Spiritualité

Vivre la Semaine sainte autrement

CHRONIQUE / Nous vivons quelque chose d’inédit. La pandémie a littéralement changé notre façon d’être, de vivre et de faire. Si les mesures de distanciation sociale nous éloignent les uns des autres, la solidarité, par contre, nous rapproche. Cela va des personnes qui veillent au front pour assumer les services essentiels et le bien-être collectif, à tous ces gestes posés pour aider un voisin ou une personne âgée.

L’essentiel de notre foi

Dans chacune des paroisses, les églises sont fermées et elles le demeureront aussi à Pâques. Cela peut être un choc pour les croyants. Les évêques et les prêtres manqueraient-ils donc de foi ? Cette question nous amène à réfléchir à notre foi. Qu’est-ce qui est premier ? Les préceptes à observer, aussi précieux soient-ils ? Ou bien le lien qui nous unit à Jésus-Christ ? Croire en lui, c’est répondre à son invitation à « nous aimer les uns les autres » (Jean 13,34). Cela doit s’incarner concrètement dans le « prendre soin » de soi et de l’autre, ce qui veut dire collaborer au maximum pour que la courbe de la COVID-19 puisse s’aplatir.

Faire ses Pâques

Certains pourraient se sentir mal à l’aise de ne pas pouvoir « faire leurs pâques », c’est-à-dire aller communier au moins une fois à Pâques et aller se confesser de ses péchés graves une fois l’an. Pour répondre à cette inquiétude et pour rassurer tous les baptisés, Mgr René Guay, dans un décret daté du 26 mars, a dispensé tous les catholiques de son diocèse de cette obligation.

Églises fermées

Si les églises sont fermées, cela ne nous empêche pas de multiplier les occasions de célébrer autrement la Semaine sainte : temps de prière, de partage et d’échange entre gens de la même maison, rencontres et échanges par téléphone, par FaceTime ou Skype. Jésus n’a-t-il pas dit qu’il était présent là où deux ou trois sont réunis en son Nom ? (Mathieu 18, 20)

Des propositions

Les derniers jours de la vie de Jésus ont été marqués par la trahison, le reniement, l’épreuve, la souffrance. Mais sa résurrection dit la victoire du Christ sur tout mal et toute mort ! Je vous propose quelques liens à faire avec ce que nous vivons au temps de la COVID-19.

Le dimanche des Rameaux rappelle l’entrée triomphale de Jésus à Jérusalem ; bien vite, cependant, il est rejeté. Pensons à tous les réfugiés et migrants de plus en plus rejetés en situation de pandémie.

Lors de son dernier repas, Jésus, en rompant le pain et partageant la coupe, signifie sa propre vie rompue et donnée. Nous pourrions profiter du Jeudi saint pour nommer toutes ces personnes qui, en assurant les services essentiels à la population, font de leur vie une vie rompue et donnée pour le bien-être des autres.

Le Vendredi saint est le rappel de la mort de Jésus sur la croix, une mort qu’il a assumée par amour pour l’être humain. Ce jour-là, nous pourrions penser à toutes les victimes de la COVID-19 et prier pour ceux et celles qui meurent des suites de cette pandémie.

Lors de la Veillée pascale, le Samedi saint, la lumière rappelle que la vie l’emporte sur les ténèbres de la mort. Le jour de Pâques, nous pourrions placer une bougie allumée sur notre table pour célébrer cette Vie nouvelle, en profiter pour partager nos espoirs et pour échanger sur ce qui nous fait vivre.

Faisons de la Semaine sainte un événement plein de lumière, à l’exemple des arcs-en-ciel accrochés à nos fenêtres. Pour reprendre les mots mêmes de François Legault, ce sera une belle occasion de se dire que « ça va bien aller » !

Jean Gagné,

prêtre

+

LES CÉLÉBRATIONS SUR LE WEB UNIQUEMENT

En raison des directives gouvernementales, aucune célébration de la Semaine sainte n’aura lieu dans les différentes églises et chapelles de notre diocèse. Toutefois, Mgr René Guay présidera les célébrations de la Semaine sainte sur le Web. Celles-ci seront diffusées en direct de la chapelle de l’évêché sur la page Facebook du diocèse de Chicoutimi. Que vous ayez une page Facebook ou non, il est possible d’y avoir accès. Pour plus de détails, rendez-vous sur le site Internet du diocèse.

À noter que seulement trois personnes seront présentes dans la chapelle et que les mesures gouvernementales seront respectées.

Si vous souhaitez être au fait de l’ensemble des mesures prises au diocèse de Chicoutimi pour endiguer la COVID-19, vous êtes invités à vous rendre régulièrement sur la page Web mentionnée précédemment. Il vous est également possible de vous abonner à la page Facebook Diocèse de Chicoutimi ou encore au compte Twitter @Chic_diocese.

Pour recevoir des informations hebdomadaires, vous pouvez enfin vous abonner à l’infolettre en vous rendant au bas de la page d’accueil du site Web.