Patrick Bourgeois

Une musique qui voyage dans le temps

Je serais menteur de vous dire que j’ai été un fan dès le départ.

Et puis hop, comme j’étais un jeune gamin à l’époque, ça paraissait plutôt mal à l’école pour un gars de lancer en pleine classe qu’on aimait ça Les BB.

Mais bon, même si je ne le disais pas trop fort, je trouvais que ça faisait du bien d’entendre les refrains accrocheurs de Loulou et Fais attention.

La grosse claque, elle est arrivée avec le deuxième album. Alors que toutes les mauvaises langues croyaient qu’il sonnerait peut-être le glas de la BBmania, ce deuxième album concocté par Patrick Bourgeois et sa bande allait plutôt nous livrer une collection de chansons qui se graveraient à jamais dans notre mémoire.

J’ai encore souvenir de cette étrange culpabilité qui m’avait envahi lorsque j’avais entendu pour la première fois Snob et que je tentais d’ignorer cette voix dans ma tête qui me disait: « Avoue mec que c’est quand même un riff de guitare super cool et que le refrain est joyeusement punché ».

Mais ça, c’était encore rien à côté de ce qui s’en venait.

Car ensuite, il y a eu Donne-moi ma chance qui avait alors touché tout droit au coeur le bonhomme de 11 ans que j’étais.

J’ai souvenir qu’un soir, j’avais honteusement confié à mon cousin Renaud que je l’aimais bien cette chanson. À ma grande surprise, Renaud, qui faisait partie d’un groupe de death metal, n’avait même pas ri de moi. En fait, il m’avait dit sans complexe que lui aussi croyait que c’était un excellent tube.

Et puis hop, il y a eu ensuite la bombe nucléaire. La mère de toutes les bombes. La chanson qui allait assurément traverser le temps. Oui oui, je vous parle bien de Seul au combat.

Tout d’abord, le clip était probablement la chose la plus hallucinante et bouleversante que j’avais eu la chance de voir depuis longtemps. Comment un groupe québécois avait bien pu accoucher d’un clip doté de ces animations qui rappelaient Albator et Goldorak?

Et puis évidemment, il y avait cette chanson au refrain si fédérateur.

Maintenant, je vous mentirais si je vous disais qu’à l’époque, j’avais écouté cette pièce en boucle, mais peut-être qu’une partie de moi savait que de toute façon, une chanson aussi rassembleuse et puissante me suivrait à travers les années.

Et ce fut le cas.

Combien de soirées sont soudainement devenues magiques à cause de Seul au combat?

À 37 ans, quand j’entends cette chanson, je nous vois encore, jeunes et fringants, à chanter ironiquement en choeur ce refrain dans l’appartement gigantesque de Wellet et de Bad Ass Bass. Sinon, je revois aussi cette soirée avec Jacques, Michelle, Tobo et tous ces amis que je ne reverrai peut-être jamais à chanter sans fin ce refrain. Et aussi, je pense à tous ces shows de la Famille Bédard où des centaines d’adultes ont chanté ce refrain dans une atmosphère où les éclats de rire se joignaient à de petites larmes discrètes aux coins de nos yeux.

D’ailleurs, je vous raconte tout ça et ça me rappelle cette anecdote qui s’était déroulée en 2012 alors que j’avais travaillé quelques mois pour Festivalma.

Ce soir-là, Les BB étaient en concert et je rêvais de rencontrer le batteur, François Jean. J’ai toujours tripé sur sa chanson Rassurez-moi docteur et j’étais parvenu à défier ma timidité pour aller le lui dire en personne. Puis, après le show, le groupe se prenait en photo avec de nombreux fans et à la fin, on m’avait proposé de me prendre aussi en photo avec eux. Quand Patrick s’est approché de moi avec son magnifique sourire, je lui ai poliment dit: « J’aimerais avoir une photo avec François. » C’était visiblement très rare qu’un type dans la trentaine veuille précisément être pris en photo avec lui et je me souviens que ça avait beaucoup surpris Patrick qui avait explosé d’un rire enthousiaste.

Enfin, ça va peut-être vous sembler arrangé avec le gars des vues, mais depuis ce temps, et encore ce soir, alors que je viens d’apprendre son décès, chaque fois que je pense à Patrick Bourgeois, c’est cet éclat de rire que j’entends.

Merci Patrick pour les souvenirs. Merci pour cette musique qui me permettra à jamais de voyager dans le temps.