quiz ou encore des parties de poker.

«Les joueurs savaient en arrivant ici que c'était possible de se retrouver dans la situation dans laquelle nous nous retrouvons aujourd'hui. La manière dont les joueurs et le personnel ont réagi est impressionnante.»

Tourigny a noté que les effets des deux semaines en isolement dans les chambres d'hôtel seront véritablement connus seulement après le retour sur glace le 7 décembre.

Par ailleurs, Salmond a indiqué que la situation dans laquelle Hockey Canada se retrouvait ne changeait rien à la possibilité que le premier choix au dernier repêchage Alexis Lafrenière rejoigne l'équipe pour le tournoi. Il a noté que Lafrenière était à New York et que des discussions étaient toujours en cours avec les Rangers. Avec Donna Spencer, La Presse Canadienne